Programmes de recherches

Les membres de l’Afreloce participent et ont participé à plusieurs projets financés par l’Agence Nationale de la Recherche (projets thématiques « enfance »; projets blancs; projets jeunes chercheurs).

 

  • Isabelle Nières-Chevrel (Université de Rennes 2) dirige et coordonne les chapitres « Littérature de jeunesse » des volumes XVIIIe et XIXe siècles de l’ « Histoire des traductions en langue française » (HTLF), projet ANR coordonné par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson. Mathilde Lévêque (Université Paris 13) est en charge de ce même chapitre pour le XXe siècle.

L’Histoire des traductions en langue française (HTLF) est structurée en grandes périodes : Moyen Âge-Renaissance, XVIIe-XVIIIe siècles, XIXe siècle, XXe siècle. L’HTLF a pour ambition d’établir une histoire non pas de « la traduction », mais des traductions, des œuvres traduites, des conditions de leur traduction, autant que des théories, exprimées ou sous-jacentes, qui sont à leur fondement. Si les œuvres littéraires sont, sans doute, celles qui retiennent en premier lieu l’attention, l’entreprise prend en compte toutes les sortes de traductions réalisées : philosophiques, juridiques, religieuses, historiques, scientifiques… La France n’est pas le seul pays où ces traductions sont réalisées ; outre la Belgique wallonne, la Suisse romande, le Québec, il faut tenir compte des traductions réalisées, par exemple, aux Pays-Bas, en Russie, en Chine, … Le volume qui concerne le XIXe siècle, dirigé par Lieven D’hulst, Christine Lombez et Yves Chevrel a été le premier à paraître (2012) aux éditions Verdier. Le volume HTLF 17-18 (1610-1815), dirigé par Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat a suivi en 2014. Suivra en 2016 le volume HTLF 20 (1914/18-2000), dirigé par Bernard Banoun, Jean-Yves Masson et Isabelle Poulin.

  • Annie Renonciat (INRP, MNE/Université Paris 7) et Michel Manson (Université Paris Nord 13) ont participé au projet ANR « Les biens de l’enfant dans l’espace familial », projet qui a remporté un appel à projet thématique “Enfants et enfance” (2010-2012). Une présentation de quelques-uns des résultats intermédiaires du programme est disponible sur le site du laboratoire Experice.

Issu de la collaboration du laboratoire EXPERICE (Université Paris 13), du CEREGE (Université de Poitiers) et du Musée national de l’Éducation (Rouen), le projet BIENFAN articule plusieurs dispositifs de recherche complémentaires. 
Il s’agit d’envisager de manière globale 
le système des objets destinés aux enfants 
hier et aujourd’hui, dans sa conception comme dans sa réception. Ainsi, une enquête historique s’est attachée à la genèse et au développement de la culture matérielle enfantine depuis 
le XVe siècle. Cette approche historienne 
a été poursuivie par des analyses portant sur 
la société contemporaine, notamment dans 
le domaine de la culture enfantine de masse : 
la conception des produits, les rhétoriques marchandes et les logiques d’adressage 
à l’enfant ont ainsi fait l’objet d’un dispositif 
de recherche spécifique. Enfin, une enquête ethnographique a mis en lumière 
les modalités d’intégration des biens 
de l’enfant dans l’espace domestique.

  • Cécile Boulaire (Université François-Rabelais, Tours) a dirigé le projet « La maison Mame à Tours (1796-1975): deux siècles d’édition pour la jeunesse » (catégorie “jeunes chercheurs” n°JC07-184057, 2008-2011). Un bilan complet du programme est accessible sur le site Mame&fils.

L’étude de la maison Mame était jusqu’à une date récente réputée « infaisable », parce que les archives avaient été intégralement détruites dans l’incendie de l’entreprise en juin 1940. Maison sans archives, l’entreprise Mame était par ailleurs disqualifiée par la nature de sa double spécialisation : l’édition religieuse, l’édition pour la jeunesse. L’équipe réunie ici, composée à parité de littéraires, d’historiens et d’historiens d’art, s’est attelée à reconstituer l’histoire de l’entreprise et de la dynastie qui l’a portée, de 1767 (première installation à Angers) à 1975 (rupture entre la famille Mame et l’entreprise qui porte son nom). A travers 200 ans d’histoire économique et sociale, enracinée en Touraine mais largement ouverte aux influences majeures que connaît l’édition durant ces deux siècles, il s’est agi de déterminer la nature de cette littérature produite pour les enfants des années 1830 à l’après-guerre, d’expliquer le dédain dont elle fait les objets dès les années Ferry, ainsi que l’oubli dont elle pâtit depuis, quoique ses tirages la rendent présente dans la plupart des foyers français. Cette lacune majeure de l’historiographie désormais comblée, l’édition et surtout la littérature destinée à la jeunesse peuvent être étudiées sur des bases consolidées.

Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website