Parler, raconter, illustrer l’Histoire pour la jeunesse: un pari audacieux?

Journée d’études du 19 octobre 2011

IUFM de Basse-Normandie, centre d’Alençon

De plus en plus de textes ouvrent des réflexions sur l’art de raconter aux enfants les grands événements historiques de notre temps.

Que ce soit la transmission de la Shoah, des guerres, des totalitarismes, de la colonisation, plus récemment de l’esclavage, l’espace public ne cesse d’investir ces traitements historiques, en s’interrogeant notamment sur l’art du récit comme fondement de la transmission.1Voir le numéro de la Revue Le Débat de mai 2011

Or, cette question du « racontage » est au cœur de l’enfance, comme condition de développement. Eduquer, c’est conduire hors des sentiers battus, c’est poser la question du récit comme ferment de la pensée, comme inscription dans une temporalité, celle d’une société donnée. Raconter une histoire, c’est s’inscrire dans une Histoire, c’est osciller entre histoire individuelle et histoire collective.

Dans le cadre des récits offerts à la jeunesse, la question de l’Histoire s’avère toujours problématique : raconter, est-ce donner des faits, faire partager un imaginaire, créer du lien, cimenter les piliers d’une cohésion nationale ? A quelles conditions ? Sous quelles formes ? En particulier sous quelles formes littéraires ?

Ce questionnement sur la tension entre histoire et véracité des faits, entre transmission et mémoire, entre fable et roman pose la question des genres littéraires. Le pacte romanesque est au cœur de l’écriture de l’Histoire. Documentaires ou fictions, romans historiques, récits illustrés, bandes dessinées, albums s’interrogent sur les frontières entre l’Histoire et le romanesque, entre la fiction et le fait historique.

A la croisée de cette réflexion, auteurs et illustrateurs se rejoignent sur leur mission passionnante de transmission, mais aussi sur les difficultés de celle-ci, sur les réécritures de l’Histoire et sur les pressions sociétales et médiatiques. Au cœur de ce couple indissociable : la relation éditoriale qui complique la donne, offrant au-delà de l’art des choix culturels chargés de répondre à la demande du public.

Quelles sont les innovations graphiques et romanesques que l’écriture de l’Histoire s’adressant au public enfantin offre aujourd’hui ? Quelles sont les missions de ce trio : auteur/ illustrateur/ éditeur ? Comment s’inscrit-il dans des points de vue différents ? Quelles représentations autour de l’Histoire véhiculent-ils ? Dans quel but ?

La journée sera axée sur les points de vue d’auteurs et illustrateurs sur la question.

Les conférences d’universitaires accompagneront ce partage d’expériences, de choix éditoriaux et d’une réflexion sur les difficultés de la création en direction des enfants autour de la question de la transmission historique et mémorielle.

Organisation : anne.schneider@unicaen.fr, IUFM de Basse-Normandie, beatrice.finet@unicaen.fr, IUFM de Basse-Normandie

PROGRAMME 

Matinée :

9 h : Stanislas Hommet, Directeur de l’IUFM de Caen : « Raconter l’histoire à l’école, du récit au roman, des outils pour quoi faire ? »

9 h 30 : Christine Plu, Université de Cergy-Pontoise : « Georges Lemoine et l’enfant en temps de guerre, entre émotion et symboles »

10 h : pause

10 h 30-12 h : La parole aux auteurs/illustrateurs : Rolande Causse et Georges Lemoine

« Comment parle-t-on et dessine-t-on l’Histoire aux enfants ? »

Modérateur : Serge Martin, Université de Caen-IUFM/LASLAR

AM :

14 h : Anne Schneider, Université de Caen-IUFM/LASLAR : « La guerre d’Algérie racontée aux enfants : une mémoire impossible? »

14 h 30 : Béatrice Finet, Université de Caen-IUFM : « Rolande Causse : auteur au service des enfants victimes »

15 h : Dominique Lefèbvre, Université de Caen-IUFM : « Lecture intégrale de Mon ami Frédéric d’Hans Peter Richter : l’amitié contrariée par l’Histoire »

15 h 30 : Françoise Guitard, Université de Caen-IUFM : « Quand littérature et Histoire se rencontrent au Lycée ; retour d’expérience(s) »

Clôture : lectures à voix haute de textes de Rolande Causse et de Georges Lemoine par les étudiants de M1 et M2


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *