Appel à communications : « La représentation du jeu dans les écritures jeune public : repérages, contours et horizons d’un territoire »

Colloque : « La représentation du jeu dans les écritures jeune public : repérages, contours et horizons d’un territoire »

Université d’Artois, Arras, 6-7 avril 2011

Coordonné par Françoise Heulot-Petit et Sandrine Le Pors, maîtres de Conférences en Arts du Spectacle

Équipe d’accueil « Textes et cultures », axes « Praxis et esthétique des arts » et «Littérature et cultures de l’enfance », Université d’Artois, Arras.

En collaboration avec Culture Commune, Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais et le Théâtre d’Arras, Scène conventionnée musique et théâtre.

Au-delà du plaisir et de son caractère gratuit, le jeu est le lieu d’une délivrance d’un excédent de vitalité mais aussi l’expression d’une intériorité complexe parce qu’en devenir. Son caractère spontané met à jour, tant au niveau du corps que de la parole, les instincts, les peurs, les désirs et les rêves qui habitent l’enfant. Au théâtre, l’auteur lui-même, en se plaçant du point de vue de l’enfant, interroge et ménage pour le lecteur/spectateur un espace de jeu « depuis l’enfance ». La diversité des écritures qui s’exprime aujourd’hui dans le répertoire jeune public, récemment mis en valeur par Marie Bernanoce et Nicolas Faure, nécessite un premier repérage des enjeux de cette notion, à la fois comme « jeu dans l’écriture » et « écriture du jeu ».

Les jeux d’enfants, individuels ou collectifs, encadrés ou non par les adultes, créent dans l’écriture des espaces de liberté où l’enfant réinvente ses propres règles selon les modèles dont il dispose et dont il veut aussi parfois s’éloigner. Pouvons-nous caractériser ces espaces de jeu ? Voyons quelle place occupent l’espace et le temps du jeu dans la fiction. Dans quelle mesure le traitement spatio-temporel du jeu ébrèche-t-il l’écriture du dialogue et participe-t-il à une inclinaison de l’écriture contemporaine qui donne une large part à la narration ? Dans le théâtre jeune public, en effet, l’épique (raconter et se raconter des histoires) et l’action ludique (le jeu concret, précisé ou non dans les didascalies) sont autant d’échappées vers le lyrisme et l’onirisme qui déplacent les catégories du drame.

L’écriture révèle son caractère ludique quand elle emprunte des chemins de traverse comme le modèle littéraire ou oral (de la parabole au conte en passant par la chanson), le modèle artistique (peinture, sculpture) mais aussi quand elle brasse et convoque certaines « mythologies » contemporaines (télévision, cinéma, jeux vidéo). Toutefois, ce ludisme n’est pas exempt de confrontations avec la souffrance et les inquiétudes de l’enfance.

Oscillant entre ludisme et « paysages dévastés », l’auteur habité par le souci de ne pas « blesser l’enfance », arpente un territoire et pose des balises qui permettront à l’enfant de se repérer. Si l’enfant peut se perdre dans le territoire, éprouvant frayeur et plaisir, il retrouve souvent le chemin de la stabilité qui l’aide à grandir et à faire face au monde. Cette exploration suppose une dramaturgie fondée sur une juste distance par rapport à l’événement représenté.

Le répertoire jeune public présuppose-t-il une instance auctoriale (parodique, subjective ou ironique) devenue instance ludique faisant de l’auteur un meneur d’écriture qui, dans le plaisir et la prise de risque, joue avec les règles du jeu théâtral et – quand il ne se consacre pas exclusivement au répertoire jeune public – déjoue ses habitudes d’écriture ? Cette instance ludique délivre, à l’enfant spectateur et à ceux qui l’accompagnent, pendant et après la représentation, une énigme à déchiffrer. Enfin, du côté des processus d’écriture, nombreux sont les auteurs qui mettent à l’épreuve leur texte, encore à l’ébauche, dans un échange régulier, pratique et dialogué avec les enfants, instaurant un va-et-vient entre l’écriture et le jeu.

Nous proposons les pistes de réflexion suivantes :

  • Le jeu dans l’écriture
  • Typologie des formes de jeux représentés : de la marelle au jeu vidéo, du jeu de rôle au théâtre dans le théâtre.
  • Les échos du monde dans le jeu de l’enfant.
  • Le corps en jeu : jeux de filles, jeux de garçons ?
  • Le jouet-personnage, bestiaire et chimères.
  • Les règles du jeu, les rites d’entrée, les lois de la bande, le bouc-émissaire.
  • Le jeu comme espace de liberté, de plaisir et de dépense.
  • Le jeu comme lieu de refuge et de stabilité.
  • Les chemins de la reconnaissance : la découverte de soi et de l’autre.
  • Le jeu comme espace d’apprentissage vers le monde adulte.
  • L’écriture du jeu
  • Jeux de friction entre la « grande action » et les actions ludiques.
  • Jeux d’adresse : adresses singulières ou multiples, destinataires incertains, destinataires fantasmés ou imaginaires.
  • Jeux d’énonciation : auteur, narrateur, sujet d’écriture, instance auctoriale, instance ludique.
  • Jeux d’écriture : oralité, place du silence, rythme, langue et inventions de langage.
  • Jeux de reprises : intertextualité, détournement des genres (le conte, le feuilleton)
  • Modèles de jeux : simulacres, jeux de hasard et navettes mythiques.
  • Les limites du jeu
  • La figuration des jeux dans les limites du plateau, l’espace du collectif.
  • Espace-temps ludique, festif, sacrificiel.
  • Jeux de massacre, jeu et violence, jeu et mort.
  • Jeux d’ombre : figurations de l’absence, allégories, compagnons imaginaires.
  • Le jeu comme espace du cauchemar.
  • Jeux de rêves et fééries.

Composition du comité scientifique :

Florence Baillet, Maître de conférences en Etudes Germaniques, Université de Paris VIII.

Marie Bernanoce, Maître de conférences en Arts du spectacle, Université Stendhal – Grenoble 3

Joseph Danan, Auteur de théâtre et Maître de conférences habilité en Études théâtrales, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle

Françoise Heulot-Petit, Maître de conférences en Arts du spectacle, Université d’Artois

Suzanne Lebeau, Auteur de théâtre (sous réserve)

Daniel Lemahieu, Auteur de théâtre

Sandrine Le Pors, Maître de conférences en Arts du spectacle, Université d’Artois

Francis Marcoin, Professeur en Langue et littérature française, Université d’Artois.

Christiane Page, Professeur en Arts du spectacle, Université Rennes II

Calendrier :

– propositions de communications (1 page) et CV : 20 octobre 2010

– Avis du comité scientifique : 20 novembre 2010

Les propositions de communications sont à adresser par courrier électronique à la fois à Françoise Heulot-Petit et à Sandrine Le Pors :

francoise.heulot@voila.fr

sandrine.leporsrobin@free.fr


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.