A propos de la validation du semestre

Comme il m’arrive de le faire, exceptionnellement et occasionnellement, j’utilise ce carnet de recherche pour publier un « billet d’humeur ».

Comme bon nombre de mes collègues, je m’interroge en effet sur l’évaluation de ce semestre universitaire et sur sa validation. Depuis le début du confinement, je suis en contact avec mes étudiant.es de licence et de master, je leur envoie des cours et de la documentation, autant pour assurer une sorte de continuité du semestre que pour ne pas rompre le lien en partageant connaissances, savoirs et cultures – c’est mon métier. Je propose des exercices avec les cours que j’envoie, plutôt pour les aider à se concentrer : écouter ou lire un cours sans support n’est pas chose facile. Lorsque j’enseigne, je suis toujours debout, j’utilise beaucoup le tableau, j’interroge les étudiant.es pour que leur attention demeure – les exercices que je donne en ce moment sont une sorte d’équivalent à cette pratique plus qu’une évaluation, dont je sais qu’elle est contestable : parmi mes étudiant.es, certain.es sont malades, ont perdu un membre de leur famille, sont isolé.es, doivent travailler en grande surface, n’ont pas d’ordinateur mais seulement un téléphone, vivent dans des chambres universitaires minuscules, ont à peine de quoi manger, etc. Ces situations sont connues et ont été décrites par plusieurs collègues et médias.

En réfléchissant à ce casse-tête des évaluations, un souvenir m’est revenu tout à coup. Lorsque j’étais en maîtrise de lettres modernes dans une université qui s’appelait alors Paris IV (alors oui, je sais, c’était il y a longtemps, avant Bologne, avant la LRU, avant le LMD, la semestrialisation, les ECTS et les fusions d’universités, mais tout de même), il fallait suivre deux séminaires pour valider son année : celui de son directeur ou de sa directrice de recherche et un séminaire au choix. Par commodité, je me suis inscrite dans le même séminaire qu’une amie, elle-même inscrite en maîtrise d’études latines. Le principe était simple : il suffisait d’assister au cours pour obtenir la note de 16/20. Si vous étiez sous la direction du professeur qui dispensait ce cours, comme mon amie latiniste, la note était 17. Aucun examen, aucune évaluation. Je ne sais même pas s’il faisait émarger mais je ne crois pas. J’y allais régulièrement parce que cela me faisait travailler mon latin, parce que j’aimais déjà traduire (c’était un cours de traduction de lettres de Saint-Augustin) et parce que c’était l’occasion de partager un moment bien sympathique avec mon amie. Donc, sans rien faire d’autre qu’assister au cours, j’ai eu droit à un 16. L’avais-je mérité ? Etait-ce un cadeau démagogique ? Mon diplôme de maîtrise en est-il pour autant dévalué ? y a-t-il eu une révolution pour réclamer la démission de ce professeur ? A-t-on crié au scandale ? Non. Et que celui ou celle qui, au cours ces études, n’a jamais connu une telle expérience me jette le premier pavé de maquettes qui lui tombera sous la main.

Alors voilà : maintenir des évaluations comme si de rien n’était et à tout prix, sous prétexte que la qualité des diplômes est en jeu relève pour moi d’une très grande hypocrisie. Le ministre de l’Education nationale a trouvé une solution pour le baccalauréat : ce n’est peut-être pas la meilleure, mais comment faire autrement ? Et ce n’est pas anecdotique : les candidats au baccalauréat sont plus de 700 000 et les épreuves anticipées de français (suppression de l’épreuve écrite, passant en contrôle continu et réduction du nombre de textes pour l’épreuve orale) concernent plus de 500 000 élèves de première. Soit plus d’un million de lycéens concernés. Le ciel nous est-il tombé sur la tête ? Non. La météo est même clémente, c’est heureux. Combien d’étudiant.es sont inscrit.es dans les universités françaises ? Je n’ai pas réussi à trouver de chiffres exacts mais je pense que l’ordre de grandeur est à peu près similaire.

Si le ministre de l’Éducation nationale a pris une décision qui concerne l’ensemble des lycéen.es, la ministre de l’Enseignement supérieur n’a pour le moment rien annoncé. Chaque université reporte, maintient, modifie, diffère. Bien sûr, si la validation automatique de ce semestre était décidée, on trouverait toujours des étudiant.es qui en profiteraient. Mais tout comme des étudiant.es profitent d’être confortablement confiné.es, matériellement et psychologiquement, d’avoir une bibliothèque personnelle ou familiale bien remplie, d’avoir une famille suffisamment aisée pour ne pas être contraint.e d’aller travailler, d’être en bonne santé avec leurs proches, de disposer d’un espace de travail personnel, de matériel informatique de qualité et d’une connexion internet à haut débit, de pouvoir profiter du confinement pour lire en paix, se reposer, se détendre, réfléchir, etc.

Alors, à qui décide-t-on de faire un cadeau ?

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.