Des stéréotypes et simplifications de l’histoire dans la littérature de jeunesse israélienne

Nous conseillons vivement la lecture d’un billet du blog de Nicolas Legrand, amateur de langue et de littérature hébraïque, qui tente de comprendre quels stéréotypes et quels impensés se trouvent véhiculés dans un classique de la littérature de jeunesse israélienne, Hasamba, dans les aventures des cachettes de la couronne d’or mystérieuse du roi David à Jérusalem (1982) d’Igal Mosinzon. Dans cette sorte de “Club des cinq” israélien, on retrouve certains attendus concernant le sexe, la race, et les frontières d’Israël, qui aujourd’hui encore pour certains d’entre eux sont à l’origine de tensions et de conflits géopolitiques majeurs. Évidemment, rien n’est simple, blanc ou noir, sur ces questions en Israël, notamment concernant le racisme ou les frontières, et la littérature de jeunesse contribue, avec d’autres domaines de la culture, à diffuser en textes et en images stéréotypes, préjugés et simplifications qui tendent à nier ou camoufler les paradoxes de l’histoire et de la société israéliennes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.