Coup de crayon à l’Empire

10 avril 2011
Par

Exposition du 7 avril au 21 mai 2011 autour de Napoléon Bonaparte et l’époque napoléonienne dans la bande dessinée

Nous remercions Alain Chiron de nous avoir transmis cette information.

La Ville de La Roche-sur-Yon en Vendée accueille l’exposition Coup de crayon à l’Empire à la médiathèque Benjamin Rabier située au centre-ville ; il s’agit d’une création originale du musée Wellington de Waterloo qui a reçu le soutien de la Fédération européenne des cités napoléoniennes.  L'exposition a déjà été présentée à Waterloo de septembre 2009 à août 2010, à Ajaccio de fin septembre à fin novembre 2010 et à Albenga en Italie de décembre 2010 à la fin janvier 2011. Avec pour l’affiche  le même dessin de Nicomix, qui s’apprête à sortir sur le sujet Les Îles, on peut la découvrir à  La Roche-sur-Yon où elle est en parallèle avec Napoléon caricaturé ; chacune des deux expositions aurait mérité la totalité de la place qui a été consacrée aux deux réunis. Nombre de panneaux réalisés par le musée belge sont donc absents, le choix fait par le service des archives municipales (responsable de la venue de l’exposition) a été logiquement de privilégier le critère de l’intérêt historique par rapport à Napoléon Bonaparte ; cela a pour conséquence de faire l’impasse sur des œuvres qui ont un intérêt historique … pour la bande dessinée dans une ville où est né Benjamin Rabier. Il est ainsi regrettable que le panneau qui évoque la série Bakelandt extrêmement populaire en Belgique d’expression flamande (seuls quelques albums ont été traduits en français) ait été ici supprimé ; dû cette fois aux contenus retenus par le Musée de Waterloo  le manque des albums de Los Guerrilleros considérés comme l’Astérix espagnol ( un seul tome paru en français en 1987 chez Bédésup) finit de priver le visiteur de la connaissance d’œuvres très importantes du neuvième art qui font place à un imaginaire napoléonien dans d’autres cultures. Cet imaginaire se développe actuellement aussi par la transposition dans le domaine de la BD de créations d’auteurs classiques. Cette ouverture très récente, mais en potentielle expansion, aurait gagné à être mise en valeur ("Après la bataille" dans Victor Hugo en bandes dessinées pour Petit à Petit, Balzac avec Les Nouvelles en BD pour Petit à Petit et Tolstoï pour Guerre et paix chez Glénat). L’Imagerie dite d’Epinal dès l’époque louis-philipparde a porté une message louangeur de Napoléon Bonaparte, comme on le voit à travers les reproductions des pages 16-17 consacrées au mythique Saint Napoléon dans le catalogue de l’exposition (tenue en 2003) du musée de l’image Napoléon images de légende, l’épopée napoléonienne  a été aussi une grande source d’inspiration pour des dessinateurs comme Job ou Caran d’Ache et pour la dynamique presse pour enfants entre 1905 et 1914 abonde en histoires illustrées comiques ou dramatiques autour des soldats de l’Empire. Les autres œuvres majeures de la bande dessinée pour adultes et enfants sont évoquées et le visiteur sera pris de nostalgie en retrouvant plusieurs panneaux présentant la série humoristique Godaille et Godasse, scénarisée par Raoul Cauvin,  qui mériterait (à l’exception du tome Un hussard à la mer) d’être considérée comme une œuvre phare de la bande dessinée jeunesse. On redécouvre que les histoires courtes du type de celles de L’Oncle Paul sont légions dans les magazines Tintin, Spirou et Pilote des années dites des Trente glorieuses. Le premier tome des Chronokids (chez Glénat avec un scénario de Zep), avec une histoire en quatre pages permet de façon humoristique d’évoquer tant l’apparence physique de Napoléon Bonaparte qu’une bataille engagée en Italie juste avant son accession à l’Empire ; son oubli est regrettable car il n’existe plus actuellement (si ce n’est des créations de Vance) de titres destinés au public des plus jeunes disponibles chez les éditeurs. Le Musée Wellington a peut-être d’ailleurs été victime dans les manques que nous avons pointés, par les autorisations des illustrateurs, scénaristes et  éditeurs. On peut regretter que ne soit mis en fin de parcours  à disposition des visiteurs pour la lecture que des albums de bandes dessinées destinés à priori à un public adulte. Les structures qui accueilleront bientôt cette exposition avec un budget modeste de cent euros pourraient faire l’acquisition d’occasion de plus d’une demi-douzaine d’album de Godaille et Godasse ainsi que de Rataplan (bande dessinée des années soixante du journal Tintin) ; ceci ne réjouirait pas que les enfants car nombre d’adultes redécouvraient leurs lectures de jeunesse. On pourra voir cette exposition à Rueil-Malmaison de septembre à octobre  2011 et à Hanau en Allemagne en 2013 à l’occasion du bicentenaire d’une des dernières victoires militaires de Napoléon Bonaparte. Il serait alors souhaitable de découvrir l’imaginaire germanophone en la matière ; des BD de l’ex-RDA en particulier en se joignant aux Guerrilleros et à Bakelandt, pourraient venir nourrir un ensemble critique vis-à-vis de la légende napoléonienne.

Coup de crayon à l’Empire. Exposition du 7 avril au 21 mai 2011 du mardi au samedi. Entrée libre et gratuite.
Médiathèque Benjamin-Rabier à La Roche-sur-Yon. T. 02 51 47 45 12.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature comparée et littérature de jeunesse Université Paris 13 Membre de l'équipe de recherche Pléiade (CENEL)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités de la recherche, Expositions

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance.

Carnets de recherche