Appel à contributions: Littérature de jeunesse en formation

Université de Picardie-Jules Verne (UPJV) organise en novembre 2021 à Amiens un colloque international intitulé Littérature de jeunesse en formation, sous la direction de Sophie Pelissier et Anne Delbrayelle. L’appel à contribution figure ci-dessous.

Dans un contexte universitaire et professionnel très évolutif, qui voit aussi le développement du numérique et de l’enseignement à distance, il semble donc opportun de faire un nouveau point sur la formation en littérature de jeunesse, près de dix ans après le colloque « Recherches et formation en littérature de jeunesse, État des lieux et perspectives, » tenu en 2011 et publié en 2012 par la BNF, et près de vingt ans après celui tenu en 2002, « Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui », publié en 2003 dans la revue Argos.

Ce colloque a aussi pour objectif de prolonger la journée d’étude organisée à Amiens par le CAREF (octobre 2015) sur la littérature de jeunesse à l’école et au collège, en apportant un éclairage complémentaire sur les usages et les intérêts de la littérature de jeunesse pour une tranche d’âge différente.

Argumentaire

Depuis les années 1990, la littérature de jeunesse a émergé comme discipline scolaire et champ de recherche universitaire. Consacrée par l’exposition de la BNF en 2008, la littérature de jeunesse a selon B. Ferrier « explosé quantitativement sinon qualitativement » entre 1995 et 2008. L’instauration d’une épreuve orale au CRPE entre 2006 et 2010, les listes élaborées, diffusées et régulièrement mises à jour par EDUSCOL, ainsi que les nombreuses publications et les différents colloques qui lui sont consacrés, contribuent à sa légitimation en tant qu’objet d’enseignement et de recherche. Désormais reconnue, portée par des maisons d’édition multiples, ses publications sont patrimonialisées et légitimées par des salons et des prix prestigieux tant au niveau national qu’international. De même, « la joie par les livres » de la BNF, le salon du livre jeunesse de Montreuil et les associations comme Lecture jeunesse ou les sites et revues spécialisés offrent des espaces d’information et de formation. Enfin des titres de littérature de jeunesse font partie intégrante de l’école de la maternelle à la fin du collège (14-15 ans).

L’université, longtemps méfiante à l’égard d’une littérature que beaucoup en son sein jugeaient jusqu’alors mineure, en est venue à introduire cet enseignement dans ses cursus, même dans ceux a priori relativement éloignés de la littérature de jeunesse, comme la formation en sociologie (Mongenot, 2012), ou même en médecine (Bishop et Fort, 2012). Christine Mongenot affirme ainsi en 2012 qu’il n’existe pas en France une université où l’enseignement de la littérature de jeunesse ne soit proposé sous une forme ou sous une autre : IUT ou certains instituts pour l’édition et la communication qui proposent au sein des universités d’importantes formations aux métiers du livre et de l’édition, centres régionaux de formation aux carrières de bibliothécaires, souvent intégrés aux universités, départements de
lettres et sciences humaines, IUFM devenus ESPE puis INSPE dans le cadre de la formation des enseignants du 1er degré, masters spécialisés destinés aux métiers du livre. Comme le constatent par ailleurs Max Butlen et Annick Lorant-Jolly (2012, p. 8), « les formations à la littérature de jeunesse ont pu bénéficier de cette « universitarisation » qui s’est trouvée confrontée aux questions nouvelles posées par la professionnalisation des acteurs du livre et de la lecture ». Néanmoins, si Christine Mongenot notait en 2012 le développement sensible depuis une décennie de l’offre des formations à la littérature de jeunesse en France, en lien avec la professionnalisation des formations universitaires, presque dans le même temps, Anne-Marie Mercier et Isabelle Tourron-Bertrand (2013) évoquaient le naufrage de la formation des maîtres en littérature de jeunesse suite à la suppression de l’option au concours de professeur des écoles par l’arrêté du 28 décembre 2009. En effet, le nombre d’heures de formation a diminué et l’épreuve d’option a disparu, l’enseignement en littérature de jeunesse pour les enseignants du premier degré est devenu réduit et optionnel, en dehors de quelques « enclaves » : un séminaire ou la rencontre de cette littérature dans des modules orientés sur
d’autres thèmes comme « petite enfance », « genre », etc. Parallèlement, la formation continue a quasiment disparu dans le domaine culturel.

Dans un contexte universitaire et professionnel très évolutif, qui voit aussi le développement du numérique et de l’enseignement à distance, il semble donc opportun de faire un nouveau point sur la formation en littérature de jeunesse, près de dix ans après le colloque « Recherches et formation en littérature de jeunesse, État des lieux et perspectives, » tenu en 2011 et publié en 2012 par la BNF, et près de vingt ans après celui tenu en 2002, « Se former à la littérature de jeunesse aujourd’hui », publié en 2003 dans la revue Argos.

Ce questionnement semble d’autant plus nécessaire que la formation des enseignants a donné lieu ces dernières années à de nombreuses publications (Bishop, et Cadet, 2015 ; Bishop, 2013 ; Cadet et Lavieu, 2019). La formation des enseignants de français, à l’instar de la formation professionnelle, a connu ce que l’on appelle le « tournant réflexif » (Bishop, 2015, p. 6), selon le titre de l’ouvrage de D. A. Schön (1991). S’opposant à une conception applicationniste de la formation, D. A. Schön réaffirme la place de l’analyse de l’action dans le processus de formation des connaissances et le rôle que l’enseignant doit jouer dans cette analyse (Tardif, Borges et Malo, 2012). D. A. Schön met au centre de son approche le principe de « réflexion-in-action », c’est-à-dire ce qui explique les raisons pour lesquelles, dans une situation inconnue, le praticien est capable « d’élaborer d’autres manières de poser et de voir le problème et de développer à partir de là des hypothèses d’actions nouvelles ». Selon Marie France Bishop (2015, p. 7), « c’est l’analyse de l’action, forme de pensée en actes centrée sur les problèmes rencontrés qui fournit les savoirs professionnels ».

Ce colloque a aussi pour objectif de prolonger la journée d’étude organisée à Amiens par le CAREF (octobre 2015) sur la littérature de jeunesse à l’école et au collège (publiée en 2017 chez L’Harmattan : Regards pluriels sur la littérature de jeunesse), en apportant un éclairage complémentaire sur les usages et les intérêts de la littérature de jeunesse pour une tranche d’âge différente. Il ne s’agit pas de viser ici la didactisation des ouvrages de Littérature de jeunesse, ni la façon dont ces ouvrages contribuent à l’apprentissage de la lecture des plus jeunes. La question de la Littérature de jeunesse en formation souhaite s’intéresser, dans un cadre plus large, à tous les étudiants et professionnels qui sont formés à et par la Littérature jeunesse, quel que soit leur cursus universitaire, en formation initiale et continue, aux dispositifs et aux modalités dans lesquels ces formations prennent place, en France comme à l’international. Le colloque littérature pour la jeunesse en formation explorera le ou les rôles assignés à la littérature pour la jeunesse dans la formation initiale et continue : connaissance des corpus; place et cadres de référence pour l’analyse des oeuvres ; enjeux axiologiques ; enjeux didactiques ; enjeux de formation ; prise en compte des curriculums des formés, maitres et élèves. La question de la Littérature de Jeunesse en formation pose plusieurs questions didactiques, notamment celles de l’ouvrage support et/ou objet de problématisation, celle de la formation du lecteur en lien avec l’émergence de nouveaux supports et de nouvelles méthodes, celle des incidences de la formation en Littérature de Jeunesse sur le sujet, qu’il soit ou non professionnel de l’éducation ou de la lecture.

Les communications proposées pourront se répartir selon les axes suivants :
1) L’offre de formation à la littérature de jeunesse en France et à l’international
2) Les usages de la littérature de jeunesse en formation
3) Les enjeux de la formation par la littérature de jeunesse
4) L’impact et l’évaluation de la formation en littérature de jeunesse

Participation
Les propositions de communication se présenteront sous la forme d’un texte de 2000 à 3000 signes espaces et bibliographie comprises, suivi d’une courte présentation bio-biographique de l’auteur/des auteurs.
Elles seront envoyées conjointement à :

  • sophie.pelissier@u-picardie.fr
  • anne.delbrayelle@u-picardie.fr

Date de remise des propositions : 01 mars 2021.

Date du colloque: du 17-11-2021 au 18-11-2021, Université de Picardie-Jules-Verne – Logis du Roy – Passage Du Logis Du Roi 80000 Amiens

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search