Des modèles à l’étude, une pédagogie par l’objet

Nous avons le plaisir de signaler une journée d’études, sous forme de deux matinées, consacrée à l’éducation « par l’objet » au XVIIIe siècle. Organisée par le Musée des arts et métiers (CNAM), cette journée s’appuie sur l’exposition Top modèles. Une leçon princière au XVIIIe siècle, qui, prévue du 16 octobre 2020 au 7 mars 2021, n’a été vue par personne. Les journées d’études des 3 et 4 juin 2021, organisées sur Zoom, permettront peut-être de mettre à l’honneur certains des objets pédagogiques conservés par le CNAM. Le lien sera adressé sur inscription.

Image d’en-tête: Maquette : Atelier de menuisier, 1783 © Musée des arts et métiers-Cnam/photo Christophe Le Toquin

« Dans le fil de l’exposition Top modèles. Une leçon princière au XVIIIe siècle, le musée des Arts et Métiers propose une journée d’étude en ligne reprenant et approfondissant les thèmes de l’exposition : la pédagogie genlisienne, les modèles réduits et leur fonction d’apprentissage.

La première matinée sera consacrée à la figure de Félicité de Genlis (1746-1830) : sa longue carrière littéraire ainsi que la place occupée par le théâtre, les journaux d’éducation et les voyages dans son programme pédagogique. La seconde matinée donnera l’occasion d’éclairer l’usage du modèle d’instruction en examinant ceux conservés au musée de l’Armée et au musée de la Marine. Ce sera également le temps d’évoquer plus précisément l’originalité de ces représentations d’ateliers dans la typologie complexe des modèles du musée des Arts et Métiers, ainsi qu’une nouvelle proposition d’attribution.

Les interventions se termineront par une présentation de la récente campagne de restauration menée dans le cadre de l’exposition Top Modèles. Une leçon princière au XVIIIe siècle qui a permis de redécouvrir les interventions successives sur ces objets, restées peu documentées. »
 

Jeudi 3 juin 2021, 9h00 – 12h00
Première matinée

Sous la présidence de Bruno Blasselle, ancien directeur de la bibliothèque de l’Arsenal, BnF

9h00 – Accueil des participants et ouverture de la journée par Marie-Laure Estignard, directrice du musée des Arts et Métiers, suivi d’une courte visite virtuelle commentée de l’exposition par Livia Adjadj, médiatrice scientifique au musée

Martine Reid, professeure de littérature, université de Lille 
Lignes de faîte d’une entreprise hors du commun

Si elle s’inspire nécessairement de pratiques et de réflexions antérieures, l’entreprise pédagogique de Félicité de Genlis témoigne d’une inventivité remarquable dont les premiers signes remontent loin dans le temps. Entre 1779 et 1791, gouvernante puis « gouverneur », la comtesse va en effet se charger de l’éducation d’une douzaine d’enfants, dont les enfants d’Orléans, à Paris, à Bellechasse, mais aussi à la campagne, aux châteaux de Saint-Leu et de La Motte, et en imaginer les multiples formes, soucieuse de connaissances aussi larges et diversifiées que possible.

François Bessire, directeur des Presses universitaires de Rouen et du Havre, université de Rouen 
« Un jeune homme instruit et bien élevé voit tout avec intérêt et curiosité » : le voyage dans la pratique éducative de Félicité de Genlis

Pour Félicité de Genlis, le voyage, et le journal auquel il donne lieu, est un outil de formation. Elle emmène les enfants d’Orléans « tout voir » : les couvents, les églises, les châteaux, les jardins, les cabinets de curiosité et les collections de peinture, bien sûr, mais aussi les fermes, les arsenaux et les manufactures. Au-delà de ce que le voyage, commenté et accompagné par des hommes de l’art, apporte de connaissances, il assure aussi une formation morale : il confronte les élèves aux éléments et à la matière et les endurcit. Enfin, il forme au voyage lui-même, suprême exercice de liberté, de découverte et de réflexion.

10h30 – Pause

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, professeure de littérature française, université de Créteil
Théâtre à l’usage des jeunes personnes et realia

Le Théâtre à l’usage des jeunes personnes est le seul ouvrage de Mme de Genlis qui jouit d’une réception critique unanimement favorable. On s’accorde à louer la nouveauté des pièces enfantines qui, à travers des intrigues simples, des dialogues en prose et une atmosphère de realia, mettent en scène un message moral adapté, selon les tomes, à un monde enfantin des deux sexes et de tous les groupes sociaux. S’il ne fut ni le premier, ni le seul, ce théâtre est exemplaire des préoccupations éducatives, des idées pédagogiques et des réponses littéraires, scéniques et éditoriales apportées en cette fin d’Ancien Régime.

Dominique Julia, historien, directeur de recherche, CNRS
Système curial et souveraineté de la pédagogie : l’éducation des enfants d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis

Madame de Genlis doit à sa position de favorite à la cour du duc d’Orléans sa nomination au poste de « gouverneur » des enfants du duc de Chartres. Elle y dispose d’une autorité absolue qui lui a été déléguée par ce dernier dont elle est (ou a été) la maîtresse et la princesse dont elle fut en partie l’éducatrice. Elle déplace progressivement le centre de l’éducation du Palais Royal au pavillon de Bellechasse et au château de Saint-Leu, écarte toute résistance, et contrôle, par un système tentaculaire d’écritures quotidiennes, l’ensemble du dispositif, s’employant elle-même à corriger les résumés que les princes font de leurs lectures ou des pièces de théâtre qu’ils ont vues.

12h00 – Conclusion

Un temps d’échange est prévu à l’issue des interventions.

Vendredi 4 juin 2021, 9h30 – 12h30
Seconde matinée

Sous la présidence d’Anne-Laure Carré, responsable de collections, commissaire de l’exposition et de Dominique Ferriot, professeure des universités, ancienne directrice du musée des Arts et Métiers

9h30 – Accueil des participants

Alain Niderlinder, historien des collections navales, administrateur de l’Association des Amis du Musée de la Marine
Propos sur les leçons de marine données aux jeunes princes et Enfants de France

Évocation des succès et des échecs de la formation navale donnée, dans leur enfance, aux futurs héritiers de la Couronne au travers de divers modèles, objets et documents utilisés pour leur instruction, en particulier les modèles de vaisseaux, le Dauphin Royal, l’Artésien, ainsi que les les cours de navigation du Prince de Joinville et du prince Impérial.

Christophe Pommier, conservateur adjoint, département de l’artillerie, musée de l’Armée 
Les destinations pédagogiques des modèles réduits d’artillerie

Du XVIIe au XXe siècle, certains modèles réduits d’artillerie ont été réalisés pour remplir une fonction pédagogique, que ce soit à destination des princes, des artilleurs, des apprentis ouvriers spécialisés ou encore des publics des musées de l’Artillerie puis de l’Armée. Ils témoignent ainsi du pouvoir pédagogique des modèles réduits, eux qui étaient initialement de luxueux objets de prestige.

10h30 – Pause

Marie-Sophie Corcy
, responsable des collections Communication, musée des Arts et Métiers, et Christiane Demeulenaere-Douyère, archiviste-paléographe et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré, Paris
Une revendication inopinée de paternité pour les modèles de Madame de Genlis : l’« artiste » Mathieu Laveron

Les modèles, dits de Madame de Genlis, demeurent mystérieux à bien des égards… Les recherches de Jacques Payen pour l’exposition « Les techniques au siècle de l’encyclopédie », en 1963, nous éclairent sur leur paternité, attribuée à François Étienne Calla, « élève ou collaborateur » des frères Périer. L’histoire semblait écrite et personne ne revint dès lors sur cette question jusqu’à la découverte fortuite d’un curieux document classé dans les archives historiques du musée des Arts et Métiers.

Lionel Dufaux, responsable des collections Énergie et Transports, musée des Arts et Métiers 
Le modèle, objet de musée aux multiples facettes

L’exposition Top modèles. Une leçon princière au XVIIIe siècle est l’occasion pour les publics du musée des Arts et Métiers de (re)découvrir les réductions d’ateliers provenant des collections des ducs d’Orléans au Palais-Royal. Cet ensemble, tout à fait exceptionnel de par son origine et son histoire, est aujourd’hui habituellement désigné par l’expression « maquettes de Madame de Genlis ». Si elle peut paraître de prime abord anecdotique, la coexistence des termes « modèles » et « maquettes » interroge : ces deux mots renvoient-ils aux mêmes notions ? Au-delà de la terminologie, que signifie l’emploi de ces termes du point de vue de la matérialité des objets, des usages et de l’évolution de leur perception au fil du temps ?

Rémi Catillon, restaurateur du patrimoine et chef du service de restauration des collections du musée des Arts et Métiers
La restauration, outils d’étude, de conservation et de valorisation des modèles

À l’occasion de l’exposition Top Modèles. Une leçon princière au XVIIIe siècle, les modèles présentés ont été restaurés par les ateliers du musée des Arts et Métiers. Cette intervention, souvent indispensable à leur préservation et leur bonne présentation, représente aussi un temps d’étude particulier, permettant notamment de relever les traces laissées par leur histoire mouvementée.

12h30 – Conclusion

Un temps d’échange est prévu à l’issue des interventions.

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search