Comment constituer un corpus?

1. Le catalogue de la Bibliothèque Nationale de France

La première source pour le chercheur qui souhaite travailler sur les livres pour enfants, c’est le Catalogue général de la BnF. On rappelle, pour les étudiants les plus jeunes, que la Bibliothèque Nationale de France (ex- Bibliothèque Nationale, ex-Bibliothèque royale) conserve notamment au moins un exemplaire de chaque livre imprimé ou édité en France, depuis 1537, et que ces versements sont complétés par des acquisitions dans tous les domaines. Cela en fait probablement le fonds le plus riche en France, mais surtout le catalogue le plus rigoureux. Ce qui signifie qu’en théorie, tous les livres publiés en France figurent dans ce catalogue; et toutes leurs rééditions éventuelles y sont aussi. Faire une recherche à partir d’un titre, puis classer les réponses par date croissante, vous permet ainsi de retrouver la date de la première parution d’un livre, date qui « fait autorité » et doit figurer dans votre bibliographie.

Une très riche présentation des collections destinés à la jeunesse conservées par la BnF a été faite, dans la revue Strenæ, par la conservatrice Corinne Gibello:

Corinne Gibello-Bernette, « A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément… », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 14 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/strenae/97 ; DOI : https://doi.org/10.4000/strenae.97

Vous pouvez aussi (surtout pour les périodes les plus récentes) utiliser une partie seulement du catalogue général de la BnF, en sélectionnant sa sous-partie « Univers Jeunesse ». Dans ce cas, vous avez la garantie que toutes les réponses à vos requêtes concerneront des livres estampillés « pour enfants »: c’est très utile quand on ne sait pas ce qu’on cherche, ou qu’on veut être certain que tel titre a effectivement été publié pour des enfants, ou que tel auteur a aussi publié pour la jeunesse.

Dans ce cas, la notice du livre peut éventuellement comporter aussi une évaluation critique: elle a été rédigée par un membre du Centre National de la littérature pour la jeunesse (voir rubrique suivante).

2. Le Centre National de la Littérature pour la Jeunesse

En 1965 s’ouvre à Clamart une bibliothèque pour enfants d’un genre nouveau. Entièrement financée par une bienfaitrice, Anne Schlumberger, qui s’inspire du modèle des public libraries américaines, la bibliothèque de « La Joie par les Livres » est pensée comme devant être un modèle pour les autres bibliothèques destinées à la jeunesse. Pour l’ouverture, des bibliothécaires de la France entière se sont concertées afin de choisir les livres du fonds. Elles ont l’idée de partager le résultat de leurs cogitations, sous la forme d’un petit « Bulletin d’analyse de livres pour enfants », qui devient en 1976 la Revue des Livres pour enfants: c’est « la » revue des bibliothécaires spécialisées, même s’il en existe d’autres, nées dans ces mêmes années pour beaucoup d’entre elles. Un historique de la Joie par les Livres est proposé sur son site, et une importante bibliographie permet de revenir sur l’histoire de cette institution un peu particulière1.

La Revue des livres pour enfants examine, dans chaque numéro, les parutions récentes, dans tous les genres (albums, romans, documentaires, théâtre, contes, poésie, et désormais applications et jeux vidéos). C’est donc une source intéressante pour un chercheur qui constitue son corpus autour d’une question, d’un éditeur, d’une période. Tous les nouveaux livres ne sont pas recensés, bien entendu: seuls ceux qui ont paru assez intéressants pour être présentés aux bibliothécaires, public privilégié de cette revue. Pour cette raison, ces notices critiques sont aussi un témoignage pertinent sur l’esprit d’une période, ses critères de choix. Au-delà de cette rubrique critique, la revue propose des actualités (là encore, beau témoignage de la vie du livre pour enfants depuis 1965) ainsi qu’un dossier thématique. Les chercheurs peuvent librement accéder en ligne à tous les numéros de la Revue des livres pour enfants, sauf ceux des deux dernières années, sur le site de la Joie par les Livres, devenu au fil du temps un centre de documentation, intégré en 2008 à la BnF sous le nom de Centre National de la Littérature Jeunesse (CNLJ). Petit à petit, les critiques produites par la Joie par les livres puis le CNLJ sont intégrées aux notices bibliographiques du Catalogue général de la BnF.

Depuis son intégration à la BnF, la Joie par les livres-CNLJ propose une salle de lecture et de consultation au sein de la bibliothèque, à l’étage ouvert au grand public: la salle I du Haut-de-Jardin. Cette salle met à la disposition des chercheurs, enseignants, parents et enfants un très large fonds de documentation sur le livre pour enfants, mais aussi une « bibliothèque idéale » constituée de classiques pour la jeunesse, des revues professionnelles, ainsi que la possibilité d’accéder à des livres du fonds de conservation. Cette salle complète agréablement, pour un public plus large (et donc, pour des chercheurs en début de recherche, comme des étudiants), la documentation et les fonds accessibles aux chercheurs, en Rez-de-Jardin, dans la salle T, qui comporte une section entière consacrée aux études sur le livres pour enfants (pour le Rez-de-Jardin il faut un accès « chercheur »: une carte pour fréquentation régulière, ou une entrée ponctuelle sur justificatif prouvant qu’il s’agit d’une recherche).

Quant au site internet du CNLJ, il donne accès à beaucoup de ressources intéressantes pour les chercheurs: une liste de livres constituant une « bibliothèque idéale », classés par âge et par genre; des information sur les stages, formations, journées d’études, conférences offerts par le CNLJ; des bibliographies; ainsi qu’une grande quantité de ressources en ligne, dans lesquelles il y a possibilité de glaner beaucoup d’informations permettant de constituer ou compléter un corpus de recherches.

3. La médiathèque Françoise Sagan / fonds Heure Joyeuse

Le fonds patrimonial « Heure Joyeuse » de la Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e): la bibliothèque de l’Heure Joyeuse est ouverte en 1924 à Paris, sous l’impulsion de philanthropes américains. C’est la première bibliothèque pour enfants en France. Dès l’origine, ses bibliothécaires conservent soigneusement les livres achetés pour le plaisir des enfants, et s’efforcent aussi d’acquérir des livres pour enfants du passé. Déménagé en 2004 dans un nouveau lieu, ce fonds patrimonial « Heure Joyeuse » est désormais accessible aux chercheurs au cœur de la médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwarzenberg à Paris (les horaires et plans d’accès sont ici). Le catalogue de son fonds très riche est accessible via le catalogue des Bibliothèques spécialisés de la Ville de Paris: il suffit de sélectionner le fonds « Heure Joyeuse Patrimoine ». Le Catalogue Collectif de France (CCFr) décrit plus en détail certains des dons inclus dans le fonds de cette bibliothèque: Glénisson, Finifter, Held… Pour préparer sa visite, rien de tel que de s’adresser au préalable à l’équipe de conservatrices:  bibliotheque.heurejoyeuse-patrimoine@paris.fr

4. Le Musée National de l’Éducation (Munaé)

Situé à Rouen, le Musée National de l’Éducation est encore une ressource mal connue des chercheurs, alors que c’est un réservoir considérable de pièces historiques. Ses collections résultent de la convergence, en 1980, des «Collections historiques» de l’ancien Musée Pédagogique (créé par Jules Ferry en 1879) et de la collecte nationale opérée par le CRDP (Centre régional de documentation pédagogique, une structure liée à l’Éducation Nationale) de Rouen. Enrichies depuis la création du musée par le biais d’acquisitions et de dons, elles comportent aujourd’hui plus de 900.000 pièces relatives à l’histoire de l’éducation en France depuis le XVIe siècle. Par leur ancienneté, leur diversité et leur complémentarité, les collections constituent un ensemble documentaire exceptionnel.

Vous trouverez au Munaé des objets et documents :

  • des peintures, des estampes et de l’imagerie populaire (12.000 pièces), du matériel pédagogique et du mobilier scolaire (35.000), des documents liés à la «pédagogie par l’aspect» puis audiovisuelle (45.000), des travaux d’élèves et d’enseignants (55.000), des jeux et jouets (3.500) et environ 7.000 documents autographes émanant d’institutions ou de personnages célèbres.
  • des livres et autres imprimés scolaires, des livres de pédagogie et des ouvrages de littérature de jeunesse (115.000).
  • de très importantes archives photographiques (433.000 clichés).

Les collections du Munaé ont été soigneusement cataloguées et mises à disposition en ligne: par ce catalogue extrêmement riche, vous accédez aussi à des milliers de numérisations d’objets.

5. La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (Angoulême)

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image regroupe, entre autres, le Musée de la bande dessinée, et la Bibliothèque de la bande dessinée. Dans les deux lieux, les chercheurs intéressés par l’enfance peuvent accéder à des collections d’albums ou de périodiques spécifiquement destinés à un jeune public. Le catalogue de la bibliothèque permet aussi d’accéder à des numérisations. La Cité étant « pôle associé de la BnF » pour ce qui est de la bande dessinée, ses collections sont extrêmement riches et rigoureusement construites.

5. Des revues spécialisées dans les livres pour enfants

Il existe de nombreuses publications spécialisées dans la critique de livres pour enfants récemment parus. Certaines sont anciennes: dès 1951, la revue communiste destinée aux instituteurs L’École et la Nation publie des critiques régulières de livres pour enfants. À partir de 1957, ces chroniques sont rédigées par l’écrivaine Natha Caputo, qui impose un regarde critique exigeant sur ces œuvres. Mais c’est surtout à partir des années 1960 que se multiplient les revues spécialisées. Ces revues peuvent vous aider, par un dépouillement scrupuleux, à constituer des corpus d’études thématiques.

  • Livres Service Jeunesse, créé en 1963 par l’association des amis de l’école Decroly de Saint-Mandé
  • Livres Jeunes Aujourd’hui, créé en 1970 par l’Union nationale « culture et bibliothèque pour tous »
  • Nous Voulons Lire, créé en 1972 par le CRALEJ (Centre régional aquitain du livre, de la lecture et de la littérature d’enfance et de jeunesse) et dirigé par Denis Dupont-Escarpit
  • Inter-CDI, créé en 1972 par le Centre d’étude de la documentation et de l’information scolaires
  • CRILJ Informations, créé en 1976 par le Centre de Recherche et d’informations sur la Littérature de jeunesse (CRILJ)
  • Trousse-Livres, créé en 1976 par la Ligue de l’enseignement; la revue devient Griffon en 1986.
  • Lecture Jeunesse, créé en 1977 par l’association du même nom (la revue s’intitule aujourd’hui Lecture Jeunes)

Ces revues, dont les anciens numéros ne sont malheureusement pas numérisés, constituent une source importante pour un chercheur qui souhaite travailler sur des publications pour enfants ne se limitant pas au strict contemporain. Elles témoignent à la fois de l’évolution des publications, mais aussi des changements dans les regards critiques portées sur ces livres2.

  1. Gérard Thurnauer, Catherine Blain et Geneviève Patte, Espace à lire: La bibliothèque des enfants à Clamart, Paris, Gallimard, 2006 ; Regards sur le livre et la lecture des jeunes: la Joie par les livres a 40 ans ! actes du colloque tenu au Grand Auditorium de la Bibliothèque Nationale de France les 29 et 30 septembre 2005, Paris, La Joie par les livres, 2006. []
  2. voir à ce sujet le numéro 311 de la Revue des Livres pour Enfants, consacré à « L’Art délicat de la critique » – février 2020, ainsi que le numéro 12, 2017 de la revue Strenæ, « Regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse » []

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search