Symposium à Cambridge

28 novembre 2012
Par

A l’initiative de Clémentine Beauvais, doctorante au Center for Children’s Literature de l’Université de Cambridge (Faculty of Education), des chercheurs de l’Afreloce ont eu la possibilité de participer à une journée d’étude, organisée à Homerton College, vendredi 23 novembre. Quatre chercheurs français (Laurence Chaffin, Christophe Meunier, Cécile Boulaire et Matthieu Letourneux) ont pu ainsi présenter leurs travaux, dans un programme articulant nos perspectives de recherche avec celles des chercheurs de ce centre, dirigé par Maria Nikolajeva, qui consacre un billet sur son blog à  notre rencontre. Mais plus qu’une rencontre bilatérale, les échanges ont très vite trouvé une dimension internationale, grâce à la présence de chercheurs invités venant d’Australie, du Brésil, de Grèce, d’Espagne. Voici un compte rendu synthétique de cette journée particulièrement riche.

La présentation introductive de Morag Styles, professeur spécialisée en poésie pour la jeunesse, nous a permis de constater que, tout comme en France, la littérature pour la jeunesse, son enseignement et sa recherche, ont peu à peu gagné en légitimité institutionnelle. Plusieurs publications majeures sont mentionnées:

  • After Alice: Exploring Children’s Literature (Morag Styles, Eve Bearne, Victor Watson – 1992),
  • The Prose and the Passion: Children and Their Reading (Morag Styles et alii – 1994),
  • Voices Off: Texts, Contexts and Readers (Morag Styles et alii – 1996),
  • Opening The Nursery Door (Mary Hilton, Morag Styles, Victor Watson – 1997),
  • Children Reading Pictures: Interpreting Visual Texts (Evelyn Arizpe, Morag Styles – 2002)
  • ou plus récemment: Reading Lessons from the Eighteenth Century: Mothers, Children and Texts (Evelyn Arizpe, Morag Styles, Shirley Brice Heath – 2006)
  • Poetry and Childhood (Morag Styles, Louise Joy, David Whitley – 2010)

Autant de publications dont le rythme et la diversité montrent le dynamisme du centre de recherche, qui a accueilli en 2008 Maria Nikolajeva, jusqu’alors professeur en Suède, ce qui a constitué une nouvelle étape capitale dans la vie scientifique du centre.

Une première session (History and Children’s Book) rassemble deux présentations: Kate Wakely-Mulroney, l’une des rares doctorantes inscrite en littérature anglaise et non en “Education”, présente ses travaux de recherche consacrés à l’analyse littéraire et linguistique de la correspondance de Lewis Carroll, en y étudiant les conventions du “nonsense”. Laurence Chaffin (Université de Caen) expose ensuite ses recherches sur la littérature pour filles en France (1830-1914), un corpus de plus de 100 romans souvent oubliés et néanmoins massivement diffusés, autant d’instruments de construction des filles et d’orientation de leur esprit et de leur devenir.

Une deuxième session (Geographies of Childhood and Adolescence) a mis en parallèle les recherches d’Erin Spring, doctorante à l’Université de Cambridge, et celles de Christophe Meunier, dont la thèse en cours est présentée dans son carnet de recherches “Les territoires de l’album“. Erin Spring s’intéresse au concept de “place” dans la construction de l’identité dans la fiction pour adolescents à partir d’une étude de réception de deux romans, Blink and Caution et Moon over manifest. Christophe Meunier, travaillant à partir d’un corpus de 155 albums, s’intéresse à la question de la représentation de l’espace, aux cartes, plans, espaces réels ou virtuels.

L’après-midi a été consacré à une troisième session (Reading Words and Pictures), ouverte par Cécile Boulaire, qui a présenté l’articulation entre son enseignement et sa recherche, dans un projet de définition d’une poétique de l’album, qu’elle détaille dans son carnet de recherche (voir ici.) Une doctorante de Cambridge, Yi-Shan Tsai, expose ensuite son analyse de la réception du manga auprès des adolescents, en croisant théories de la lecture et expériences cognitives. Enfin, dans une dernière session (New Theorical Perspectives and Territories of Research), Maria Nikolajeva présente un travail en cours, non encore publié, sur la question de l’empathie et de l’identité dans la fiction pour adolescents, illustré par une analyse du roman Slated de Teri Terry. Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest) développe ensuite les logiques de la sérialité et leur influence sur la création fictionnelle, montrant que la perspective sérielle oriente la compréhension des livres pour la jeunesse tout autant que la façon même de les lire. Enfin, Clémentine Beauvais, qui termine actuellement son doctorat (intitulé “From authority to potency: Adult-child power dynamics in politically committed children’s literature”), présente des analyses sur la question du désir et du didactisme dans les livres pour enfants, avant d’introduire et d’animer (quelle énergie!) une table ronde sur les perspectives de la recherche en littérature pour la jeunesse dans les divers pays représentés (Grande-Bretagne, France, Brésil, Grèce, Canada, Espagne, Australie).

Au terme de nos échanges, une certitude s’impose: il est nécessaire de nous ouvrir encore davantage à la recherche internationale. Si des liens existent déjà entre des chercheurs de l’Afreloce et des collègues des universités belges (notamment à Liège autour du Centre de littérature de jeunesse de Michel Defourny),  allemandes (citons Emer O’Sullivan à l’Université de Lüneburg, ou encore  Hans-Heino Ewers, directeur de l’Institut für Jugendbuchforschung de l’Université Goethe à Francfort) ou brésiliennes (avec par exemple Tâmara Abreu à l’Université fédérale de Natal), il est important de faire connaître encore davantage nos travaux et d’engager des dialogues. Plusieurs pistes dans l’immédiat: publier nos appels à communications et à contributions sur des sites étrangers (par exemple au Canada), élargir nos listes de diffusion, faire connaître plus largement notre association (flyers en plusieurs langues ou autres petits supports de communication faciles à distribuer). À plus long terme: participer encore davantage à des colloques internationaux à l’étranger en présentant notre association, inviter des professeurs étrangers dans nos universités si nous en avons la possibilité, publier des articles en anglais et dans toutes les langues que nous maîtrisons.

 Un très grand merci à Clémentine Beauvais et à Maria Nikolajeva pour leur accueil et l’organisation de cette journée, ainsi qu’à tous les collègues et étudiants présents pour les discussions qui ont entouré les interventions.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature comparée et littérature de jeunesse Université Paris 13 Membre de l'équipe de recherche Pléiade (CENEL)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Ressources, Comptes rendus, Actualités de la recherche, Conférences et journées d'études, Actualités de la recherche, Nous signalons..., Ressources, Outils de la recherche

Un commentaire pour “ Symposium à Cambridge ”

  1. [...] French-speakers: Mathilde Lévêque wrote a blog post on this symposium, and so did Cécile [...]

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance.

Carnets de recherche