Appel à contributions: Adaptations en séries télévisées anglophones des romans pour la jeunesse

Dans le cadre du projet « Séries télévisées : enjeux de genre, relations avec les autres arts et valorisations numériques », l’équipe de GUEST saison 2 organise les 5 et 6 septembre 2019, en partenariat avec l’ÉRIAC (Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles), un colloque sur les adaptations anglo-saxonnes en séries télévisées de romans pour la jeunesse. Il se tiendra à l’université de Rouen-Normandie.

Les adaptations de fiction pour la jeunesse en séries télévisées existent depuis fort longtemps, en particulier dans le monde anglo-saxon (The Famous Five, ITV, 1978-9, The Chronicles of Narnia, BBC, 1988-90, The Borrowers, BBC 2, 1992…), s’inscrivant logiquement dans la continuité de l’existence ancienne de pratiques sérielles dans cette littérature. Ce « principe de prolifération des récits qui se déclinent d’un média à l’autre » prolongeant la tendance traditionnelle de l’édition pour la jeunesse à créer des « produits médiatiques hybrides », livres-jouets ou livres-CD et autres objets dérivés (Letourneux 2011 : § 5) contribue lui-même à renforcer la visibilité des œuvres originales.

Cette tradition d’adaptation des romans au petit écran, qui a notamment fourni à la BBC une part importante de sa programmation pour la jeunesse, en particulier jusqu’aux années 1990 (Messenger Davies 2005 : 131), a été réactivée par l’engouement actuel pour les séries. Ce phénomène de « sériephilie » (Glevarec 2012) explique la tentative d’élargissement d’un public déjà conséquent vers la catégorie des young adults ou grands adolescents, s’adressant de plus en plus à de jeunes consommateurs friands de produits culturels médiatiques — un public de material child[ren] (Buckingham 2011) peut-être plus sensible encore que le public adulte au processus de réitération, à la relation qui se crée avec des personnages, des univers connus.

La légitimation accrue des récits pour la jeunesse depuis quelques décennies et le succès commercial qui a accompagné quelques grands phénomènes d’édition bien connus au tournant du XXIe siècle ont confirmé l’inscription de cette production dans la culture de masse et dans le processus de marchandisation qui l’accompagne (Zipes 1997 & 2001, Taxel 2002). Une telle massification a eu pour effet de faire de la littérature pour la jeunesse une des sources privilégiées à laquelle viennent puiser le cinéma tout autant que les séries télévisées aujourd’hui. Comme le rappelle Matthieu Letourneux, « les films à destination de la jeunesse ont encore massivement recours à la littérature, et […] les gros succès de la littérature pour la jeunesse voient leurs droits presque systématiquement rachetés par les éditeurs » (2017 : 384) dans une logique de « polyexploitation » du récit de fiction (Ferrier 2009).

Le succès actuel des séries adaptées de romans pour la jeunesse semble constituer à maints égards un prolongement logique de l’adaptation cinématographique d’ensembles romanesques, de la bit lit (littérature sentimentale vampirique) à la dystopie (ou contre-utopie), dont le nombre de pages incite à une « expansion » fictionnelle (Besson 2015) de nature exponentielle.[1] Il sera intéressant d’étudier la façon dont ces séries pour la jeunesse viennent réactualiser l’original ou les premières adaptations (comme dans le cas de la série à nouveau adaptée des Famous Five d’Enid Blyton en 1995-96 par Tyne Tees Television), prolonger le succès d’un ensemble romanesque, voire concurrencer des adaptations cinématographiques déjà existantes. C’est le cas par exemple des 13 tomes de A Series of Unfortunate Events de l’Américain Lemony Snicket (1999-2006), romans qui revendiquent une sérialité héritée du feuilleton victorien, adaptés au petit écran pour Netflix depuis janvier 2017, après le film de Brad Silberling en 2004. Ou encore de la trilogie His Dark Materials (1995-2000) de Philip Pullman, dont seul le premier tome a été adapté au cinéma, sous le titre américain The Golden Compass (2007), et dont la diffusion de la première saison en série télévisée – après une adaptation radiophonique et une adaptation théâtrale en 2003 – va commencer en 2019 sur BBC 1.[2]

Cette problématique a déjà été abordée au sein d’une réflexion plus large sur les programmes télévisés et les séries destinés aux enfants et aux adolescents, mais il s’agira de se pencher non pas sur la culture d’enfance et de jeunesse en général, mais sur le processus d’adaptation à l’œuvre dans le passage du livre destiné aux jeunes lecteurs vers la série télévisée. Que révèle cette évolution d’un phénomène d’adaptation quasi-systématique au cinéma des classiques de la littérature pour la jeunesse à celui, existant presque depuis les débuts de la télévision couleur mais particulièrement florissant aujourd’hui, de l’adaptation de ces livres sous formes de séries télévisées ? Ces séries constituent-elles simplement l’extension d’un phénomène qui caractérise la culture adulte ? Ou existe-t-il une spécificité du processus d’adaptation lorsqu’il s’adresse à un jeune public ? Le changement de support apporte-t-il des éléments nouveaux au récit romanesque initial ? Les modalités de visionnage des séries pour la jeunesse (seul, en famille ou avec des amis ; sur téléphone portable, sur ordinateur ou sur grand écran ; en différé ou en binge watching) ont-elles une incidence sur le processus d’adaptation ? Les séries opèrent-elles une réorientation vers un public cible appartenant à une catégorie d’âge différente ou élargie, jouant par exemple sur la nostalgie des téléspectateurs adultes et la centralité actuelle de la jeunesse ? Certains genres sont-ils plus fréquemment adaptés que d’autres ? Les séries reflètent-elles la distinction, mise en lumière en littérature par Anne Besson (2004 & 2009), entre « séries » purement répétitives (du type Club des 5) et « cycles » s’inscrivant dans le temps (du type Harry Potter) et la prévalence actuelle des seconds sous l’effet de l’explosion de la littérature young adult ? Les ensembles romanesques déjà caractérisés par un processus sériel sont-ils plus adaptés au petit écran que les autres ? La série a-t-elle parfois pour objet de ramener le jeune public à la lecture ? En quoi cette remédiation des romans va-t-elle favoriser un approfondissement et une complexification de l’univers fictionnel d’origine et conduire les spectateurs à un réinvestissement du texte source (drilling : Mittell 2015) ?

Toutes ces questions, et d’autres, pourront être abordées lors du colloque, qui se concentrera sur les adaptations en séries anglo-saxonnes de romans anglophones ou non, que ces séries soient animées ou en prises de vue réelles. Les séries ayant donné lieu à des novellisations pourront aussi être étudiées.

Les propositions de communication (400 mots maximum), en français ou en anglais, accompagnées d’un titre et d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 10 mai 2019 à Florence Cabaret (florence.cabaret@univ-rouen.fr) ET à Virginie Douglas (virginie.douglas@wanadoo.fr).

 

 

Bibliographie critique indicative :

Besson, Anne. D’Asimov à Tolkien, cycles et séries dans la littérature de genre. Paris : CNRS Éditions, 2004.

____. « Chapitre IV. Du Club des Cinq à Harry Potter, cycles et séries en littérature de jeunesse contemporaine ». Nathalie Prince. La Littérature de jeunesse en question(s). Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2009 : 117-54.

____. Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain. Paris : CNRS Éditions, 2015.

Besson, Anne (dir.).  Séries et culture de jeunesse. Cahiers Robinson 39 (2016).

Buckingham, David. Children Talking Television: The Making of Television Literacy. London & Washington, D.C.: The Falmer Press, 1993.

____. After the Death of Childhood: Growing Up in the Age of Electronic Media. Cambridge: Polity Press, 2000.

____. The Material Child: Growing Up in Consumer Culture. Cambridge: Polity Press, 2011.

Buckingham, David, Hannah Davies, Ken Jones & Peter Kelley. Children’s Television in Britain: History, Discourse and Policy. London: British Film Institute, 1999.

Buckingham, David, Sara Bragg & Mary Jane Kehily (ed.). Youth Cultures in the Age of Global Media. London: Palgrave Macmillan, 2014.

Cartmell, Deborah (ed.). A Companion to Literature, Film, and Adaptation. Oxford: Wiley-Blackwell, 2012.

Collins, Fiona M. & Jeremy Ridgman (eds). Turning the Page: Children’s Literature in Performance and the Media. Bern: Peter Lang, 2006.

Cross-média Transmédia. Actes du colloque du 18 novembre 2014 organisé par Lecture Jeunesse. Lecture Jeune 153 (printemps 2015).

Davies, Glyn & Kay Dickinson (eds.). Teen TV: Genre, Consumption & Identity. London: BFI, 2000.

Davies, Màire Messenger. ‘Dear BBC’: Children, Television Storytelling and the Public Sphere. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. 

____. “ ‘Just that kids’ thing’: The politics of ‘Crazyspace’, children’s television and the case of The Demon Headmaster”.  Jonathan Bignell & Stephen Lacey (ed.). Popular Television Drama: Critical Perspectives. Manchester: Manchester University Press, 2005:  125-141.

____. Children, Media and Culture. New York: McGraw Hill, 2010.

Dupont, Nathalie. « Les adaptations cinématographiques de la littérature pour jeunes ». Francis Marcoin (dir.). Le Grand Jeu et le Pays perdu. Cahiers Robinson 25 (2009) : 181-93.

Eichel-Lojkine, Patricia (dir.). Le récit pour la jeunesse entre transpositions, adaptations et traductions : quelles théories pour un objet sémiologique mouvant ? PUBLIJE  1 (juin 2010), < http://publije.univ-lemans.fr >

Ferrier, Bertrand. Tout n’est pas littérature ! La littérarité à l’épreuve des romans pour la jeunesse. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Gaudreault, André & Thierry Groensteen (dir.). La Transécriture. Pour une théorie de l’adaptation. Littérature, cinéma, bande dessinée, théâtre, clip. Actes du colloque de Cerisy. Québec : Éditions Nota bene / Angoulême : Centre national de la bande dessinée et de l’image, 1998.

Glevarec, Hervé. La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel et place de la fiction dans la vie des jeunes adultes. Paris : Ellipses, 2012.

Hollindale, Peter. “Children’s literature in an age of multiple literacies”. The Australian Journal of Language and Literacy. Vol. 18, No. 4 (Nov 1995): 248-251.

Hudelet, Ariane & Shannon Wells-Lassagne (dir.). De la page blanche aux salles obscures : adaptation et réadaptation dans le monde anglophone, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Hutcheon, Linda with Siobhan O’Flynn. A Theory of Adaptation. (2006) Oxon and New York: Routledge, 2013.

Jenkins, Henry (ed.). The Children’s Culture Reader. New York & London: New York University Press, 1998.

Jenkins, Henry. Convergence Culture. Where Old and New Media Collide. New York : New York University Press, 2006.

Jenkins, Henry, Sam Ford& Joshua Green. Spreadable Media. Creating Value and Meaning in a Networked Culture. New York : New York University Press (Postmillennial Pop Series), 2013.

Julier-Costes, Martin, Denis Jeffrey et Jocelyn Lachane (dir.). Séries cultes et culte de la série chez les jeunes. Penser l’adolescence avec les séries télé, Laval (Québec) : Presses universitaires de Laval, 2014.

Le Guern, Philippe, Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier (dir.). Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2002.

Lefebvre, Benjamin. “Our Home on Native Land: Adapting and Re-adapting Laura Ingalls Wilder’s Little House on the Prairie”. Benjamin Lefebvre (ed.). Textual Transformations in Children’s Literature: Adaptations, Translations, Reconsiderations. New York & London: Routledge, 2013: 175-196.

Letourneux, Matthieu (dir.). Culture médiatique. Compar(a)ison. Genève : Peter Lang, 2005.

____. « Littérature de jeunesse et culture médiatique ». Nathalie Prince (dir.). La littérature de jeunesse en question(s). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009.

____. « Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse ». Strenæ [En ligne], 2 | 2011 < http://journals.openedition.org/strenae/434 >

____. Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique. Paris : Seuil, 2017.

Mackey, Margaret. Literacies Across Media: Playing the Text. (2002) 2nd ed. Abingdon, Oxon & New York: Routledge, 2007.

____. “The Case of the Flat Rectangles: Children’s Literature on Page and Screen” (The Francelia Butler Lecture, Children’s Literature Association, June 2010 Ann Arbor, Michigan). International Research in Children’s Literature, Vol. 4 No 1 (2011): 99-114.

Mallan, Kerry & Clare Bradford (eds.). Contemporary Children’s Literature and Film: Engaging with Theory. Basingstoke & New York: Palgrave Macmillan, 2011.

Marie, Vincent et Nicole Lucas (dir.). Travelling sur le cinéma d’animation à l’école. Paris : Éd. Le Manuscrit Université, 2009.

Mittell, Jason. Complex TV: The Poetics of Contemporary Television Storytelling. New York: New York University Press, 2015.

____. Narrative Theory and Adaptation. New York & London: Bloomsbury Publishing USA, 2017.

Mitterrand, Odette. « Cinéma et littérature de jeunesse ». Isabelle Nières-Chevrel & Jean Perrot (dir.). Dictionnaire du livre de jeunesse. Paris : Éditions du Cercle de la Librairie, 2013 : 189-93.

Moss, Joyce & George Wilson (eds.). From Page to Screen: Children’s and Young Adult Books on Screen and Video. Detroit, MI: Gale Research, 1992.

Müller, Anja (ed.). Adapting Canonical Texts in Children’s Literature. London: Bloomsbury, 2013.

Murray, Simone. The Adaptation Industry: The Cultural Economy of Contemporary Literary Adaptation. London: Routledge, 2012.

Prévost, Christine. « Transmission des classiques de la littérature de jeunesse et adaptations audio-visuelles : une interaction entre médias à investir didactiquement, l’exemple du cinéma d’animation ». Max Butlen et Violaine Houdart-Mérot (dir.). Interpréter et transmettre la littérature aujourd’hui. Amiens : Encrage, Université de Cergy-Pontoise, 2009.

Reimer, Mavis, Nyala Ali, Deanna England & Melanie Dennis Unrau (eds), Seriality and Texts for Young People: The Compulsion to Repeat. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2014.

Reynolds, Kim. “Telly Texts: Children’s Books and the Media”. Pat Pinsent (ed.). The Power of the Page: Children’s Books and their Readers. (1993) London & New York: Routledge, 2012: 103-111.

Séries et culture audiovisuelle. Lecture Jeune 154 (été 2015).

Semenza, Greg M. Colón & Bob Hasenfratz. The History of British Literature on Film, 1895-2015. London: Bloomsbury, 2015.

Taxel, Joel.  “Children’s Literature at the Turn of the Century: ‘Toward a Political Economy of the Publishing Industry’”. Research in the Teaching of English. Vol. 37, No. 2 (Nov. 2002): 145-197.

Thorburn, David & Henry Jenkins (ed.). Rethinking Media Change: The Aesthetics of Transition. Cambridge, MA: MIT. Press, 2003.

Wells-Lassagne, Shannon. Television and Serial Adaptation. New York & London: Routledge, 2017.

Zipes, Jack. Happily Ever After. Fairy Tales, Children, and the Culture Industry. New York & London: Routledge, 1997.

___. Sticks and Stones. The Troublesome Success of Children’s Literature from Slovenly Peter to Harry Potter. New York & London: Routledge, 2001.

[1] On songera aux 8 films sur lesquels a débouché l’adaptation de l’heptalogie Harry Potter de J.K. Rowling. À quand une série télévisée Harry Potter ?

[2] Cet autre grand phénomène éditorial britannique du tournant du siècle, après l’adaptation tronquée de Chris Weitz au cinéma, est désormais décliné sous forme de série télévisée à partir d’une adaptation de Jack Thorne, connu pour avoir co-écrit avec J.K. Rowling et John Tiffany la pièce Harry Potter and the Cursed Child (2016).

Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.