Quels livres écrivons-nous?

Il y a quelques jours, une collègue chinoise, actuellement professeure invitée dans une université américaine, me contacte avec une requête singulière. Un éditeur chinois travaille actuellement à monter une collection d’ouvrages universitaires consacrés à la littérature pour la jeunesse. Il s’agit, dans un premier temps, de traduire des langues occidentales les ouvrages les plus pertinents à faire connaître aux universitaires chinois. Les deux éditrices responsables de cette collection, qui sont ma collègue chinoise et sa partenaire américaine, me demandent alors de leur indiquer les plus récents ouvrages de théorie de la littérature pour la jeunesse parus en France – si possible, en signalant plutôt leur traduction anglaise.

Afin de lui répondre, je consulte la catégorie “publications” de ce Magasin des enfants que nous essayons collectivement de tenir à jour, notamment en ce qui concerne les parutions.

La requête fait apparaître avec évidence quelques points qu’il serait sans doute intéressant de ruminer entre chercheurs:

  • nous ne publions pas de “théorie de la littérature pour la jeunesse”.  Non seulement nous n’en écrivons pas, mais nous n’en traduisons pas non plus. Or à l’inverse, les anglo-saxons en raffolent. Peut-être serait-il intéressant, un jour, de nous pencher sur ces deux manières très différentes d’aborder les livres pour enfants? Non pas pour changer nos manières de faire, mais pour être en mesure de les expliciter?
  • nos livres ne sont pas traduits en anglais…
  • plus gênant : nous ne publions, à vrai dire, pas beaucoup de livres. La rubrique “publications” de notre carnet de recherche signale des numéros de revues (Les Cahiers Robinson et Strenæ pour les plus régulières, mais aussi d’autres), mais finalement peu de livres.
  • peut-être plus préoccupant encore : nous publions peu de véritables monographies ou essais, assumés par un auteur unique. La plupart des livres signalés sur le Magasin des enfants, en effet, sont en réalité des recueils d’articles, souvent issus d’un colloque ou d’un programme de recherches – avec les fragilités inhérentes à ce type de modèle éditorial.

Ces premières remarques purement formelles étant passées, j’ai ordonné, pour cette collègue chinoise, les publications de ces 18 derniers mois en les classant par thématiques de recherches. Ce qui fait apparaître deux thématiques dominantes : l’étude du conte (6 parutions) et celle du genre (3 titres). Plusieurs des titres signalés concernent des études historiques, souvent pluridisciplinaires (3), et une forte polarisation sur l’Europe.  Un peu de “translation studies“, un peu de culture populaire, un peu plus d’études sur l’album… et c’est tout.

Ce très bref repérage, totalement fortuit, mériterait évidemment d’être élargi et complété pour avoir une réelle valeur d’analyse. Néanmoins, répondre à cette sollicitation m’a brutalement fait prendre conscience de la particularité de notre régime de publications.  J’avance quelques questions, auxquelles l’Afreloce, en tant que société savante construite précisément autour de l’idée de fédérer les études pour mieux les structurer, pourrait imaginer réfléchir collectivement :

  • la répartition thématique relevée dans les annonces de parutions reflète-t-elle la réalité des recherches menées actuellement en France, ou avons-nous devant nous un miroir déformant? Même question à propos des proportions : les recherches se font-elles, en quantité, de la manière reflétée par ces annonces, ou sommes-nous en face d’effets sur lesquels nous pourrions peser? (ce qui signifie : les recherches qui se font réellement sont-elles toutes visibles?)
  • le choix de publier surtout des numéros thématiques de revues ainsi que des actes résultant de travaux collectifs relève-t-il d’une démarche assumée, ou s’agit-il d’un phénomène auquel nous pourrions collectivement choisir de substituer une démarche éditoriale plus politique?
  • quid de la visibilité internationale de nos travaux, qui doit passer par leur traduction en anglais? Il va de soi que cette question est intimement liée à la précédente, les traductions ne pouvant guère s’envisager pour des collectifs, sauf dans des conditions très précises.

Sans anticiper sur une décision qui doit évidemment rester collective, je me permets de poser ici quelques éléments de réflexion : ne pourrions-nous pas réfléchir aux moyens de

  • susciter des travaux sur de nouveaux axes?
  • encourager la rédaction de travaux individuels?
  • soutenir la publication d’essais à un seul auteur?
  • engager une politique de soutien à la traduction?

Quelles seraient les conditions, matérielles et institutionnelles, de ces nouvelles impulsions? Voici je pense quelques éléments pour animer la prochaine assemblée générale de notre association – et même, sans attendre, un débat qui peut commencer ici!

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Très rapidement: je pense être le principal responsable de la surreprésentation des annonces de publication dans le domaine du conte sur Le Magasin des enfants. Et oui, je pense qu’il y a miroir déformant, et que beaucoup de publications ne sont pas annoncées sur Le Magasin des enfants, et que beaucoup de chercheurs ne “s’emparent” pas de cet espace.
    Ensuite, il me semble en effet que la littérature pour enfants est principalement en France l’objet d’études historiques et littéraires plutôt que “théoriques”. Mais je peux me tromper, je ne suis pas tout ce qui sort.

    Pour ce qui est des genres éditoriaux, c’est vrai qu’il y a beaucoup de livres collectifs et relativement peu d’essais ou monographies… et je pense que ce serait un genre à développer. Comment? Peut-être en envisageant des aides à publication avec un concours annuel organisé par l’AFRELOCE, par exemple? Ou idéalement des bourses d’écriture (mais ça devient ruineux sans aide financière extérieure…)?

    • Je ne crois pas, François, qu’il y ait “beaucoup de publications” qui nous échappent: nous exerçons collectivement une veille importante, chacun dans nos domaines, utilisons les plateformes qui signalent l’activité scientifique dans nos domaines, lisons les courriers des sociétés savantes… Par ailleurs beaucoup de livres arrivent directement à nous parce que les éditeurs connaissent l’activité de compte-rendu de notre revue Strenæ. L’importante représentation des livres consacrés aux contes témoigne donc probablement d’une proportion importante des études sur le conte dans la réalité des publications… mais qu’en est-il dans la réalité des recherches menées en France et/ou par les chercheurs français? Mon interrogation était plutôt celle-là: est-ce que ces publications sous forme de livres sont le reflet exact de l’activité intellectuelle des spécialistes de littérature pour la jeunesse, ou ces publications sont-elles un miroir déformant, beaucoup de recherches passant sous le radar du repérage des LIVRES? Avec cette question corollaire: ces recherches qui pour l’instant ne donnent pas matière à livres, pourraient-elles prendre cette forme, et si oui, à quelle(s) condition(s)? Est-ce souhaitable? Est-ce faisable?

  2. Cristina Correro dit :

    Ça serait indispensable! D ailleurs parce que c’est souvent impossible de trouver une production de recherche française traduite en d’autres langues. Il faut écrire et partager, et le partage passe forcément par la traduction. De cette façon on pourrait donner vos livres dans d’autres centres de LJ, diminuer le monopole Anglo-Saxon bien installé avec Routledge, Peter Lang & co., démocratiser et faire avancer un peu plus la science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.