Peut-on critiquer la littérature pour enfants?

Au moment où nous annonçons la tenue, à la BnF, d’un colloque intitulé Regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse, à l’initiative du Centre national de la littérature pour la jeunesse (Joie par les livres) et de l’Université Sorbonne-Paris-Cité, avec le soutien de notre association et de la structure fédérative Université Paris 13 Délivrez-nous du livre!, une polémique agite le monde de la littérature pour enfants, comme pour nous rappeler que critiquer le livre pour enfants… ne va pas de soi.

À la fin de l’été, le quotidien Le Monde annonce que désormais, son cahier Livres hebdomadaire s’adjoindra les plumes de quatre écrivains qui, à tour de rôle, tiendront une chronique critique, chacun dans leur spécialité : Pierre Michon, Véronique Ovaldé, Sabri Louatah et Christophe Honoré, ce dernier chargé d’évoquer, une fois n’est pas coutume dans ce journal très sérieux, la littérature pour la jeunesse. À quel titre? Comme ses quatre collègues, parce qu’il est écrivain. En particulier, écrivain auteur de quelques livres pour enfants, dont plusieurs furent très remarqués par la critique, justement, et restent considérés comme des livres importants. Sans doute aussi, parce qu’il n’est pas que écrivain pour enfants: une partie de ses textes, publiés aux éditions de l’Olivier, est destinée à un public d’adultes, ceux qui lisent Le Monde, et peuvent donc identifier la signature du nouveau chroniqueur. Sans doute encore parce qu’il n’est pas que écrivain: Christophe Honoré est aussi réalisateur de cinéma, et il est possible qu’il soit davantage connu, par une partie du public, pour cette partie de son œuvre. Reste que ses prises de positions, fréquentes, sur la littérature pour enfants, sa nature, son importance, ont parfois trouvé un écho dans Le Monde, ainsi en avril 2010 quand il prend la plume pour mettre en garde contre la décision du conseil général de Seine-Saint-Denis de baisser ses aides au salon du livre et de la presse jeunesse qui se tient chaque automne à Montreuil. L’article s’intitule Etes-vous pour une jeunesse sans littérature ? et on y lit notamment ce reproche: « Les quotidiens ont depuis longtemps abandonné toute velléité critique la concernant, les universitaires bâillent dès qu’on ose évoquer son existence et dans les familles, si on veut que l’enfant lise, on se fout bien de savoir quel livre il a entre les mains. » Ce n’est pas tout-à-fait vrai, mais Christophe Honoré est habitué de ce genre d’approximations, qui servent sa rhétorique… et d’ailleurs, ce n’est pas tout-à-fait faux non plus, ce qui a peut-être incité Le Monde à confier à l’écrivain cette chronique mensuelle.

Se saisissant de la perche qui lui est tendue par un de ces quotidiens ayant « depuis longtemps abandonné toute velléité critique », Christophe Honoré entend exercer, lui, sa fonction critique. En résultent deux chroniques au vitriol, drôles, cinglantes, cruelles sans doute, voulues manifestement comme un pavé dans la marre trop calme de la critique – ou de l’absence de critique – en littérature pour la jeunesse.

S’estimant offensée, Alice Brière-Haquet (par ailleurs membre de notre association, non pas au titre de son activité d’auteur pour la jeunesse, mais parce qu’elle a entamé une thèse de doctorat sur la littérature pour la jeunesse), visée par la seconde de ces chroniques, répond posément sur son blog. Avec un esprit de mesure qui l’honore, elle a même ce trait fort juste: « Tout ceci étant dit, je vous remercie pour votre article. La littérature jeunesse manque cruellement de vraies critiques et le consensus mou qui l’entoure est sans doute l’une de ses pires ennemies. Seulement, il me semble que vous vous trompez de cible.« 

Mais le consensus mou revient au galop! Ou plutôt, plus que le consensus mou, l’omerta diffuse qui pèse sur le monde du livre pour enfants, au sein duquel il serait  malséant de dire du mal. Les blogs abondent qui encensent tel titre, tel auteur, telle série; on se suit, se congratule, s’extasie. Et devant la « méchanceté » de Christophe Honoré, on dresse un front uni: Clémentine Beauvais chante une chanson dans laquelle elle dresse la liste des sujets qu’on peut critiquer (les albums de Dora l’exploratrice, la littérature industrielle) et ceux dont on ne peut pas dire de mal (ses « sœurs et ses frères » en écriture, qui peinent à vivre de leur plume) et qu’Honoré devrait même soutenir, puisqu‘il a été nommé directeur du CPLJ; Pierre-Michel Robert, sur son blog « La Vie », outré lui aussi par le ton de ces deux chroniques, édicte quelques règles de bon sens: « il en faut pour tous les goûts », »si on n’a pas aimé un livre, on n’est pas obligé d’en parler »,  « le devoir d’un critique est de montrer le meilleur », et enfin, en appelant à Roland Barthes, quand on a l’honneur de se voir confier une chronique dans un « quotidien prestigieux », on se doit de « respecter quelques obligations ».

Les commentaires de ces quelques billets récents (la dernière chronique incriminée date du 2 octobre, nous sommes le 6) vont dans le même sens: « C’est tout sauf professionnel cet article! « , « Cet article est navrant, minable », « Ecrire […] est un travail qui nécessite du temps, de la recherche, de la sueur et du talent (Héééééé oui, aussi)… et tous, nous savons à quel point le texte d’album est difficile à élaborer » , « la littérature qu’il faut combattre est celle qui se vend au Monop’, celle de Dora Hello-Kitty en face du rayon charcuterie », « certains cumuls de mandats (par exemple, écrivain+journaliste critique d’écrivains) devraient être interdits ». D’où il appert que:

– on peut critiquer la littérature pour enfants, si c’est pour en dire du bien;

– on peut critiquer la littérature pour enfants à combattre, celle qui est clairement et préalablement identifiée comme mauvaise littérature (littérature sérielle, industrielle);

– on ne peut pas critiquer ce qui a demandé des efforts à son producteur;

– on ne peut pas critiquer si on est auteur, car si on est auteur on a un devoir de solidarité.

Ce qui revient à dire… que critiquer le livre pour enfants ne va pas de soi. Tous au colloque des 5 et 6 novembre 2015! (et en attendant, relisons Macherey?).

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Peut-on critiquer la littérature pour enfants?," in Le magasin des enfants, 6 octobre 2015, http://magasindesenfants.hypotheses.org/5051.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Pascale Maret dit :

    Il ne s’agit pas d’omerta ni de s’empêcher » de dire du mal ». Il s’agit de défendre intelligemment une littérature jeunesse exigeante. j’essaie de le montrer ci-dessous :
    http://minisites-charte.fr/sites/pascale-maret/blog-18/article/christophe-honore-m-a-enervee

  2. vincent cuvellier dit :

    bonjour,
    je partage la plupart de ce que vous dites. On ne peut pas à la fois demander une égalité de traitement avec les autres disciplines artistiques « adultes » et se plaindre quand on y est soumis.
    D’accord, cette critique est méchante, d’accord, elle s’en prend injustement à quelqu’un, mettons que c’est tombé sur la mauvaise personne, mais voilà, la critique est libre.

    Non, on ne va pas se passer de donner son avis sous prétexte que dora c’est pire… et dora, au moins, c’est clair, ce n’est pas masqué. Il y a plein de livres (je ne parle absolument pas de ceux critiqués par c honoré que je n’ai pas lus), qui peuvent être décortiqués critiqués, éreintés, et cela est bien légitime.

    D’autre part, beaucoup demandent des critiques positives, de découverte, (généralement, dans ce cas là, on emploie le mot « pépite »), et s’appuient sur le fait qu’il y a tellement peu de critiques en littérature jeunesse, que si en plus elles sont mauvaises…
    Et ça confirme le fait qu’en littérature jeunesse, on est encore un peu dans le monde des bisounours.
    Oui, c’est dur, oui, ça fait mal, mais c’est le jeu: le livre est un objet qu’on lance au public, il est logique que de temps en temps, il nous revienne à travers la gueule!

    le prétexte qu’on a du mal à en vivre, et qu’on ne doit donc pas être attaqué, n’est à mes yeux pas recevable non plus… on est tout de même dans une économie, on est tout de même plusieurs dizaines à réussir tant bien que mal à en faire notre métier, quand c’était quasiment impossible il y a 30 ans… et puis, si il fallait regarder la fiche d’imposition avant de critiquer un livre, on ne s’en sortirait pas…

    de plus, ch honoré pointe un fait double: la surproduction et la commande d’éditeurs… par contre, il oublie un peu que notre économie est bancale et que nombre d’entre nous sont obligés de produire plus qu’ils ne devraient.
    Ce n’est pas seulement l’éditeur qui est responsable de la qualité de nos livres, comme je le lisais dans une réponse à ch honoré dans « la vie », mais bien évidemment en premier lieu l’auteur du dit livre… à nous de produire moins et mieux. mais pour ça, deux conditions: que l’écrivain ne publie pas tout à tout prix. Que l’éditeur paie mieux les textes qu’il accepte.

    Dans sa réponse (que j’ai trouvé très bien), alice brière haquet avoue, pas très à l’aise, qu’amoureuse de la littérature, elle a un peu du mal à se considérer comme écrivain, qu’elle se définit plus souvent comme auteur, ou auteur jeunesse. (elle n’est pas la seule, c’est ce qui revient très souvent des discussions que j’ai avec mes collègues). C’est exactement ce qu’a pointé, méchamment je vous l’accorde, christophe honoré. Il reproche justement à de nombreuses personnes qui écrivent pour la jeunesse d’avoir renoncé à être écrivain, et d’être tombé trop facilement dans des « trucs » d’auteurs, d’auteur jeunesse, même…

    Enfin, des accusations de sexisme ont tout de suite été portées à l’encontre de ch honoré, et elles me semblent être un procès d’intention.

    Bien sur, si j’avais du éreinter un livre, je n’aurais pas choisi ceux d’Alice Brière haquet, mais j’aurais eu l’embarras du choix…

    je dirais en conclusion que si la littérature jeunesse veut rentrer dans l’âge adulte, comme le milieu le réclame souvent, il faut qu’elle obtienne ses avantages (meilleur à valoir, non infantilisation de la part des éditeurs, meilleure visibilité dans la presse), mais aussi qu’elle accepte ses dégâts collatéraux: une vraie critique de son actualité et de ses parutions.

    vincent cuvellier

      • Je n’ai pas d’autre légitimité dans ce débat que d’être le mari d’une écrivaine pour la jeunesse (Marie-Aude Murail) et d’avoir eu la chance de l’accompagner toutes ces années. Elle a toujours mené de front écriture, « création » dit-on aussi, et réflexion sur la lisibilité et l’horizon de réception de ses livres, qui n’est pas un horizon abstrait pour elle mais celui formé par les milliers de visages qu’elle a croisés, en France et à l’étranger, auxquels elle s’est adressée et qu’elle a toujours su écouter. Elle a toujours considéré que pouvoir (et même devoir) rencontrer son public était un privilège de « l’auteur jeunesse ». Une grande partie de mes propres convictions viennent d’elle, nourries dans l’échange. Ceci dit, quand j’écris, c’est moi qui écris et elle n’est pas derrière moi.
        Pour revenir à Christophe Honoré, c’est le post de Clémentine Beauvais, dont je suis un des (vieux) « fan », qui m’a incité à aller lire ses deux premières chroniques qui m’avaient échappé. On n’a pas l’habitude de lire dans Le Monde de recension d’ouvrages pour la jeunesse. J’ai été immédiatement révolté par la « manière » qu’avait emprunté Christophe Honoré (et qui ne ressemblait pas à ses livres), par ses formules tantôt méprisantes, ad hominem, tantôt boursouflées. En écrivant « Alice Brière-Haquet ne croit pas dans la littérature. Elle ne croit pas au roman », M. Honoré se voyait peut-être en Sartre concluant son fameux article sur Mauriac « Dieu n’est pas un artiste ; M. Mauriac non plus ». Mais n’est pas Sartre qui veut. Et personne ne peut savoir ce en quoi Mme Brière-Haquet « croit », sauf à se penser soi-même comme « critique omniscient ».
        Ceci dit, oui, on a le droit et le devoir de critiquer les livres pour la jeunesse. Et « tout n’est pas littérature », selon le titre du livre éponyme de Bertrand Ferrier. Je peux donc comprendre le zèle de Christophe Honoré, l’exigence qui est la sienne et qu’il rappelle dans « Secrets d’auteur », ce livre collectif à paraître. Les enfants ont droit au meilleur. Tournier a dit préférer son Vendredi pour les enfants à celui pour les adultes. Mais ayant la chance d’avoir cette tribune, je pense vraiment que Christophe Honoré pourrait en faire une invitation à la lecture, une défense et illustration de la littérature pour la jeunesse, plutôt qu’un jeu de massacre mensuel, accréditant aux yeux de lecteurs du Monde, qui n’ont pas besoin de ça, l’idée selon laquelle la production pour la jeunesse est de la merde, en gros et en détail et que leurs « producteurs » ne sont pas des écrivains. C’était tout le sens de mon post : que Christophe Honoré soit incité à changer de manière, parce que c’est quelqu’un de légitime, d’estimable et qui a du poids. Donc une responsabilité particulière dans ce domaine.
        Autre question de responsabilité : celle de l’éditeur. Je persiste et signe. J’ai distingué soigneusement le texte, qui est effectivement de l’entière responsabilité de son auteur, du livre, qui est de celle de l’éditeur, qui le publie, du moins dans le dispositif traditionnel. Je ne parle pas de l’auto-édition ou de l’édition à comptes d’auteur. De toute façon, dans les deux cas de figure, vaut la maxime caustique de Bergson : « nul n’est obligé de publier un livre »… Mais c’est bien l’éditeur qui est en dernière instance responsable du livre qu’il publie. Preuve en est qu’il l’est devant la Justice des hommes. Au tribunal des Lettres, il l’est aussi car c’est lui qui décide souverainement que le texte qu’il a reçu a atteint le degré minimum de littérarité pour sortir du tiroir. L’éditeur est faillible : Gide avait refusé le premier manuscrit de Proust qui était pourtant légèrement au-dessus du degré zéro de l’écriture… Il peut aussi lui arriver de publier une sous-merde, par aveuglement, attendrissement pour un joli minois, que sais-je encore. Parlons plutôt des Proust pour la jeunesse que des sous-sous-Proust, et avec des vrais concepts critiques, de discernement, puisque c’est l’étymologie du mot…

        • Ah et oui, aussi, « écrire sur commande » d’un éditeur, sous contraintes, n’a rien de déshonorant. Ce qui le serait, c’est d’écrire sur ordre. Je vais reprendre deux exemples que je connais. Marie-Aude a écrit pour Bayard deux livres sur commande : son Jésus, comme un roman (1997) – « Marie-Aude tu ne pourrais pas nous faire un livre qui présenterait la personne de Jésus à des jeunes qui n’y connaissent rien à rien, mais pas un truc de catéchisme ? » et puis aussi « Dis Marie-Aude tu ne pourrais pas nous faire une sorte de feuilleton dans Je Bouquine, pour le passage à l’an 2000 ? » – qui a donné D’amour et de sang. Elle n’a jamais rougi de ces deux livres, qui lui ont beaucoup appris, et notamment à faire un vrai récit à partir d’une documentation.

  3. Marc Grenier dit :

    A la base, il faut se réjouir que la littérature pour enfants accède à la presse nationale.
    Je ne crois pas que la critique des livres pour adultes soit tellement différente des livres pour enfants. Dans une majeure partie, les critiques ne sont que de la pub.
    Mon avis personnel, c’est qu’il ne sert à rien de critiquer les livres commerciaux. C’est toujours parler d’eux et risquer de vite tourner en rond.
    Donc, dans le même ordre d’idée, je crois qu’il vaut mieux évoquer des livres plus discrets, avec honnêteté, et parfois dureté.
    Il y a plus de mépris à passer un livre sous silence qu’à en dire un peu de mal. L’orgueil des auteurs ne devrait pas en être blessé, au contraire, ils devraient comprendre qu’il y a du respect lorsqu’on dit exactement ce qu’on pense d’un livre et qu’on ne le couvre pas seulement d’éloges hypocrites, comme c’est trop souvent le cas dans la « critique » actuelle.

  4. Sophie Limont dit :

    Mais que Ch.Honoré ait trouvé que le livre était nul, bourré de clichés, ok! Ca arrive, il se peut même que ce soit vrai et que A. Brière-Haquet ne se rende pas forcément compte elle-même qu’elle relaie des clichés, qu’elle n’aie pas été en forme à ce moment car il y avait 5 livres à fournir, qu’elle a écrit avec l’énergie et la conviction qu’elle avait à ce moment… Mais il y a dans le billet des attaques limite personnelles, contre elle… Et ça, c’est beaucoup moins justifiable! dire qu’elle ne croit pas à la littérature, là oui, c’est prétentieux et méprisant, et ça fait beaucoup plus de mal que de dire que ses bouquins ne cassent pas trois pattes à un canard!
    Donner les défauts du livre, tant mieux, ça permettra peut-être à A.Brière-Haquet de s’améliorer par la suite, ou pas, ça la regarde; mais s’attaquer à elle ne renseigne en rien sur le livre et n’a rien à faire dans une critique littéraire. Ca n’a aucune utilité, ni même aucun panache.

  1. 7 octobre 2015

    […] Le second parle du thème désiré, comme attendre Noël, découvrir le monde, lire une histoire le soir, etc… qui s’approfondissent chacun dans un chapitre. Les parutions de DOMINIQUE RATEAU aux EDITIONS ERES – Les sciences humaines et les pratiques qui s'en inspirent. Livre Passerelle. Territoires_eveil_1.pdf. Peut-on critiquer la littérature pour enfants? […]

  2. 13 avril 2016

    […] et de ne pas avoir peur de se lancer. Les abonnés Des modèles Conclusion Brigitte Léonard. Peut-on critiquer la littérature pour enfants? – Le magasin des enfants. Au moment où nous annonçons la tenue, à la BnF, d’un colloque intitulé Regards sur la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *