Tensions entre mixités sociales et mixités culturelles à l’épreuve des expériences migratoires d’enfants et de jeunes

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue de la journée d’études Tensions entre mixités sociales et mixités culturelles à l’épreuve des expériences migratoires d’enfants et de jeunes organisée par  le thème EJAID, Enfances, Jeunesses et Adultes en Interactions et Dialogue du laboratoire CIRNEF (Centre Interdisciplinaire de Recherches Normand en Éducation et Formation, EA7454), avec la collaboration du pôle FETE de la MRSH de Caen, le mercredi 4 décembre 2019 à l’université de Caen (MRSH). Il s’agit de la 11e “journée sur l’enfance au quotidien”. Tous renseignement sur le site de la journée.

Programme

MATIN

  • 9h00 –  Accueil
  • 9h15- 9h30 – Introduction, Julie Delalande et Nathalie Dupont

Mixité sociale et culturelle : de quoi parle-t-on ?

  • 9h45-11h00 – Table ronde 1 (45 minutes de table + 30 minutes d’échange salle)

Quel accueil et quelle intégration pour les enfants et les jeunes migrants ?

Bénédicte Vacquerel, déléguée nationale de la CIMADE en Normandie (association de solidarité active d’aide auprès des populations migrantes, réfugiée et déplacées)
Alexandre Kouakou, doctorant en sciences de l’éducation de l’Université de Caen Normandie, secrétaire principal adjoint de l’INFS (Institut National de Formation Sociale) à Abidjan
Christophe Bertani, directeur à L’AAJB (Association des Amis de Jean Bosco) du pôle logement, asile, iae (insertion par l’activité économique)
Sandie Batista : docteur en droit spécialiste en droit européen et international relatif aux personnes vulnérables, notamment aux migrants, ATER en Droit public, Le Mans Université, THEMIS-UM EA 4333 et CUREJ EA 4703

  • Pause 15 minutes
  • 11h15-12h30 Conférence 1 (45 minutes de conférence + 30 minutes d’échange salle)


« On n’est ni chez nous ici, ni chez nous là-bas ». Expériences migratoires et minoritaires de jeunes descendants d’immigrants ouest-africains en région parisienne et au Mali

Lila Belkacem, MCF en sociologie, Université UPEC, LIRTES

Après une première table ronde portant sur les jeunes « migrants » récemment arrivés en France, il s’agira de réfléchir aux expériences de jeunes nés et/ou ayant grandi « ici ». En s’appuyant sur une recherche menée en région parisienne et au Mali, auprès de jeunes et de familles immigrantes ouest-africaines, on abordera dans un premier temps les assignations et les injonctions contradictoires qui sont formulées à ces jeunes catégorisés en France comme « issus de l’immigration » (« s’intégrer », « ne pas oublier ses racines », etc.). Dans une seconde partie, on analysera une expérience particulière de séjour long au Mali, vécue par des jeunes rencontrant des difficultés en France, « envoyés au pays » par leurs parents dans l’espoir de les « remettre dans le droit chemin ».

APRES-MIDI

  • 14h-15h15 table ronde 2 (45 minutes de table + 30 minutes d’échange salle)

Enfants et jeunes migrants dans les établissements scolaires et les lieux de formation

Sylvie Vengeons, assistante de service social au collège Mendela Hérouville Saint Clair et au lycée Laplace, Caen, membre de la commission de scolarisation allophone pour le département
Valentina Crispi, docteure en sciences de l’éducation
Simon Anjot, référent du dispositif orientation – Coordonnateur REUSSIR à l’IRFA
Cynthia Vanmecq, Cheffe de service à la Maison Départementale de l’Enfance et de la Famille du Calvados (MDEFC), directrice par interim de la plate-forme des Mineurs Non Accompagnés du département du Calvados.

  • Pause 15 minutes
  • 15h30-16h45 Conférence 2 (45 minutes de conférence + 30 minutes d’échange salle)

Altérités linguistique et culturelle en éducation : quelles dynamiques de réussite des élèves allophones ?

Cécile Goï, PU en Sciences de l’éducation, Université de François Rabelais de Tours, Education – Ethique – Santé (ESS)

La chercheure abordera cette question selon une double dimension. D’une part, sur le plan institutionnel, elle présentera les dynamiques d’inclusion et les dispositifs en place au sein de l’école pour accueillir les élèves allophones et précisera en particulier la place faite à la langue familiale. D’autre part, elle donnera à voir l’autorisation à réussir que ces élèves s’accordent ou non, en fonction des contextes scolaires (principalement en école primaire et au collège) et en lien avec la situation familiale des enfants. Elle partira d’exemples concrets pour en proposer une analyse qui se placera à l’articulation entre les sciences de l’éducation, la didactique et une vision plus globale, en termes de politiques éducatives.

17h – Fin de la journée

 

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.