L’enfance, c’est l’enfer? (3)

Troisième et dernier volet de la lecture de « La Dialectique du sexe » (Shulamith Firestone) par Anne Larue. Ce billet présente « Le Vilain petit canard », une revue pour enfants sans classe d’âge, comme une réponse possible à Firestone.

Dans La dialectique du sexe (1970), Shulamith Firestone établit que la notion de « classe d’âge » utilisée couramment pour ranger les enfants en ordre est un outil-clé de la répression. L’enfant scolarisé, mais également surveillé dans ses lectures, ses fréquentations, ses activités périscolaires conçues selon son « âge » vit sous contrainte permanente et c’est cela qui fait de l’enfance un enfer.

Le texte est disponible en pdf à l’adresse suivante : http://tahin-party.org/firestone.html,

Parmi les éléments de libération que peut offrir la lecture à l’enfant placé dans l’enfer scolaire et péri-scolaire  (selon Firestone !), les journaux « sans classe d’âge » se sont taillés un beau succès, à commencer par Tintin, journal pour « les jeunes de 7 à 77 ans » dès 1947 !

1-tintin_39

Le journal de Tintin, haut d’une page de titre de 1952 avec son slogan. Source : http://arts.speleo.free.fr/BD/f-j/journaltintin/journaltintin.html

Activité difficilement régie par un « emploi du temps » contraignant, la lecture apporte une bouffée d’air dans l’enfer, et si le premier souci de Tintin est de faire voler en éclats les classes d’âge de l’école, ce n’est pas un hasard.

Aujourd’hui, la question des « classes d’âge » préoccupe Hélène Maurel, rédactrice en chef du Vilain petit canard.

2-le-vilain-canard

Le vilain petit canard, couverture du n° 5.

Il est loin le temps de Tintin : la « presse enfantine » est en effet aujourd’hui un domaine particulièrement rigide du point de vue des « classes d’âge ».  Prenons Milan presse : Picoti, 9 mois-3 ans, Toupie 3-6 ans, explicitement lié aux « années de maternelle », Wakou 4-8 ans, offrant une légère transversalité sous le prétexte des animaux, Toboggan pour les 6-9 ans… Bayard presse, de son côté, fait de la « classe d’âge » son premier critère : sur le site, les magazines sont présentés suivant trois rubriques, 0-5 ans, 6-10 ans et 11-20 ans.

3-milan-presse

Capture d’écran de la « home » du site de Milan presse

4-bayard

Capture d’écran de la « home » du site de Bayard presse

Au rebours de cette tradition bien ancrée, Hélène Maurel assume un « positionnement qui fâche ». Les libraires protestent : « je le mets où, Le Vilain petit canard ? Avec les enfants ? Les ados ? Les adultes ? » Les « parents » protestent : « La guerre, vous trouvez que c’est un sujet adapté à l’âge des enfants ? » L’autocensure rôde : « L’émasculation de Cronos, vous trouvez que c’est bien pour enfants » ?

Transgresser la loi de la classe d’âge est donc, curieusement, un acte d’une extrême audace. Il est toujours étrange de voir où se situent les « nœuds révolutionnaires » d’aujourd’hui… Pouvait-on imaginer que la question de la classe d’âge soulève de tels lièvres ? Tout cela est tellement ancré dans les habitudes que cela semble aller de soi : bien sûr que les enfants doivent être compartimentés suivant leur âge, bien sûr que « certaines choses » leur conviennent ou non selon leur âge ; il semble impossible de remettre en cause de tels préjugés. Quand quelque chose échappe à ce classement, on subit une grande gêne : apprendre à lire à l’âge de 20 ans, passer son bac à 84 ans sont des actes qui suscitent des ricanements, parfois masqués sous une admiration de convenance. On s’est bien moqué il y a quelques années des « seniors » en trottinette pour adulte, ou des « parents-copains » qui transgressaient l’obligation en vigueur d’être des « croulants ». En somme, la loi des « âges de la vie », de haute tradition antique et médiévale, excède largement l’école.

5-a%c2%a6eges-de-la-vie

Les âges de la vie, image populaire du XIXe siècle.

Hélène Maurel explicite ainsi le positionnement du Vilain petit canard :

« En effet depuis le début nous avons essayé, avec des réussites et des échecs il faut bien le dire, d’échapper aux strictes catégorisations. Notre souhait était entre autres de nous emparer de questions politiques habituellement non traitées dans la presse jeunesse ou abordées de manière édulcorée, simplifiée à outrance, édulcoration dont nous avons l’impression qu’elle a un effet très démoralisant, voire débilitant sur la dite jeunesse ! Et inversement nous voulons apporter aux adultes des contenus traditionnellement dévolus à l’enfance et la jeunesse : la part du jeu et de l’humour lamentable, du rêve, et une grande place accordée à l’image. Bref, dans le deux cas, il s’agit d’assumer de lire des choses qui sont « pas de notre âge », « pas de leur âge ». Ce difficile positionnement suscite encore d’innombrables questions ».

7-canard-4-nume%c2%a6uros

Le vilain petit canard, 4 numéros

 

8-canard-n-%c2%a6-6

Le vilain petit canard, couverture du n° 6.

 

9-appel-a%c2%a6c-dessins

Le vilain petit canard, appel à dessins pour le n° 7.

Le Vilain petit canard, « journal pour jeunes adultes et vieux enfants », s’inscrit donc fortement contre le préjugé de la « classe d’âge »… rien qu’en révélant que cette notion « naturelle » est un préjugé. Soudain, on se rend compte à quel point tout est régi par les classes d’âge, les activités scolaires comme « péri-scolaires », les colonies de vacances, les spectacles, les livres. Et sans adhérer d’un bloc aux idées de Firestone, on peut toutefois concéder que cette obsession de l’ « âge » des enfants donne un peu le frisson, d’autant plus que le topos moral des « âges de la vie », lugubre incitation à la résignation désenchantée, n’est pas loin derrière…


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *