Éduquer et divertir, les programmes pour la jeunesse de l’ORTF : esquisse d’un état des lieux

Nous publions le compte rendu de l’intervention de Françoise Zamour au séminaire de l’Afreloce à l’ENS, le samedi 16 mars 2019. Il a été rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Maître de conférences à l’École normale supérieure, spécialiste de cinéma hollywoodien et du mélodrame, Françoise Zamour a choisi d’explorer pour le séminaire de l’Afreloce les débuts de la TV éducative française, notamment dans ses relations avec le cinéma, de la Libération au démantèlement de l’ORTF, début des années 1970. Ce champ extrêmement riche, très fécond, offre de vastes possibilités de recherche. La TV éducative au sens propre a été étudiée par les historiens de l’éducation, mais on s’est peu intéressé aux autres aspects de la question, notamment aux contenus, à l’esthétique et à la technique de l’image. Comment se met en place la mission éducative de la télévision après 1945 ? Qu’est-ce que la télévision pédagogique ? De quelle France parlent les programmes pour la jeunesse ? En quoi y a-t-il dans cette télévision un laboratoire de formes audio-visuelles ?

Mise en place de la mission éducative de la TV après 1945

La TV française naît sous l’Occupation allemande avec le projet Fernsehsender Paris, versant télévisuel de Radio-Paris. Dès 1945, l’idée d’un usage pédagogique de la TV émerge du Conseil National de la Résistance et des germes de la IVe République, reprenant en main la radio et la TV. Depuis les années 1930, on faisait déjà usage de petits films de cinéma dans les classes, il existait un encadrement de la production de ces films et des outils théoriques sur la place de l’image dans la classe (centre audiovisuel de l’ENS de St Cloud). Exemple : Les dangers de l’apéritif par Jean Benoît-Lévy (1930), qui deviendra un des piliers de la TV scolaire.

Les dangers de l’apéritif, Jean Benoît-Lévy (1930)

Cette idée que le cinéma a sa place dans les écoles a été très défendue (A. Bazin) avant, pendant et après la guerre, dans les enseignements public et catholique. Comment, de consommatrices d’images, les institutions sont-elles devenues productrices d’images ?

1954, création d’un service spécialisé au sein de la RTF

L’année de la création du CNDP est aussi celle d’un service spécialisé de TV scolaire au sein de la radio-TV française, dirigé par Henri Dieuzeide, qui va placer la TV scolaire sous la tutelle de l’Éducation nationale pour en faire un outil pédagogique authentique. Or en 1950, la France compte moins de 10 000 postes, 60 000 en 1963, 700 000 en 1967 et 1 700 000 en 1969. On conçoit donc la TV scolaire pour des écoles non équipées. On la crée en circuit fermé, dans l’idée que l’école est sa propre ressource. Au début des années 1960, le collège de Marly-le-Roi fabrique des émissions pour la TV scolaire. Or cela suppose dans chaque établissement un poste de TV et des horaires de diffusion compatibles avec la journée scolaire. Il existe parallèlement un programme de radio scolaire très important.

Quel est le statut de ce qu’on montre ? Une aide ? Un substitut au cours ? Comment s’établit la relation entre le maître et l’outil télévisuel ? Selon Hélène Duccini, plus les enseignants étaient innovants, moins ils se servaient de la TV scolaire. Le contexte est celui d’une pénurie d’enseignants. Le ministère produit à la fois du programme, du document d’accompagnement des programmes. L’outil d’accompagnement qui est produit tous les 15 jours prétend se substituer à l’enseignant en proposant des cours. La TV scolaire (pour enfants et adultes) représente en 1967 20% des programmes de l’ORTF. Elle produit 13h37 de programmes hebdomadaires, avec 30 émissions par semaine.

1967, année charnière 

En 1966, la réforme du bac conduit à 50% d’échec. On autorise tous les candidats recalés à repasser la session de septembre et on charge la TV de les faire réviser pendant l’été dans toutes les disciplines (cours filmés) : 3h sont diffusées sur France-Culture le matin, 2h l’après-midi, avec des chefs d’établissement volontaires pour ouvrir les établissements aux élèves et des enseignants médiateurs répondant aux questions. La responsable de la conception d’émissions pédagogiques pour la Télévision scolaire est Annette Bon. L’expérience a été concluante : le taux de réussite du rattrapage a été satisfaisant, et les enseignants ont été séduits par l’outil TV. La distinction programme éducatif/programme jeunesse est vite perçue comme erronée : il y a de l’éducatif dans le programme jeunesse et une perméabilité entre les deux.

Des contenus pédagogiques touchant l’ensemble des matières

Tous les grands scientifiques et philosophes (Michel Serres, Michel Foucault, Alain Badiou…) participent à ces cours qui sont des ancêtres du Mooc, parfois simplement filmés en face à face ou devant un tableau. On publie, dans le Bulletin de radio-TV scolaire, des textes écrits par les enseignants producteurs, et le programme précis : cours de latin, d’allemand, etc. avec un contrôle. La mission d’accompagnement pédagogique est limitée par le manque d’accompagnants, on fabrique donc des outils pédagogiques purs, à destination de l’école élémentaire, du lycée (à partir de la 6e), et du collège d’enseignement secondaire (avec des contenus sur les métiers). Une émission sur la sexualité, très audacieuse, n’a jamais été diffusée. Mais il y a aussi une invention de forme, une recherche. De grands cinéastes contribuent à la TV scolaire : Alain Resnais (Le mystère de l’atelier 15, 1957, Le chant du styrène, 1958, commentaire de R. Queneau lu par Pierre Dux, musique dirigée par Georges Delerue, produit par Pierre Braunberger, le producteur de Truffaut et de Godard), Eric Rohmer (interview de Stéphane Mallarmé, 1968, Du moulin à l’usine, 1964).

Alain Resnais, Le chant du styrène (1958)

La mission éducative et son échec dans les années 1960

Un travail important est aussi fait dans les établissements. Du point de vue sociologique et du point de vue de l’image, on peut se demander quelle France on veut montrer. Il y a là une mine de documents et d’expérimentations. Rohmer, par exemple, dans « Du moulin à l’usine », s’interroge sur la continuité entre la France rurale et l’urbanisation. Le projet est aussi esthétique et idéologique

Or la spécificité de cette TV pédagogique est battue en brèche par la puissance de la TV grand public. La loi de 1949 qui protège la jeunesse encadre aussi les productions TV. De nombreux programmes, comme le « Club du jeudi », propose des émissions dès 1950 (ex. M. Bluwal sur le château de Versailles, muet ; ou adaptation actualisée du Tour de la France par deux enfants par Claude Santelli). Le PC et les mouvements d’éducation populaire sont très impliqués. Voici deux exemples  : le premier est celui du Petit Poucet de Jean-Paul Carrère, 1954, avec des techniques mixtes (dessin, papier découpé, animation, prise de vue réel). Le décorateur est Willy Holt, qui travaillera avec Demy.  La part de la dramatique radio est encore très présente.

Le Petit Poucet, Jean-Paul Carrère (1954)

Le second exemple est celui des « histoires de Cécile » de Jean-Noël Roy, avec Cécile Aubry, qui mêle fiction et documentaire. Il y a construction d’une narration en flash-back, des personnages à la fois in et off.

Création de la branche jeunesse de la RTF

Dès 1954, on crée une branche spécifique de la RTF destinée à la jeunesse, avec des programmes qui ne sont pas sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Elle est très surveillée par le pouvoir, les familles (Télérama est l’émanation des familles chrétiennes françaises) et suit de près les préconisations de l’UNESCO. À partir des années 1960, c’est la TV elle-même qui va prendre en charge ce travail, avec l’ambition commerciale de définir un public. On invente une culture médiatique à l’intention des moins de 15 ans, car des études montrent que le public fléchit après cet âge. On la segmente non plus selon les niveaux scolaires mais les âges et un peu le genre. Les archives de l’INA, conservées aux Archives nationales à Pierrefitte, méritent d’être explorées sur des questions d’histoire, d’économie, de censure, de relations de coproductions (achats de programmes surtout aux pays anglo-saxons et à l’Allemagne), puis productions hybrides (ex. Maya l’abeille, austro-japonais, 1975). Une branche de produits dérivés de la TV française se met en place en 1964. Le Journal de Nounours, en 1965, est vendu à 400 000 exemplaires.

Quelle France montre-t-on aux jeunes ?

Saturnin, premier film tourné pour la TV avec des animaux réels, ce qui posait des problèmes techniques. On y voit une France rurale, des accents régionaux, des métiers artisanaux, de la tradition. Au tournant des années 1960, l’image de la France va changer avec Bonne nuit les petits, au cours de l’été 1963. Pour les deux premières saisons, les personnages sont Gros Ours et Ulysse, les enfants étant appelés Petit Louis et Mirabelle, et le décor très rural.


La première version très rurale de Bonne nuit les petits, 1962-1963


À partir de la rentrée 1963 (octobre), le décor devient urbain, accompagnant la construction des grands ensembles et de la banlieue. Les petits personnages des années soixante vont fabriquer une génération (Poly, 1961, Belle et Sébastien, 1965, autour du petit comédien Mehdi, fils de la réalisatrice Cécile Aubry, L’âge heureux d’Odette Joyeux, 1966). Sébastien et Delphine sont, en 1969, les héros de la jeunesse (avec une identification de genre importante mais un public mixte). Cet effet générationnel assez fort va se poursuivre avec Sesame Street et L’île aux enfants, mais s’estompe ensuite en raison de l’explosion de l’offre.

Quelle jeunesse invente-t-on ?

On voit émerger l’adolescence avec les premières séries sur la jeunesse. La question de la jeunesse intéresse la TV, comme le montrent les séries documentaires À quoi rêvent les jeunes filles ? (1957) ou Seize millions de jeunes (1964) de Harris et Sedouy. Très consciente des enjeux politiques et sociologiques qu’elle traverse, la TV pressent dès le début des années 60 une transformation. Elle rend perceptible, parfois contre la volonté de ses dirigeants, les fractures de la société des années 60. La série Vive la vie (et ses 40 saisons) de Jean-Charles Tacchella (1966) évoque des problèmes nouveaux de la jeunesse (un certain Patrick Dewaere y fait ses débuts). La TV semble ainsi avoir eu une prescience sociologique de Mai 68.

Un laboratoire de formes audio-visuelles

La TV des années 60 est aussi un laboratoire de formes qui a été exploité tout au long des années 60 et 70, notamment par le cinéma français. Trois séries jouent un rôle moteur :

  • Les hommes de caractère (1965), fictions historiques par de grands réalisateurs (Gruault, Bluwal, Rossellini…) où chaque épisode expérimente une forme différente.

La prise du pouvoir par Louis XIV, Roberto Rossellini, série Les hommes de caractère, 1966
  • Le théâtre de la jeunesse (1960-1969) produit par Claude Santelli, avec des adaptations de classiques, hybride entre la pièce radiophonique et la TV, dont le succès dépasse la jeunesse et la mission de divertissement de l’ORTF pour participer à l’éducation. Le décor peut être stylisé et certains choix à la limite de l’invraisemblance ; ce qui compte, c’est l’énergie narrative et la rencontre avec un auteur.
  • C’est aussi un laboratoire pour le jeune cinéma, notamment des acteurs et des réalisateurs. Ex. La Maison des bois de M. Pialat pour une série sur la Grande Guerre (1973), partiellement improvisée, mêlant comédiens amateurs et professionnels.

Françoise Zamour conclut sur la richesse exceptionnelle de ce champ de recherche, encore très largement inexploré.

Bibliographie 

Annette Bon, grand témoin de la radio-télévision scolaire : https://www.canal-u.tv/video/universite_paris_diderot/grand_temoin_de_la_radio_television_scolaire_annette_bon.11356

http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-INRP%E2%80%89-un-demantelement-desastreux

Hélène Duccini, « Histoire d’une illusion : la télévision scolaire de 1945 à 1985 », Le Temps des médias, 2013/2 (n° 21), p. 122-133. DOI : 10.3917/tdm.021.0122

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2013-2-page-122.htm

La Télévision et ses mises en scène, Paris, Armand Colin, 2011

Nos collègues Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide signalent qu’un colloque sur Claude Santelli aura lieu en mai prochain à Amiens :Claude Santelli et Le Théâtre de la jeunesse : quand la télévision adaptait le patrimoine littéraire. Université de Picardie, Équipe CERCLL, Université d’Artois, Équipe Textes et Cultures, Cultures d’enfance et de jeunesse, Université de Lorraine, Equipe CREM, Institut National de l’Audiovisuel, organisé par Noëlle Benhamou et  Christine Prévost. Amiens, Logis du Roy, 16 et 17 mai 2019

https://www.fabula.org/actualites/claude-santelli-et-le-the-tre-de-la-jeunesse_83329.php

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.