Des livres et des images : éduquer la jeunesse dans l’Italie de la Renaissance

Le vendredi 11 décembre, le séminaire de l’Afreloce recevait Fabien Lacouture (Université de Toronto). Nous publions le compte rendu de son intervention, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Fabien Lacouture rappelle son parcours d’historien d’art : après un mémoire de Master 1 sur la représentation de la femme dans la peinture vénitienne puis une recherche en Master 2 sur l’image de l’enfant toujours dans la peinture vénitienne, il a soutenu une thèse de Doctorat sous la direction de Nadeije Laneyrie-Dagen (Paris 1-Sorbonne) : Représenter l’enfant en Italie du Nord et Italie centrale: XIVe – XVIe siècles. Il est actuellement post-doctorant à l’université de Toronto.

Depuis L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime de Philippe Ariès (1973), l’enfant est devenu un objet d’étude pour les historiens. L’enfant change au cours de l’histoire, et la conception de l’enfance avec lui. Ce sont, d’ailleurs, toujours les adultes qui en parlent et qui la peignent.

À la Renaissance, on distingue trois âges : la petite enfance, de la naissance à 7 ans ; la moyenne enfance de 7 à 12-14 ans ; puis, de 14 à l’âge adulte, l’adolescence. La thèse Fabien Lacouture a suivi un plan en trois parties déclinant ces trois âges, ce qui a permis de dégager des thématiques. Mais ce plan tendait à faire paraître les frontières entre les âges plus étanches qu’elles ne le sont en réalité.

Représentations de la petite enfance

Fabien Lacouture a le projet de tirer deux livres de sa thèse, et plusieurs articles. L’un des ouvrages portera sur la petite enfance, autour des questions centrales de la naissance, de la mort et de la survie. La représentation de la naissance est à la fois sacrée (l’Enfant Jésus, la Vierge) et explicative, éducative, illustrant le bon déroulement d’une naissance, ce qui apparaît sur de nombreuses peintures.

Giotto, Nativité de la Vierge Marie, 1303-1305, Chapelle Scrovegni, Padoue.

Les Deschi da parto (plateaux de naissance), plus intimes, étaient souvent décorés de scènes de naissance, et sur l’autre face d’enfants nus masculins. L’objet sur lequel se portait le regard de la parturiente était censé produire un effet sur elle, la vision d’un garçon favorisant une naissance masculine. Le sexe du jeune garçon y était souvent exhibé.

Bartolomeo da Fruosino, 1420, verso d’un vesco da parto représentant un jeune garçon urinant, New York Historical Society

Cependant, ces images ne doivent pas être trompeuses : ce sont des visions idéalisées de la naissance, et non le reflet d’une réalité.

À l’autre extrémité de l’échelle sociale, une autre série de représentations intéressantes est celle des orphelinats et des enfants trouvés. Sur une fresque de l’Hôpital des Innocents à Florence, des figures s’échappent de la scène du massacre des Innocents, à gauche, et gagnent la scène symétrique, à droite, l’Hôpital florentin où elles trouvent refuge.

Bernardino Poccetti, Massacre des Innocents (détail), Hôpital des Innocents, Florence, 1610

On est revenu aujourd’hui de l’idée que les parents n’aimaient pas leurs enfants avant le 18es. L’abandon était, au contraire, souvent motivé par la volonté de préserver l’enfant : il devait lui permettre d’être sauvé, de survivre en attendant peut-être que ses parents puissent venir le récupérer. On trouve aussi des représentations d’accidents domestiques, qui correspondent à ceux que mentionnent les textes (vies de saints) et aux statistiques des historiens. Ces peintures ont un aspect didactique pour inciter les parents à la prudence. On note que sur toutes ces images, la présence des garçons est largement majoritaire.

Portraits d’enfants et d’adolescents

Le deuxième ouvrage que prévoit de publier Fabien Lacouture portera sur les portraits d’enfants et la place des enfants dans les portraits de famille (où les filles se trouvent souvent à l’arrière-plan). Souvent, la famille est scindée en deux, séparant des portraits père-fils (transmission du pouvoir politique, militaire, des instruments du métier) et mère-filles. Les portraits d’enfants ou de jeunes adolescents sont souvent éloquents, comme de celui de Ranuccio Farnese à douze ans par le Titien : un jeune garçon dans un manteau trop grand pour lui, tenant un gant d’homme, et dont la carrure étroite ne correspond pas à la virilité attendue de lui.

Titien, Portrait de Ranuccio Farnese, 1542

Images de l’éducation, éducation par l’image

Comment représente-t-on, sur les images, la façon dont un enfant devient adolescent, un adolescent un homme ? Le modèle est celui des Studia humanitatis : le retour aux textes antiques, notamment Cicéron, Quintilien, Virgile et Homère, les Métamorphoses d’Ovide, les tragédies de Sénèque, César, Salluste, Pline l’ancien, Hérodote, Thucydide, Platon et Aristote. Cicéron est la figure modèle non seulement en tant qu’auteur, mais aussi en tant qu’enfant, comme on le voit sur une fresque de Vincenzo Foppa peinte pour décorer une banque milanaise (XVe s.). Selon Plutarque, Cicéron écolier se serait distingué par son intelligence. Foppa fait de lui un modèle d’enfant parfait qui, à l’aube de l’adolescence, lit au lieu de se laisser tenter par le divertissement.

Vincenzo Foppa, Le jeune Cicéron lisant, c. 1465

Le traité d’éducation de Giovanni Dominici, abbé florentin (Regola del Governo di Cura Familare, c. 1405), insiste sur le savoir-vivre, la civilité (cf. Érasme, De la civilité puérile). Il conseille de mettre sous les yeux des enfants des images de saints comme modèles de vertu.

À l’inverse, on déconseille de montrer aux enfants des images licencieuses. 

Parmi les ouvrages proposant des images éducatives, on peut mentionner un Liber Jesus, syllabaire illustré de la fin du XVe s. et un Ars Grammatica, deux livres destinés à Maximilien Sforza (1498). Ils sont illustrés de miniatures qui le montrent dans une salle d’étude en élève modèle entouré de camarades turbulents, ou à la place d’Hercule dans la scène de la croisée de chemins entre les allégories du Vice et la Vertu. Ici, c’est le jeune garçon qui devient son propre modèle. Deux portraits ouvrent et ferment l’ouvrage : Maximilien et son père Ludovic, placés en vis-à-vis, regardant l’avenir et le passé. Il est intéressant de les rapprocher du dessin de Léonard présentant face à face un vieillard et un jeune homme, sans doute fait à Milan quelques années plus tôt.

Images saintes et exemples de vertus

Parmi les modèles proposés aux enfants, on retrouve souvent Saint Jean-Baptiste au désert, où il s’exile à l’âge de douze ans. Donatello crée un nouveau modèle, passant du Saint Jean-Baptiste vieil homme à l’adolescent : pourquoi ? Peut-être pour donner aux enfants un exemple de vertu. La statue du jeune saint par Benedetto da Maiano au Palazzo Vecchio de Florence, fortement inspirée de celle de Donatello, est entourée d’allégories des vertus (Charité, Tempérance, Justice), et prend place dans un programme iconographique vertueux, représentant peut-être la vertu la plus importante de toutes, la Prudence, celle qu’on prône justement aux adolescents : Jean-Baptiste serait ce que les adultes souhaitent des adolescents. On le retrouve également souvent sous forme de bustes jusque dans l’espace domestique.

Donatello, Saint Jean-Baptiste, 1440-1457, Musée du Bargello, Florence

Le Christ parmi les docteurs est aussi une image fréquente, déclinée à partir de la matrice de la fresque de Giotto, mais on ne peut pas lui prêter avec certitude une intention éducative. En revanche, on sait qu’en 1510 l’humaniste John Colet, pionnier anglais de la pédagogie, a placé dans son école une statue de Jésus parmi les docteurs.

La dernière image, sur laquelle la recherche de Fabien Lacouture doit se poursuivre, est celle de Tobie, représenté comme un adolescent contemporain en tenue de voyage, avec l’archange Raphaël. L’image possède une dimension votive, accompagnant les prières pour des enfants partis en voyage. Des études sur le Livre de Tobie ont montré qu’il relate un voyage initiatique qui mène de l’enfance au statut d’homme marié. On a dans l’image et dans la société civile florentine l’idée d’une protection et d’un guide pour les adolescents.

Verrocchio, Tobie et l’Ange, 1470-1480, National Gallery

Conclusion

Les images ne doivent pas être lues comme des représentations de ce qu’était l’enfant :  elles sont commandées et peintes par des adultes, dans le but par exemple de fournir un modèle didactique (naissance, accidents) ou moral. On peut les rapprocher des sermons et des pièces de théâtre jouées ou vues par des enfants (sur Tobie par exemple).

Bibliographie indicative 

Leon Battista ALBERTI, De la Famille, éd. et trad. par Maxime Castro, Paris, les Belles lettres, 2013 (1433-1440).

Sébastien ALLARD, Nadeije LANEYRIE-DAGEN et Emmanuel PERNOUD, L’enfant dans la peinture, Paris, Citadelles & Mazenod, 2011.

Balthazar CASTIGLIONE, Le livre du Courtisan, éd. et trad. par Alain Pons, Paris, Flammarion, 1999 (1528).

Giovanni DOMINICI, Regola del Governo di Cura Familiare, éd. par Donato Salvi. Florence, A. Garinei, 1860 (c. 1405).

Konrad EISENBICHLER

The Premodern Teenager: Youth in Society 1150-1650. Toronto, Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2002.

The Boys of the Archangel Raphael: A Youth Confraternity in Florence, 1411-1785. Toronto, University of Toronto Press, 1998.

ERASME, De Civilitate morum puerilium ou La civilité puérile d’Erasme de Rotterdam, éd. et trad. par Franz Bierlaire,Bruxelles, La Lettre volée à la maison d’Érasme, 1999 (1530).

Ronald C. FINUCANE, The Rescue of The Innocents: Endangered Children in Medieval Miracles, New York, St. Martin’s Press, 1997.

Philip GAVITT, Charity and Children in Renaissance Florence: The Ospedale degli Innocenti, 1410-1536. Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1990.

David HERLIHY et Christiane KLAPISCH-ZUBER, Les Toscans et leurs familles: une étude du catasto de 1427, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, École des hautes études en sciences sociales, 1978.

Christiane KLAPISCH-ZUBER, « L’enfance en Toscane au début du XVe siècle », Annales de démographie historique, 1973, p. 99-122.

Fabien LACOUTURE

– « Child and God: Understanding the Body of the Christ Child in Medieval and Early Modern Italian Sculptures », in Chiara Franceschini et Cloe Carondelet, Holy children, liminal bodies, Turnhout, Brepols, 2021.

– « Le jeune Jean-Baptiste du Palazzo Vecchio de Florence : un exemplum virtutis », ArtItalie, 26, 2020, p. 22-31.

– « Mens sana in corpore sano. La place du sport et des exercices physiques dans l’éducation des enfants à la Renaissance », Italies, 23, 2019, p. 19-34.

https://journals.openedition.org/italies/6897

– « « You Will be a Man my Son »: Signs of Msculinity and Virility in Italian Renaissance Paintings of Boys » in Matthew K. Averett (dir.), The Early Modern Child in Art and History, Londres, Pickering & Chatto, 2015, p. 99-116.

– « When Life Triumphs: the Meanings of Child Resurrections in Simone Martini’s Blessed Agostino Novello Altarpiece » in The Journal of the LUCAS Graduate Conference, II, 2014, p. 41-60.

William Levin, « Advertising Charity in the Trecento: The Public Decoration of the Misericordia in Florence », Studies in Iconography, XVII, 1996, p. 215-309.

Jacqueline Marie MUSACCHIO, The Art and Ritual of Childbirth in Renaissance Italy, New Haven, Yale University Press, 1999.

Diana Bullen PRESCIUTTI, The Visual Culture of the Foundling Hospital in Central Italy (1400-1600), PhD dissertation, University of Michigan 2008.

Brian PULLAN, « Support and Redeem: Charity and Poor Relief in Italian Cities from the Fourteenth to the Seventeenth Century », Continuity and change, III, 1988, p. 177-208.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search