Le rire dans les textes et la culture des jeunes

Nous relayons l’appel à contributions de la revue canadienne Jeunesse: Young People, Texts, Cultures, pour un numéro spécial consacré au rire. Calendrier:

  • 1er juillet 2020: remise des résumés
  • 1er octobre 2020: remise des manuscrits

Jeunesse : Young People, Texts, Cultures vous invite à soumettre un résumé en français ou en anglais sur le rire en relation avec les textes et la culture des jeunes pour un numéro spécial qui sera publié à l’été 2021.

Bien que l’idée même du rire puisse sembler inappropriée lors d’une pandémie, le nombre élevé de mèmes se moquant de la pandémie sur Internet indique que le rire s’est avéré thérapeutique pour plusieurs d’entre nous. Peu importe les difficultés vécues, le rire fait partie de la vie de beaucoup de gens dès l’enfance et tout au long de leur vie. Alors qu’à première vue, il peut sembler être simplement une expression innocente de l’amusement, le rire est en fait une forme d’expression beaucoup plus complexe. Un rire peut être soudain, ambigu, inattendu voire sinistre. Il peut s’agir d’un sursaut involontaire d’émotion ou il peut être stratégique, dérisoire et dédaigneux. Lorsqu’il est partagé, le rire peut favoriser le sentiment d’appartenance à la communauté tout en créant une distinction entre ceux qui y appartiennent et ceux qui n’y appartiennent pas. En effet, un rire déplacé peut être perçu comme une mauvaise interprétation des codes culturels. De plus, ce qui est considéré comique peut changer au fil du temps et est en grande partie déterminé culturellement, même si le rire lui-même est une forme d’expression remarquablement universelle malgré ses nombreuses formes et ses contextes divers. Étant à la fois une vocalisation omniprésente et non verbale exprimant la joie ou la gaieté (Bryant et coll. 1516) ainsi qu’un “multifaceted social signal” qui peut aussi servir de signal de rejet social (Ethofer 353), le rire a posé un défi important aux chercheurs en sciences, sciences sociales et humaines.1 Comme Bakhtine le note dans son introduction à Rabelais and his World, “[l]aughter and its forms represent […] the least scrutinized sphere of the people’s creation” (4). En dépit du grand nombre de recherches et de réflexions philosophiques sur le rire, il semble que nous avons encore beaucoup à apprendre à ce sujet. Son importance est mise de l’avant par la tendance humaine à vouloir produire des rires en réponse au monde, à l’évoquer et à s’en inspirer sous toutes ses formes et genres, ainsi que dans la pratique culturelle quotidienne. Il s’agit sans doute d’un registre intégral de divertissement qui, comme le souligne Richard Dyer « offers the image of ‘something better’ to escape into, or something we want deeply that our day-to-day lives don’t provide. Alternatives, hopes, wishes—these are the stuff of utopia, the sense that things could be better, that something other than what is can be imagined and maybe realized » (20).

Il ne fait aucun doute que le rire joue un rôle important dans les textes et cultures des jeunes, un rôle qui diffère considérablement de celui qu’il joue chez les adultes, bien qu’autant les adultes que les enfants peuvent rigoler en réponse aux médias pour enfants puisque ceux-ci s’adressent souvent à un double public (Butler 40). Dans les albums jeunesse, une esthétique scatologique indisciplinée et dégoutante peut provoquer des rires hystériques chez les enfants, dont les goûts et les connaissances limitées invitent à des engagements uniques avec le grivois. On pourrait affirmer que l’humour grivois tend à attirer un type de rire différent des enfants que des adultes, faisant de la recherche sur le rire des enfants un complément important et nécessaire à la recherche sur l’humour et la comédie dans la littérature jeunesse.2 Cette orientation peut être particulièrement importante en éducation à la petite enfance puisque, comme le souligne Laura Tallant, les chercheurs ont eu tendance à privilégier le rôle que joue l’humour chez les enfants d’âge scolaire (252). De plus, le rire peut fonctionner comme ressource interactionnelle. La recherche existante se concentre cependant de façon disproportionnée sur les adultes et le rire comme ressource interactionnelle chez les jeunes n’est pas bien compris. Gareth Walker soutient qu’il serait aussi important pour les enfants que pour les adultes de comprendre comment utiliser le rire d’une manière réflexivement responsable (20).

Le côté sombre du rire émerge aussi dans les textes et les cultures des jeunes, notamment dans le contexte de l’intimidation où il fonctionne comme un moyen d’articuler le pouvoir et le contrôle. Les représentations du rire ne servent pas toujours à s’évader, mais peuvent agir comme un déclencheur pour les jeunes lecteurs qui ont été victimes de rires hostiles. Témoignant des effets psychiques du rire malveillant, la peur du rire, appelée« gélotophobie », est un objet d’étude en recherche psychiatrique.3 Rire, ou être celui dont on se moque, peut déterminer la position sociale chez les enfants de la même façon qu’elle le fait chez les adultes. La fonction sociale du rire demeure un site clé de recherche critique pour les chercheurs qui étudient la culture des jeunes. La recherche en sciences sociales est donc aussi importante que la recherche en études littéraires ou culturelles afin de donner un sens au rire comme expression complexe, polyvalente, dynamique et puissante chez les jeunes.4

Afin de tenter de pallier certaines des lacunes dans la recherche sur le rire, nous invitons des articles qui offrent des analyses critiques du rire dans les textes et les cultures des jeunes pour un numéro spécial sur le sujet. Les analyses sociales ainsi que celles qui utilisent des approches historiques, littéraires, théâtrales, médiatiques ou culturelles sont les bienvenues.

Les articles peuvent aborder les sujets suivants, mais ne sont pas limités à ce qui suit :

  • Le rire et l’appartenance à la communauté : inclusion et isolement
  • La satire/parodie dans les médias pour enfants ; double public
  • L’humour corporel, grivois et carnavalesque
  • Le rire dérisoire ; le rire cruel ; la moquerie ; la gélotophobie
  • Le rire en tant que récompense, apaisant et/ou exécutant social
  • Le rire comme expression ; le rire et l’affect
  • Le rire à travers les cultures
  • Le rire et le sexe/genre ; l’orientation sexuelle ; les textes queer, les identités et les cultures
  • La sublimation, le rire/ les larmes et le rire qui gêne
  • La comédie, la comédie déjantée, l’horreur : le rire et les genres littéraires
  • La catharsis et l’annihilation
  • Le rire en tant que ressource interactionnelle
  • Le rire et la contagion
  • Le rire et l’optimisme/pessimisme
  • Les clowns et rire
  • Les mèmes amusants représentant des enfants et le regard adulte
  • Les bandes dessinées
  • Le rire dans les histoires, les films, la télévision, les jeux vidéo, les vlogs et autres médias conçus pour les jeunes ou créés et/ou consommés par eux

Calendrier

  • Date de remise des résumés, rédigés en français ou en anglais: 1er juillet 2020
  • Les auteurs des résumés sélectionnés seront avertis vers le 15 juillet 2020
  • Date de remise des manuscrits finaux : 1er octobre 2020
  • Évaluations par les pairs : octobre 2020 à janvier 2021
  • Révision des manuscrits par les auteur.e.s en fonction des commentaires des évaluateur.trice.s: janvier à avril 2021
  • Publication : été 2021

Tous les articles seront soumis à un processus d’évaluation en double aveugle par les pairs et pourront être rédigés en anglais ou en français. Ils doivent compter environ 7000 mots.

Questions : Lauren Bosc, Rédactrice : bosc@uwinnipeg.ca

De plus amples renseignements sur les lignes directrices en matière de soumission sont disponibles à : http://jeunessejournal.ca/index.php/yptc/about/submissions#onlineSubmissions


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search