Traduire les références culturelles dans la littérature de jeunesse australienne

Vendredi 13 novembre 2020, à l’occasion de l’atelier doctoral du séminaire de l’Afreloce à l’ENS, pour une fois dématérialisé, Virginie Pfeiffer a présenté ses recherches de thèse. Nous publions le résumé de cette présentation, proposé par Virginie Pfeiffer, que nous remercions.

Dans le cadre de ma thèse, je m’intéresse à l’ouvrage de littérature de jeunesse australienne Nanberry Black Brother White écrit par Jackie French et publié en 2011. Il raconte l’arrivée de la Première Flotte à Botany Bay (près de Sydney) en 1788, c’est-à-dire le début des colons en Australie et leur rencontre avec le peuple aborigène. Plus précisément, il raconte l’adoption d’un petit garçon aborigène, Nanberry, par un médecin anglais, Surgeon White. On assiste donc à un choc des cultures. Ce roman contient aussi de nombreuses références culturelles qui peuvent s’avérer représenter une difficulté lors de la traduction en français de cet ouvrage puisque le but de ma thèse est de traduire intégralement cet ouvrage en français et d’expliquer mes choix de traduction.

Pour reprendre la définition proposée par Aixela, les références culturelles sont des entités spécifiques d’une certaine culture posant des problèmes de traduction, comme par exemple les références aux traditions, à l’habillement, à la nourriture ou à une institution.

Ces références culturelles ont fait l’objet d’une classification par Göte Klingberg, grand spécialiste et théoricien de la littérature de jeunesse. Il propose 10 catégories différentes qui sont les suivantes : Références littéraires ; Langues étrangères dans le texte source ; Références à la mythologie et aux croyances populaires ; Contexte historique, religieux et politique ; Mobilier et nourriture ; Habitudes et coutumes, jeux et jouets ; Flore et faune (=monde naturel) ; Noms propres, civilité, noms des animaux domestiques, noms des objets ; Géographie ; Poids et mesures.

Après avoir énuméré les 10 catégories dans lesquelles peuvent être classées les références culturelles, il propose 8 stratégies de traduction auxquelles le traducteur peut avoir recours :

Explication intra-textuelle, aussi appelée incrémentalisation (lorsque l’élément culturel du texte source est conservé dans le texte cible mais accompagné d’une courte explication à l’intérieur même du récit) ; Reformulation (le sens est conservé mais pas l’élément culturel du texte source n’est pas reproduit tel quel dans le texte cible) ; Traduction expliquée (l’élément culturel est traduit sans que son nom étranger ne soit reproduit dans le texte cible) ; Explication en dehors du corps du texte (l’explication est présentée sous forme de note de bas de page ou dans une préface par exemple, c’est-à-dire que le traducteur utilise les éléments paratextuels) ; Substitution par un équivalent dans la langue cible ; Simplification (un concept plus général est utilisé pour qualifier l’élément culturel) ; Suppression (la référence culturelle est supprimée dans le texte traduit) ; Localisation (l’environnement culturel du texte de départ est remplacé par un contexte culturel plus proche de celui des lecteurs du texte traduit)

Nous allons étudier quelques-unes des références culturelles qui se trouvent dans l’ouvrage que nous avons choisi. Parmi les références culturelles les plus utilisées dans cet ouvrage, la catégorie de la faune et la flore arrive indéniablement en première position. On retrouve énormément de mentions de végétaux et d’animaux endémiques de l’Australie, comme par exemple le kookaburra. C’est un oiseau mythique dans la culture aborigène. La traduction française est martin-chasseur géant. Néanmoins, on peut se poser la question de savoir si des enfants d’une dizaine d’années connaitraient ce terme en français.

Si on utilise la stratégie d’explication intra-textuelle proposée par Klingberg, ça donnerait : « kookaburra, un oiseau trapu avec un grand bec pointu ». Si on utilise la stratégie de reformulation ou de traduction expliquée, on aurait simplement : « un oiseau trapu avec un grand bec pointu ». Si on utilise la stratégie de substitution, on aurait : « martin-chasseur géant ». Si on utilise la stratégie de simplification, on aurait : « un oiseau ».

Prenons un autre exemple appartenant à la catégorie de la nourriture : le plum pudding, ce dessert typique des fêtes de Noël dans la culture britannique, qui peut aussi faire référence à tout type de puddings bouillis contenant des fruits secs.

Si on utilise la stratégie d’explication intra-textuelle : « le plum pudding, un gâteau aux fruits secs ». Si on utilise la stratégie de reformulation ou de traduction expliquée, on aurait simplement : « un gâteau aux fruits secs ». On ne pourrait pas utiliser la stratégie de substitution car il n’existe pas d’équivalent direct en français. Si on utilise la stratégie de simplification, on aurait : « un gâteau ». La stratégie de localisation reviendrait à dire : « la bûche de Noël ».

Prenons un dernier exemple qui concerne les occurrences en langue aborigène dans le texte anglais, et notamment le terme de coolamon qui est un type de récipient utilisé par les populations aborigènes fait à partir d’une souche de bois et qui a la forme d’un petit canoë. Il servait à transporter de l’eau, des fruits, des noix voire même les bébés lorsqu’il était utilisé comme berceau. Les coolamons se transportaient généralement sur la tête.

Si on utilise la stratégie d’explication intra-textuelle : « le coolamon, un récipient fait à partir d’une écorce de bois ». Si on utilise la stratégie de reformulation ou de traduction expliquée, on aurait simplement : « un récipient fait à partir d’une écorce de bois ». On ne peut pas utiliser la stratégie de substitution car il n’existe pas d’équivalent direct en français. Si on utilise la stratégie de simplification, on aurait : « un récipient ».

Nous venons donc d’étudier un certain nombre de références culturelles présentes dans l’ouvrage de littérature de jeunesse que nous avons entrepris de traduire. Nous avons étudié plusieurs stratégies de traduction possibles, mais alors laquelle choisir ? Les stratégies de simplification, suppression ou localisation nous semblent peu pertinentes car elles ne permettent pas de rendre compte des spécificités australiennes, or l’un des buts de la littérature de jeunesse est d’instruire les jeunes lecteurs. Nous pensons donc qu’il est important de conserver les références culturelles étrangères afin de les exposer à des cultures différentes de la leur. Néanmoins, ces références culturelles doivent être accompagnées d’une courte explication soit au sein même du texte, soit en dehors du texte, c’est-à-dire sous forme de note de bas de page ou dans un glossaire par exemple. Quant à la conservation du terme dans sa langue source, c’est-à-dire en anglais ou en langue aborigène dans notre cas, nous pensons qu’il est préférable de le conserver aussi dans le texte traduit en français afin de créer une prise de conscience chez les lecteurs enfants des réalités culturelles et linguistiques différentes de la leur.

En réalité, le choix de la stratégie de traduction dépend en partie de l’objectif du traducteur : souhaite-t-il rendre la traduction totalement invisible ou au contraire créer un sentiment d’étrangeté chez le lecteur ? Il ne faut pas non plus oublier que des stratégies différentes peuvent être choisies en fonction des références culturelles, il ne faut pas forcément une seule et unique stratégie de traduction qui devrait s’adapter à toutes les références culturelles mais plutôt les analyser au cas par cas.

Virginie Pfeiffer

Références utilisées dans cette présentation

Aixela, Javier Franco. « Culture-specific items in translation ». Translation, Power, Subversion. Eds. Roman Alvarez et Carmen-Africa Vidal. Multilingual Matters, Clevedon, 1996, pp. 52-78.

French, Jackie. Nanberry Black Brother White. Harper Collins Australia, 2011.

Klingberg, Göte. Children’s fictions in the hands of translators. Gleerup, Lund, 1986.

Autres références importantes sur ce thème

Frank, Helen. Cultural encounters in translated children’s literature : images of Australia in French translation. St Jerome Pub, Manchester, 2007.

Kim, Hyerim et Kim, Jiyeon. « A Study on Translation Strategies of culture-specific items ». Meta : A Translators’ Journal, 60 (2), 2015.

Santamaria, Laura. « The Translation of Cultural Referents: From Reference to Mental Representation ». Meta : Translators’ Journal, 55 (3), 2010, pp. 516-528.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search