Journée “Dessins originaux et fonds d’archives”

Le lundi 18 novembre 2019 s’est tenue à la BM de Tours la 12e journée d’étude en région organisée par le Centre national de la littérature pour la jeunesse, consacrée aux collections de dessins originaux et d’archives conservées dans des bibliothèques. L’Afreloce y était représentée, puisqu’une table ronde de chercheurs, animée par Cécile Boulaire (le laboratoire InTRu était partenaire de la journée), a permis à Mathilde Lévêque et Sophie Heywood d’évoquer leurs rapports avec ces fonds particuliers. (mise à jour le 4 décembre 19)

Si la journée n’avait pas vocation à rassembler un public nombreux, en revanche de très nombreuses institutions concernées par la réflexion étaient représentées. Le programme faisait intervenir successivement Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration (Strasbourg); Clarisse Gadala, du CNLJ; Bérangère Rouchon-Borie (BM de Tours, Centre Patrice Wolf); Hélène Vallotteau (Médiathèque Françoise Sagan); Noémie Ryon (Bibliothèque Robinson, Arras); Emmanuelle Martinat-Dupré (Mij, Moulins), Joëlle Bourlois (Drac Nouvelle Aquitaine, pour la Médiathèque du Père Castor) – mais nous pouvions aussi trouver dans la salle Carine Picaud, conservatrice à la réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, Viviane Ezratty, directrice de la Médiathèque Françoise Sagan – Heure Joyeuse, Élise Canaple, du Centre de l’illustration (Strasbourg) ou encore Virginie Chevalot, du Centre de documentation Jeanne d’Arc (Orléans) dont nous avions signalé l’an dernier l’exposition consacrée à Maurice Boutet de Monvel. Bref: le programme, soigneusement monté par les deux institutions, réunissait à peu près toutes les personnes susceptibles d’avoir des expériences à partager et des constats à confronter – et, peut-être, des solutions à imaginer collectivement.

(c) Vue de salle du Musée Tomi Ungerer Musées de Strasbourg

Le fonds Ungerer donné par l’artiste à la ville de Strasbourg à partir de 1975 est probablement le plus vaste fond homogène conservé en France, ce qui fait que la présentation liminaire qu’en a fait Thérèse Willer a permis de poser les bases de la réflexion de la journée: comment une ville gère-t-elle une donation d’une telle ampleur? Comment, en tant que ville, valoriser un tel fonds, sans se refermer sur la seule œuvre du donateur? Que faire d’une collection qui mêle planches originales, affiches, dessins de presse, mais aussi archives, jouets, sculptures? Comment faire vivre une exposition “permanente” quand les règles de conservation des dessins exigent qu’ils ne soient soumis à la lumière que trois mois d’affilée? De ce fait, tous les quatre mois, une nouvelle exposition est organisée, en raison de la nécessaire rotation du fonds: depuis 2007, le musée en est à son 36e accrochage! Thérèse Willer a souligné à cet égard l’importance de pouvoir s’appuyer sur des initiatives à l’étranger, comme le musée Wilhelm Busch de Hanovre.

Après cet exposé d’introduction, passionnant, Clarisse Gadala a proposé une intervention plus technique consacrée aux étapes successives d’élaboration d’un tel fonds : collecte, conservation, classement, signalement, communication. La partie la plus novatrice de cette intervention consistait en une présentation des nouvelles démarches de signalement des fonds d’archives en XML-EAD, permettant de lier tous les documents relatifs à une même donation: livres catalogués “classiquement”, archives, documents divers. Clarisse Gadala a évoqué brièvement TAPIR (Traitement automatisé pour la production d’instruments de recherche), le nouvel outil proposé par la BnF à ses partenaires, pour l’encodage en EAD. L’exposé était illustré d’exemples empruntés aux divers fonds déposés à la BnF et mis en valeur par le CNLJ: les carnets déposés par Georges Lemoine et qui ont fait l’objet d’une très belle exposition à la galerie des donateurs, les 700 pièces de la donation May Angeli, et plus récemment, le don de Madeleine et Lucha Truel autour du livre L’Enfant du métro paru en 1943.

Bérangère Rouchon-Borie et Patrice Wolf ont ensuite évoqué le don fait par ce dernier à la BM de Tours: plus de 13000 livres mais aussi des documents d’archives relatifs à son activité de critique radiophonique dans le cadre de l’émission L’as-tu lu mon p’tit loup pendant 21 ans sur France Inter. Ce don a donné lieu à la création d’un petit centre de ressources, le Centre Patrice Wolf. Seuls 3008 titres du don de Patrice Wolf ont été catalogués pour l’instant (même s’ils sont inventoriés), mais le Centre Patrice Wolf compte plus de 37000 documents catalogués, hors fonds Wolf (soit plus de 40 000 au total)(corrigé le 4/12/19). La question est en effet ici celle du soutien des tutelles à ce type de projet: pour pouvoir accueillir décemment une donation comme celle-ci, il faut de l’espace pour la conservation mais aussi la communication, et du personnel compétent pour conserver et valoriser les documents.

La table ronde réservée aux chercheurs a permis, autour de quelques exemples,  de souligner l’intérêt de ces archives pour la recherche, même quand les documents eux-mêmes ne “paient pas de mine” et donneraient difficilement lieu à une mise en valeur sous forme d’exposition. Il a été question de découvertes fortuites, de pièces de puzzle qui s’assemblent lentement, de jouissance de l’archive. Mathilde Lévêque a rappelé que les archives nécessitent un temps de recherche long, lent et patient, loin des injonctions sans cesse plus pressantes de l’institution universitaire. La question a été posée d’un accueil en résidence pour les chercheurs au sein des établissements de conservation. Les archives supposent aussi des formations (les chercheurs en littérature de jeunesse ne sont pas tous historiens, loin s’en faut) et il serait utile de réfléchir à la mise en place d’un signalement plus systématique des fonds: sur ce point, la collaboration entre chercheurs et conservateurs est plus que jamais souhaitable. La revue Strenae, qui comporte une rubrique intitulée “Fonds d’archives et collections”, pourrait servir de point de départ à la constitution d’un répertoire des archives. Un dossier thématique, coordonné par Marie-Pierre Litaudon, a d’ailleurs été consacré à l’apport des archives dans l’étude des collections pour la jeunesse. Sophie Heywood, dont l’université possède un magnifique centre de conservation de livres rares, notamment des livres pour enfants, a rappelé que les chercheurs ne sont pas seulement des utilisateurs des archives pour le compte de leurs seules recherches. Ils peuvent en effet aussi œuvrer à leur valorisation, comme l’a montré la fructueuse collaboration qu’elle a vécue avec la Médiathèque Françoise Sagan autour de l’exposition  Le 68 des enfants. Elle a montré aussi que les archives peuvent aussi être un lieu de formation, prenant exemple des archives conservées à l’université de Reading autour des traductions des Albums du Père Castor, qu’elle utilise avec ses étudiants.

https://www.youtube.com/watch?v=hUVW9qf3W2o

Hélène Valotteau a rappelé pour sa part l’importance du fonds historique “Heure Joyeuse” conservé à la Médiathèque Françoise Sagan: plus de 100 000 documents catalogués, à quoi il faut ajouter des dessins originaux, mais aussi les archives de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse elle-même, des fonds d’éditeurs (Capendu, Rageot, Ruy-Vidal, et plus récemment les Trois Ourses et MeMo), etc. La description des fonds, accessible par le CCfr, souffre encore de beaucoup de lacunes, mais l’intervention d’Hélène Vallotteau ne recoupait pas celle de Clarisse Gadala en ce qu’elle avait choisi de présenter la manière dont l’établissement articulait fonds historiques et création contemporaine.

Auvergne – Allier – Moulins

Une deuxième table ronde réunissait cette fois, autour de Virginie Meyer, trois responsables de fonds: Noémie Ryon pour la Bibliothèque Robinson à Arras, Emmanuelle Martinat-Dupré du Musée de l’Illustration Jeunesse de Moulins, Joëlle Bourlois évoquant la Médiathèque du Père Castor (Meuzac). Si l’on devait ne retenir qu’une idée des propos échangés pendant cette table ronde, ce serait celle de la coopération: entre les conservateurs et les créateurs, dans le cas du MIJ; entre les institutions de conservation, de lecture publique, de recherche, mais aussi les associations et les propriétaires des fonds, pour le Père Castor; entre chercheurs, conservateurs et bibliothécaires pour la Bibliothèque Robinson, adossée au Centre du même nom et aux recherche menées depuis des décennies à l’Université d’Artois autour de Francis Marcoin. On pourra retenir aussi le travail de numérisation, qui permet notamment la création d’expositions virtuelles, comme celles de l’artothèque de la Bibliothèque Robinson, ou celles de la Médiathèque du Père Castor. Les différents participants ont échangé sur la possibilité de prêts d’expositions et les prêts d’originaux à d’autres institutions.

(c) image La Charente Libre

Joëlle Bourlois a ainsi insisté sur l’impulsion et la visibilité données au fonds Père Castor par son inscription au registre “mémoire du monde” de l’UNESCO, qui n’aurait pas été possible dans les efforts concertés de François Faucher, fils du fondateur de la collection et détenteur des fonds, mais aussi de l’universitaire Michel Defourny. Emmanuelle Martinat-Dupré a souligné, de son côté, l’impulsion majeure donnée au Mij par l’éditrice Nicole Maymat, et la possibilité de loger sur place les artistes en résidence qui viennent donner vie aux collections conservées – présence nécessaire, que rappelle aussi Joëlle Bourlois en évoquant la résidence co-pilotée avec l’ENSA de Limoges, tandis que la Bibliothèque Robinson, de manière plus inattendue, a choisi de son côté de mettre sur pied une artothèque prêtant des œuvres.

La journée s’est achevée par une intervention à la fois très éclairante et très drôle de Bruno Heitz, complice de Patrice Wolf, qui a raconté au terme de quelle réflexion il a pris la décision de donner à son tour ses propres archives à une bibliothèque publique – et a rappelé par exemple que “le donateur est aussi possiblement un emmerdeur”. Il terminait par une pirouette pleine de fraîcheur une journée passionnante, qui avait fait apparaître la convergence remarquable – une fois n’est pas coutume – des entreprises menées en divers points du territoire, mais aussi des besoins similaires: mieux signaler ses documents, mieux faire connaître ses fonds, mieux articuler la circulation de ces archives entre les lieux d’exposition, les lecteurs, les chercheurs. Les enregistrements des différentes interventions seront prochainement mis à disposition sur le site du CNLJ. La BM de Tours prépare un compte-rendu qui sera publié dans la revue de l’ABF (corrigé le 4.12.19). Nous avons proposé que certains des textes puissent aussi figurer, sous forme d’articles, dans la rubrique “Collections & fonds d’archives” de notre revue Strenæ, destinée initialement à présenter aux chercheurs et futurs doctorants la richesse des fonds qui n’attendent plus qu’une thèse ou un programme de recherches pour révéler secrets et merveilles…

(Compte-rendu rédigé par Cécile Boulaire et Mathilde Lévêque)

Vue sur la Loire depuis l’auditorium de la Bibliothèque municipale de Tours

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 novembre 2019

    […] Dans les trois cas, c’était vraiment bien. Les Journées d’Arole sont merveilleusement bien organisées, par des gens chaleureux et compétents. J’ai eu le plaisir d’entendre Ahmed Kalouaz, de bavarder longuement avec Thierry Lenain, de découvrir Fanny Chartres, et d’entendre plusieurs conférences tout à fait passionnantes, mais aussi, lors des moments plus informels, d’échanger avec plein de militants de la lecture et de la littérature enfantine – et avec certains, il est sûr que les liens vont se renforcer dans l’avenir.  La journée d’études organisée à la BM de Tours par le Centre National de Littérature pour la jeunesse autour de l’idée des dessins et archives “jeunesse” conservés en bibliothèque aurait très facilement pu se muer en une énumération fastidieuse de fonds et d’initiatives, et pourtant, grâce au soin des organisateurs, c’était à la fois intéressant et constructif – un peu pointu, certes, mais un vrai moment d’échange ouvrant sur des perspectives de collaborations simples et fructueuses. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.