Romanica Silesiana n° 17

Nous relayons l’appel à contributions de la revue « Romanica Silesiana », transmis par Aleksandra Komandera ( Institut des Langues Romanes et de Traduction, Université de Silésie, Katowice, Pologne), que nous remercions. Note : English version below.

S’instruire ? S’évader ? S’émouvoir ?
Perspectives contemporaines des littératures pour les adolescents et les jeunes adultes

Bien qu’on parle de la baisse de la lecture chez les jeunes, rien n’est moins apparent à l’en croire les résultats des enquêtes du Centre national du livre, menées entre 2016 et 2018 auprès de +15, 7-9, et récemment parmi les 15-25[1]. Les études démontrent que les jeunes non seulement lisent, mais qu’ils aiment lire. Si ce bilan paraît optimiste, la pratique analysée n’échappe pourtant pas aux observations multiples sur les changements qui s’opèrent dans la façon de lire parmi les jeunes, le choix de leurs lectures et les causes de leur réticence à lire.

Dans le cadre du numéro 17 de la revue Romanica Silesiana, nous voudrions examiner d’une part les comportements et les usages lectoraux des adolescents et des jeunes adultes, en essayant de répondre à la question portant sur leurs attentes et les raisons qui les incitent à choisir un livre, et de l’autre, nous cherchons à confronter les demandes des jeunes à l’offre de la littérature de jeunesse contemporaine. Nous visons également à nous interroger sur les changements liés à la représentation du monde du jeune lecteur dans les romans réaliste et fantasy pour ce groupe d’âge, notamment en relation avec les légitimités extérieures et les choix créatifs des auteurs[2]. Tout en gardant dans l’esprit les enjeux des littératures pour les adolescents et les jeunes adultes, que l’on peut formuler par les juxtapositions instruire/s’instruire, faire rêver/s’évader, toucher/s’émouvoir, notre réflexion, qui se réfère aux littératures d’expression française, anglaise et autre, peut concerner, notamment, les axes de recherche suivants :

  • Qu’est-ce que les adolescents et les jeunes adultes cherchent dans le roman réaliste et qu’est-ce qu’il leur apporte à travers sa thématique (identité(s), religion(s), (in)tolérance, valeurs promues par la société, amour, sexualité, rapport au corps, tyrannie de l’image du corps beau et sportif, handicap et maladies, violence, mort, etc.)[3].
  • En référence à l’optique proposée par Maria Cecire[4], la littérature pour les jeunes joue-t-elle un rôle important dans l’établissement de l’identité nationale et contribue-t-elle à la propagation de la tolérance ? Les textes pour les adolescents et les jeunes adultes montrent-ils comment devenir plus ouvert à celui/ce qui est différent ?
  • Les jeunes s’évadent-ils toujours dans les romans « imaginaires » pour vivre des aventures et l’initiation ou suivent-ils plutôt la vogue des livres portés par les médias ?
  • Comment la littérature d’énigme ou de mystère et le récit d’épouvante réussissent-ils à les intéresser ? Est-elle choisie plutôt par les adolescents ou les jeunes adultes ? Quelles sont les conséquences de l’hybridisation du roman pour les adolescents ? À quels autres procédés et moyens recourent les auteurs des livres pour les jeunes ? Se soumettent-ils davantage aux stratégies garantissant le succès commercial au détriment de la légitimité didactique ou littéraire ?
  • Quel est le rôle de la créativité dans la construction du monde imaginaire et comment un tel monde influence-t-il le développement de leur imagination ?
  • Que peuvent-ils apprendre généralement sur le fonctionnement du monde indépendamment du genre représenté par le texte  et que conditionne le choix du genre ou sous-genre du roman ? Quelles sont les conséquences de tels choix sur le texte final et la représentation d’une histoire particulière ?  Et sur la perception de l’œuvre par les jeunes ?
  • Quels messages la littérature pour les adolescents et les jeunes adultes offre-t-elle ? Se libère-t-elle de la triade explication-moralisation-simplification ? La littérature pour les jeunes adultes, est-elle un secteur original ? Ou emprunte-t-elle seulement des traits à la littérature de jeunesse et à la littérature adulte pour ne pas être qu’ « une invention marketing » et « une fantaisie d’éditeurs » ? Est-elle créée pour se libérer des contraintes de la loi no 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ?
  • À quelle mesure la baisse de la lecture relève-t-elle de la massification de la production et d’une offre éditoriale grandissante ?

Les propositions de contribution, en français ou en anglais, comprenant un résumé de 200 mots (avec une courte notice bio-bibliographique) sont à envoyer jusqu’au 30 avril à l’adresse romanicasilesiana.jeunesse@gmail.com. La publication est prévue pour la seconde moitié de 2020.

Dates importantes :

30 avril 2019 – date limite d’envoi des propositions de contribution

10 mai 2019 – notification de la validation des propositions

15 septembre 2019 – soumission de la version définitive de contribution

Au nom de la rédaction de Romanica Silesiana :

Ewa Drab, Aleksandra Komandera (éditrices), L’Institut des Langues Romanes et de Traduction, Université de Silésie à Katowice (Pologne)

Romanica Silesiana n° 17

Call for papers

Learn? Escape? Feel?
Contemporary Perspectives in Teen and Young Adult Literature

Despite the ongoing debate regarding the declining number of young readers, it is impossible to ignore the results of the surveys carried out by Centre National du Livre between 2016 and 2018 in the age group of 15+, 7-9 and recently also 15-25[5]. Not only do the young read, but also love reading, the research shows. However, even if these results seem optimistic, the analysis should not avoid observations of multiple changes that have been part of the practice of reading among the young as well as of the choice of their read and the causes of their reluctance to opt for this particular activity. 

In the framework of Romanica Silesiana 17, we would like to examine, on the one hand, the preferences and behaviors of teenagers and young adults, also by making an attempt to answer the question regarding their expectations and reasons for which they choose a given book. On the other hand, we seek to confront the requirements of the young readership with what contemporary literature offers. It would also be crucial to ponder on the changes related to the representation of the young reader’s world in both realistic and fantasy novels for this age group, especially in the context of its reflection of reality and authors’ creative choices[6]. With reference to the central ideas of literature for teenagers and young adults, which can be expressed with the help of the juxtapositions educate/learn, invite to escape/dream, touch/be moved, our reflection, focused on Francophone, Anglophone and other literatures, may concern, in particular, the following lines of research:  

  • What do teenagers and young adults look for in the realistic novel and what can it offer to them with its themes (identity(-ies), religion(s), (in)tolerance, values promoted by society, love, sexuality, body, tyranny of beautiful and athletic bodies, handicap and diseases, violence, death, etc.) [7].
  • In reference to Maria Cecire’s research[8], does literature for teenagers and young adults play an important role in establishing one’s national identity? Does it contribute to the promotion of tolerance and show how to become more open to the other?
  • Do young readers escape reality by choosing imaginative stories in order to live adventures of initiation or rather follow the trends of the media?
  • What interests the young in horror or mystery stories? Are these picked by teenagers or rather young adults? What are the consequences of hybridization of novels for younger audiences? What other methods are used to attract them? Do authors follow the rules which guarantee commercial success at the expense of didactic and literary legitimacy?
  • What is the role of creativity in the construction of imaginary worlds and how does such a world influence the development of imagination?
  • What can young audiences learn about the functioning of the world regardless of the genre represented by the text? What decides about the choice of the genre or the subgenre of a novel? What are the consequences of such decisions on the representation of a given story? And on readers’ perception of the text?
  • What messages are offered by teenage and young adult literature? Can it ever liberate itself from the triad explanation-moralization-simplification? Is YA literature original or does it borrow both from literature for adolescents and adults not to be deemed ‘a marketing ploy’ or ‘an editors’ fantasy’? Has it been created in order to bypass the limitations imposed by the law 49-956 of July 16, 1949 regarding publications for young readers? 
  • What is the correlation between the decline in the number of young readers and the mass production of books as well as the growing publishing offer?

The proposals of articles, in French or English, including an abstract of 200 words (with a short bio-note) are to be sent in by 30th April 2019 at romanicasilesiana.jeunesse@gmail.com. The publication of the issue is scheduled for the second half of 2020.

Important dates :

30th April 2019 – deadline for the proposal submission

10th May 2019 – notification of the acceptance / rejection of the proposal

15th September 2019 – submission of the final paper

On behalf of Romanica Silesiana:

Ewa Drab, Aleksandra Komandera (editors), Institute of Romance Languages and Translation Studies, University of Silesia in Katowice (Poland)


[1] Cf. https://fr.calameo.com/read/001828715ab2eafcee3ee?page=1

[2] Catherine Butler, “Modern children’s fantasy” in: Edward James and Farah Mendlesohn (eds), Cambridge Companion to Fantasy Literature. Cambridge University Press, 2012, p. 225.

[3] Cf. Denise Escarpit, La Littérature de jeunesse. Itinéraire d’hier à aujourd’hui, Éditions Magnard, 2008 ; Danielle Thaler, Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents, L’Harmattan, 2002.

[4] Maria Cecire, “Medievalism, Popular Culture and National Identity in Children’s Fantasy Literature”, in: Studies in Ethnicity and Nationalism,9(3), 2009.

[5] Cf. https://fr.calameo.com/read/001828715ab2eafcee3ee?page=1

[6] Catherine Butler, “Modern children’s fantasy” in: Edward James and Farah Mendlesohn (eds), Cambridge Companion to Fantasy Literature. Cambridge University Press, 2012, p. 225.

[7] Cf. Denise Escarpit, La Littérature de jeunesse. Itinéraire d’hier à aujourd’hui, Éditions Magnard, 2008 ; Danielle Thaler, Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents, L’Harmattan, 2002.

[8] Maria Cecire, “Medievalism, Popular Culture and National Identity in Children’s Fantasy Literature”, in: Studies in Ethnicity and Nationalism,9(3), 2009.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.