Les enfants déracinés. La transplantation des mineurs réunionnais

La Convention internationale relative aux droits de l’enfant fêtera ses 30 ans en novembre prochain. À cette occasion, un colloque pluridisciplinaire se tiendra ce 18 octobre 2019 à Lyon et s’intéressera aux enfants réunionnais transplantés au XXe siècle. Il se donne trois objectifs principaux : 1/ Faire mémoire, en situant ces migrations de mineurs dans leur contexte historique, politique, juridique, sociologique. 2/ Comprendre, en se demandant comment s’est organisé le placement de ces mineurs, pour quels motifs ? 3/ Comparer, en nous demandant dans quelle mesure ces pratiques ne furent pas un cas isolé mais font écho à des situations similaires ?

Argumentaire

De 1963 à 1982, à l’instigation du BUMIDOM (Bureau pour la Migration dans les Départements d’Outre-Mer) l’administration française (la DDASS) a envoyé 2 015 mineurs de La Réunion dans 83 départements ruraux de métropole en proie au déclin démographique (tels que la Creuse). Les mineurs  étaient issus de tous les milieux ethnoculturels réunionnais : Yab (créoles Blancs), Kaf (créoles africains et malgaches), Malbars (créoles indiens) Sinoi (créoles chinois). Certains étaient orphelins, d’autres ont été placés dans des foyers, d’autres encore ont vécu dans des familles en situation de grande précarité socio-économiques.

Officiellement, ces mesures visaient à sauver des mineurs défavorisés de la pauvreté et de la négligence, en leur offrant un lieu d’accueil propice à leur éducation. Dans les faits, ils ont été séparés de leurs racines familiales, de leur culture (pour celles et ceux qui furent transplantés au-delà de l’âge de 5 ans) et ont perdu tout lien avec leurs parents suivant la politique de l’ASE à l’époque où les spécialistes de l’enfance recommandaient de « couper l’enfant de son milieu naturel » afin qu’il s’adapte mieux et plus rapidement. À l’instar des pupilles métropolitains, mais avec en outre la distance avec leur île et un décalage phénotypique, culturel (…), la plupart d’entre eux ont souffert de la solitude, du racisme et peinèrent à trouver un travail.

Depuis une vingtaine d’années, des initiatives sont prises pour dénoncer ces transplantations de mineurs et demander réparation. A la Réunion comme en Métropole, une mémoire s’élabore. Le 18 février 2014, une résolution est votée à l’Assemblée nationale, résolution qui reconnaît notamment que « l’Etat a manqué à sa responsabilité morale envers ces enfants ». En 2016, une commission d’information sur le déplacement d’enfants réunionnais vers la France hexagonale a été créée pour éclairer scientifiquement cet épisode de l’histoire de France. Le comité d’experts a remis son rapport en 2018.

Programme du colloque

le 18 octobre, de 9h à 18h

9h Introduction. Olivier Artus. Recteur de l’UCly puis Valérie Aubourg, enseignante chercheure (HDR) en anthropologie, UCLy

9h15 Les enfants de la Creuse : un épisode de l’histoire de La Réunion révélateur de l’histoire de France. Gilles Gauvin, Docteur et professeur agregé d’histoire, membre de l’ex-commission pour le ministère des Outre-mer sur le déplacement d’enfants réunionnais vers la France hexagonale (2016-2018).

9h45 La transplantation de mineurs de La Réunion en France hexagonale (1962-1984) au risque de la science, du politique, des médias et des associations. Philippe Vitale, sociologue, Maître de conférences HDR, Université d’Aix-Marseille, LAMES- UMR 7305 Président de l’ex-commission d’experts pour le ministère des Outre-mer sur le déplacement d’enfants réunionnais vers la France hexagonale (2016-2018).

10h15 Les répercussions psychologiques d’un exil institué : une contrainte au récit. Marion Feldman, Professeure de Psychopathologie psychanalytique, Université Paris Nanterre, CLIPSYD – A2P

10h45 Approche historique des évènements et de leurs représentations parmi les travailleurs sociaux. Claude Prudhomme, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Lyon II.

12h 00 Table ronde 

  • Valérie Andanson, ex-mineure réunionnaise transplantée
  • Ericka Bareigts, Députée de la Réunion et ancienne Ministre des Outre-mer. Auteure-Rapporteure de la résolution visant à reconnaître la responsabilité morale de l’Etat français dans l’affaire des Réunionnais de la Creuse adoptée en 2014 à l’Assemblée nationale
  • Mireille Juglaret, présidente de la Fédération des enfants déracinés des départements et régions d’outre-mer (FEDD) 
  • Pierre Verdier, ex-directeur de la DDASS de Moselle, avocat au barreau de Paris 

14h30 Approche juridique du cadre institutionnel. Les moyens permettant la réparation. Hugues Fulchiron, Professeur de droit privé, directeur du Centre de droit de la famille Université Jean Moulin Lyon III. Directeur du projet IDEX “Mémoire : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective”, Université de Lyon.

15h00 La place du témoignage dans la construction de la mémoire. Elisabeth Joly-Sibuet, Maître de conférences (HDR) en droit pénal international à l’Université Jean Moulin Lyon III, Co-directrice du Centre de Droit Pénal.

15h45 Des Pensionnats amérindiens aux Enfants de la Creuse : les enjeux d’une réconciliation possible. Propositions à partir d’une mise en perspective anthropologique des deux tragédies ancinabe (Québec) et réunionnaise. Jacqueline Andoche, Maître de conférences en anthropologie, université de La Réunion, DIRE.

16h15 L’émigration organisée des jeunes femmes célibataires vers les colonies en France et en Angleterre à la fin du XIXème siècle. Véronique Molinari, Professeure de civilisation britannique, université de Grenoble

17h30 Conclusions Fabrice Toulieux, enseignant chercheur en droit international privé, UCly

Entrée libre

Inscription obligatoire : isf.ucly.fr

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.