La pédagogie musicale sous l’éclairage des sciences cognitives

Le samedi 11 mai, le séminaire de l’AFRELOCE accueillait à l’ENS Ester Pineda (Sorbonne Université (IReMus) et INSERM-EPHE-UNICAEN-NIMH). Nous remercions Déborah Lévy-Bertherat qui a rédigé ce compte rendu.

Pianiste, professeure de piano et chercheuse en musicologie systématique, Ester Pineda commence par présenter son parcours à travers un court métrage de vulgarisation de son projet de doctorat sous la direction de François Madurell, musicologue et d’Hervé Platel, neuropsychologue, sur « L’écoute intérieure et l’interprétation pianistique ».

C’est un domaine en plein essor, parce que l’expérience musicale est un terrain de prédilection des capacités cognitives. La formation initiale est probablement une variable qui peut conditionner le sujet sur le plan cognitif. Comment le fonctionnement cognitif s’adapte-t-il en fonction du style musical de la partition ? Il s’agit aussi d’évaluer les profils cognitifs et de la formation du pianiste.

• L’écoute intérieure

Notre culture étant très visuelle, nous avons du mal à nous représenter le son mentalement. C’est la capacité d’évocation des comportements qui ont été fixés lors de l’apprentissage. Ces modalités perceptives sont associées aux capacités analytiques, aux émotions et à la mémoire. Une première étude exploratoire a porté sur un groupe de six pianistes professionnels âgés de 22 à 71 ans, selon une approche phénoménologique, semi-guidés, et des épreuves psychométriques. Les premiers résultats montrent notamment que la représentation de la musique se construit par couches d’informations superposées. Le sujet passe d’une vision micro (fragmentée) à une vision macro (intégrative et globale).

• Musique et cerveau : l’apprentissage de la musique, un outil de stimulation cognitive

G. Dehaene-Lambertz et al. ont montré que, dès la naissance, le cerveau distingue langage et musique. L’oreille est le seul organe complètement formé à 24 semaines de gestation. Bailey et Penhune ont montré que la plasticité du cerveau (création de connexions neuronales, reconfigurations) décroît à partir de 7 ans. Rappelons que d’après une étude de l’OCDE en 2007, 50% de la population pense que l’intelligence est une donnée acquise à la naissance, alors que les sciences cognitives mettent de plus en plus en évidence la plasticité du cerveau. La connexion des neurones passe par la myélinisation, activation chimique des synapses (Hebb, 1949). Cette activation suit trois étapes : activation sensorielle / traitement des informations reçues / élaboration d’une réponse.

Pourquoi a-t-on considéré que l’apprentissage précoce de la musique stimulait les performances cérébrales ? Il y a, bien sûr, l’acquisition de toute une série de compétences (attention prolongée, lecture, geste, mémorisation, expressivité, etc.).

Shellenberg a comparé 144 enfants de 6 ans qui ont pris des cours de musique, de théâtre, ou aucun des deux, pendant 3 ans. La musique améliore les capacités cognitives (QI), le théâtre les aptitudes sociales. Il existe beaucoup de travaux sur la modification du cerveau par la pratique musicale, et même par la pratique de tel ou tel instrument.

• Mission internationale Léonard : Étude de l’enseignement musical, canton de Genève, 2016

Ester Pineda a participé à une mission internationale de confrontation des méthodes de pédagogie musicale. La Suisse est le seul pays qui ait inscrit le droit à l’apprentissage de la musique dans la constitution (votation de 1989 à 72,7%).

Avec une population 4 fois moins élevée, Genève a le même budget d’enseignement musical que Paris. La place des pédagogies actives, notamment la rythmique Dalcroze et la méthode Kodály, y est très forte). L’enseignement est dispensé pendant le temps scolaire, il fait partie du programme.

La rythmique Dalcroze est une pédagogie active et musicale fondée sur le mouvement corporel, intégrée à l’école depuis 1926 en Suisse pour tous les enfants de 6 à 9 ans.

Emile-Jacques Dalcroze s’est fondé sur l’idée que la musique ne concerne pas que l’oreille, mais l’ensemble du corps. Cela permet l’intégration précoce du rythme.

Zoltán Kodály, musicien et pédagogue hongrois, choisit de développer l’apprentissage de la musique perception directe et intuitive. Il base sa pédagogie sur l’échelle musicale mobile et Il met en place un système de codage sténographique pour le chant choral, où on apprend aux enfants à reconnaître les intervalles, pour apprendre l’oreille relative.

• Créativité : Pensée convergente, pensée divergente

L’attention peut prendre deux formes, mode focus ou mode diffus (Gibson et al.). La pensée divergente est associée à la créativité. Or dans le système éducatif, seul le mode convergent est valorisé.

Lazslo Stachó s’est intéressé au processus de navigation pendant le jeu musical. Isabelle Héroux et al. ont travaillé sur l’appropriation artistique : on atteint un niveau de perception particulier qui tient de l’introspection et de l’imagination.

Les changements attentionnels sont perceptibles dans la vidéo d’une masterclass de Maxim Vengerov.

• L’enveloppe narrative : Une étude exploratoire autour de l’œuvre de Florentine Mulsant

La partition a été donnée à 15 enfants ayant 3-4 ans de pratique du piano, ils ont travaillé seuls. Après une première étape, ils disent ne rien comprendre. On leur demande alors d’annoter la partition librement, et de le rejouer. Les enfants parviennent à s’approprier le morceau en y projetant leur propre fonctionnement (mémoire, imagination, construction d’un scénario : traversée d’une forêt, danger, fuite d’un espion, etc.). Cela corrobore une approche artistique dès le début de l’apprentissage, au lieu de commencer par la technique pure pour n’introduire l’expressivité que plus tard, ce qui se pratique beaucoup en France. Or les enfants ont pris beaucoup de plaisir à cet exercice qui légitimait leurs propositions.

BIBLIOGRAPHIE

Neuroéducation :

BRETON, S. LEGER, F., (2019) Mon cerveau ne m’écoute pas, Ed. CHU Hôpital Sainte-Justinne

DWORCZAK, F. (2004) Neurosciences de l’éducation, Paris : L’Harmattan

JENSEN, Eric, (2004) Le cerveau et l’apprentissage : Mieux comprendre son fonctionnement pour mieux enseigner, Ed. Chenelières

LACAUX, Ph. (2013) Le cerveau attentif, Paris: Odile Jacob

MEDJAD, N., GIL, Ph., LACROIX, Ph., (2017), Neuro-learning:les neurosciences au service de la formation, Paris : Ed. Eyrolles

Nueropsychologie et psychologie de la musique :

BARRY, HALLAM, S., The science and psychology of music performance: Creative strategies for teaching and learning, New York : Oxford University Press

E. BIGAND, M., HABIB, V., BRUN,(2012) Musique et cerveau, Maisons-Alfort : Ed. Sauramps

BIGAND, E., (2013) Le cerveau mélomane, Paris : Pour la science

CHANGEUX, JP. BOULEZ, P., MANOURY, Ph., (2014) Les neurones enchantées, Paris : Odile Jacob.

CHAFFIN, R., et al. (2003) Seeing the Big Picture: Piano Practice as Expert Problem Solving, Music Perception: An Interdisciplinary Journal.

DAMASIO, A. (1995) L’Erreur de Descartes: la raison des émotions, Paris, Odile Jacob.

DAMASIO, A. (2003) Spinoza avait raison. Paris : Odile Jacob.

DELIÈGE, I., SLOBODA, J. (1996) Musical beginnings, Oxford : Oxford University Press.

FRANCÈS, R. (1984) La perception de la musique.  Paris : Vrin.

GARDNER, H. (1993) Les intelligences multiples. Paris : Éditions Retz.

HÉROUX, I. (2016) Understanding the creative process in the shaping of an interpretation by expert musicians: Two case studies, Musicae Scientiae.

JACKENDOFF, R., LERDAHL, F., (1985) A generative theory of tonal music. MIT press.

JACKENDOFF, R. (2002) Foundations of language: brain, meaning, grammar, evolution. New York: Oxford University Press.

KOLINSKI, E., (2007) Musique, langage, émotion : approche neuro-cognitive, Symposium Bruxelles.

LECHEVALIER, B., (2003) Le creveau de Mozart, Paris : Odile Jacob

LEMAN, M., (2008) Embodied Music: Cognition and Mediation Technology. Cambridge : The MIT Press.

LEMARQUIS, P., (2009) Sérende pour un cerveau musicien, ,Paris :Odile JacobLECHEVALIER, B., PLATEL, H., EUSTACHE, F., (2010), Le Cerveau musicien, Neuropsychologie et psychologie cognitive de la perception musicale, Bruxelles : De Boeck.

MACADAMS, S., (2015) Perception et cognition de la musique, Paris : Vrin

PARNCUTT, R., McPHERSON, G., (2002) The Science & psychology of music performance,  Oxford University Press, USA.

PATEL, A. D. (2010) Music, Language, and the Brain. Oxford University Press, USA.

PERETZ, I., ZATORRE, R., (2004) The cognitive neuroscience of music, Oxford : Oxford University press.

RAMACHANDRAN, VS. (2002) Le Fantôme intérieur, Paris : Odile Jacob.

RIZZOLATTI, G., SINIGAGLIA, (2008) Les neurones miroirs, Paris : Odile Jacob.

SACHS, O., (2009) Musicophilia, Paris :Seuil.

SPAMPINATO, F., (2008) Les incarnations du son, Paris : L’Harmattan.

SPAMPINATO, F., (2008) Les métamorphoses du son, Paris : L’Harmattan.

TILLMAN, B., PINEAU, M., (2001) Percevoir la musique : une activité cognitive, Paris : L’Harmattan.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.