Jouef, toute une histoire

Nous publions le compte rendu de lecture de cet ouvrage, rédigé par Olivier Berger, que nous remercions.

Une firme jurassienne, disparue avant son rachat et sa délocalisation, est ici célébrée dans un livre écrit par Henry Billard, Michel Petite et Alain Roze, intitulé Jouef, toute une histoire, édité à Champagnole par l’Association Jouef-39 (2017, 82 p., 20 €).

Fondée en 1944 par Georges Huard, la marque Jouef, contraction du Jouet Français, fabrique des accessoires ménagers avant de se tourner vers les jouets en tôle puis en plastique. Elle a popularisé le train miniature à partir des années 1960, contribuant à le faire passer du jouet au modélisme, visant différents publics au milieu d’une concurrence allemande. En privilégiant une nouvelle échelle, le HO, Jouef a lancé un matériel moins onéreux et peu encombrant.

Jouef est donc un nom qui fut célèbre, dans une région industrialisée très tôt grâce à l’usage de la force hydraulique et qui, traditionnellement, s’était mise au jouet en bois afin de rivaliser avec les productions allemandes du XXe siècle. Cette industrie suit l’apparition du train jouet, né presqu’en même temps que le train réel.

L’intérêt porté par les chercheurs pour le patrimoine industriel forme un contexte favorable à l’élaboration de monographies d’histoire des entreprises. Dans le sillage de l’histoire « par en bas », à la manière du livre Citroën par ceux qui l’ont fait (2013), les membres fondateurs de l’Association Jouef-39 ont choisi de recueillir la mémoire des ex-travailleurs des usines Jouef, car la firme a eu plusieurs sites et de 800 à 1500 salariés. Des familles entières travaillaient chez Jouef, dans un climat où patrons et employés se sentaient associés. En l’absence des archives de l’entreprise, la démarche d’enquête orale méritait d’être menée. Les difficultés de la période 1995-2001 lui ont été fatales, les fermetures entraînant des licenciements, une renaissance de la marque en 2004 sous la bannière de Hornby. Des rumeurs circulent sur un projet de musée à Champagnole, retraçant près de 60 années de production. C’est dire l’importance de cette industrie qui était le second employeur du Jura devant Solvay en 1971. En tout cas, l’industrie du train miniature a eu son âge d’or durant les Trente Glorieuses, accompagnant la montée des classes moyennes dans leur accès aux loisirs.

Il est intéressant de noter que Jouef a toujours cherché à restituer le matériel SNCF réel et a suivi ainsi les nouveautés des années 1970. Cette décennie correspond à ce que les auteurs appellent l’apogée de Jouef, lorsque le Président Giscard, recevant les 25 meilleurs patrons de France, remit la Légion d’honneur à son dirigeant. Le lecteur qui souhaiterait plus de détails peut se reporter aux excellents travaux de l’historien Clive Lamming, auteur de Jouef l’intégrale, cité dans le présent livre (éd. LR Presse, 2007, 1re éd. 2004, 350 p., 50 €).

Au-delà de ces considérations, il faut voir ce livre comme un point de départ. Qui pouvait prendre la parole pour révéler cette histoire, sinon les travailleurs de Jouef ?

Olivier Berger

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.