Les enfants et la Fizkul’tura [Culture physique] dans la Russie impériale et soviétique (Première moitié du XXe siècle) : représentations, politiques, débats.

Appel à contributions pour un workshop international qui se tiendra à Nantes les 29 et 30 Avril 2020: Les enfants et la Fizkul’tura [Culture physique]  dans la Russie impériale et soviétique (Première moitié du XXe siècle) : représentations, politiques, débats.

La question de l’éducation physique des enfants est un enjeu de débats au tournant du XXe siècle dans l’ensemble des sociétés européennes. La Russie soviétique se distingue par l’émergence d’une notion singulière fizkul’tura [culture physique] dont les Soviétiques sont tout au long du XXe siècle d’ardents défenseurs et promoteurs en particulier auprès des enfants, de la crèche au Komsomol. Néanmoins, ce concept est une réalité assez plastique. Le 13 juillet 1925, le parti communiste pansoviétique bolchévique émet une résolution qui définit la culture physique tout en lui donnant une acception très large. Celle-ci recouvre le sport (de compétition ou non) et plus globalement l’activité physique, les pratiques hygiénistes et de santé (nourriture, hygiène, vêtement, soin du corps), la préparation à la défense, l’activation du corps pour le travail et les cures de repos et de sommeil.

L’historiographie considère que le régime bolchévique a placé au cœur de ses préoccupations à la fois le développement de la culture physique et de l’éducation des enfants. Pour autant, la généralisation de la fizkul’tura en URSS est à envisager dans ses ruptures, continuités et inflexions par rapport à ce qui se déroule antérieurement dans l’Empire russe, d’où le choix d’une chronologie prenant en compte toute la première moitié du XXe siècle.  Il s’agira également d’étudier les jeux entre organisations concurrentes pour influer et produire une définition légitime de la culture physique.

A ce jour, les études consacrées à la fizkul’tura aborde à la marge la question de son rapport à l’enfant et les recherches dédiées à l’histoire de l’enfance en URSS ne s’attardent guère sur cet aspect. Le présent workshop entend combler cette lacune. Nous souhaitons ici interroger le rapport de la fizkultura à l’enfant du point de vue des politiques, des éducateurs, des psycho-pédagogues, des artistes ou de l’enfant lui-même. Il s’agira aussi de s’appuyer pour ce faire sur des sources inédites ou jusque-là peu arpentées. Le workshop est ouvert au doctorant-e-s, aux post-doctorant-e-s et aux chercheurs.

Parmi les axes possibles, et de façon non exhaustive, nous suggérons d’étudier les thèmes suivants :

  • Études des représentations littéraires, visuelles (images fixes et animées) des enfants et de la fizkul’tura ;
  • Genre, enfants et culture physique ;
  • Politiques et/ou pratiques de la fizkultura à destination des enfants ;
  • Débats et discussions sociales, politiques et théoriques sur le rapport entre culture physique et enfants ;
  • Rapport entre l’enfant et la fizkul’tura compris dans une perspective de transfert culturel entre la Russie, l’URSS et les pays occidentaux.

Le colloque se déroulera les 29 et 30 avril 2020 à Nantes (France).

La langue de travail sera l’anglais et le français.

Les propositions, rédigées en français ou en anglais, comprendront un bref CV de l’intervenant et une présentation de sa communication, de la méthodologie, des sources ou du terrain utilisées de 2 000 signes (espaces compris). Merci de préciser si vous pouvez ou non prendre en charge tout ou partie de votre voyage et/ou séjour. Une aide peut être éventuellement apportée, selon les moyens alloués aux organisateurs. Ces propositions sont à adresser à cpichonbonin@gmail.com et à sylvain.dufraisse@univ-nantes.fr pour le 21 octobre 2019. Les organisateurs informeront les personnes de l’acceptation ou du refus de leurs propositions courant novembre 2019.

[illustration d’en-tête: Oleg Vishniakov, La classe de gymnastique de l’Ecole d’enfants de sports de la jeunesse ‘Bourevestnik’. 1961 – proposée par Rachel Mazuy sur la Page Facebook de La Fabrique de l’histoire]

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.