Laisse pas traîner ton fil

Nous publions un compte rendu de l’exposition « Laisse pas traîner ton fil : mots tissés, histoires brodées », qui se tient à la Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e) du 6 février au 28 avril 2019. Ce compte rendu a été rédigé par Anne Chassagnol, que nous remercions chaleureusement.

« Laisse pas traîner ton fil : mots tissés, histoires brodées » à la Médiathèque Françoise Sagan, Paris 10e, du 6 février au 28 avril 2019, explore les points de croisement entre texte et textile. Le commissariat d’exposition est assuré par Soizic Cadio qui réalise ici une scénographie absolument remarquable, à partir d’une sélection inédite, dont un nombre significatif d’œuvres liées à la culture matérielle de l’enfance.

L’exposition tricote un lien très habile entre l’histoire même du lieu, une ancienne maison de santé située sur le clos Saint-Lazare où les femmes reprisaient les vêtements, et l’histoire intime des usagers actuels de la médiathèque, sollicités pour exposer leurs propres collections familiales. La première partie historique fait donc la part belle aux marquoirs, abécédaires brodés, prêtés par le Musée national de l’éducation de Rouen et par le public.  

Datant de 1836 à 1950, ces travaux d’aiguille se présentent à la fois comme un ordonnancement calligraphique des lettres de l’alphabet dans un espace délimité et comme un exercice d’apprentissage des points de base dont le but était aussi de marquer les éléments du trousseau. Le marquoir étant signé, il définit la brodeuse comme un auteur identifiable, souvent faillible, qui omet ou décale parfois certaines lettres.

Une vitrine entière est consacrée aux livres en tissu, tirés du fonds patrimonial Heure Joyeuse, notamment une série de « rag books », publications indéchirables en chiffon de l’éditeur anglais Dean & Son, célèbre pour avoir été l’un des premiers à commercialiser des tableaux en relief (« scenic books »).

IOn retiendra aussi All by Himself deKay Clark, Plakie Toys, 1950 où le lecteur apprend en miroir à se vêtir en habillant lui-même le personnage. Plusieurs exemplaires français sont également mis à l’honneur comme M. Canard cherche une maison de Benjamin Rabier, 1925, l’album toile, Choisissons un métier de Marcel Lecoultre (Hachette, entre 1925-1928), ou encore Beau-Minou et ses amis de Pussy (1970). Un ensemble d’objets patrimoniaux, métier à tisser de petit format, festonneurs, étiquettes brodées, modèles de points de broderie, manuels de référence comme L’Encyclopédie des ouvrages de dames (1886) de Thérèse de Dillmont, complètent cet ensemble.

Le deuxième temps fort de l’exposition est consacré aux pouvoirs subversifs des mots tissés, à travers une sélection d’artistes contemporaines qui s’approprient la broderie comme support d’expression féministe. C’est le cas des citations littéraires sur les mouchoirs de Fanny Viollet, des proverbes misogynes d’Annette Messager. On peut également y voir différents exemples d’adaptations brodées comme Ulysse et Pénélope de Sandra Dufour (Thierry Magnier, 2018).

Dans la dernière partie de l’exposition, il est question de l’influence de la littérature sur le textile, et plus particulièrement de la façon dont la toile de Jouy a pu s’inspirer des grandes œuvres littéraires comme Télémaque, Don Quichotte ou Paul et Virginie et faire de la littérature ainsi exposée un motif décoratif à part entière.

La médiathèque Françoise Sagan propose en marge de l’exposition de nombreuses activités dont une séance consacrée aux livres en tissu tirés du fonds patrimonial Heure Joyeuse le 20/03 à 19h, une visite guidée de l’exposition le samedi 30/03 à 16h, une séance sur le fil dans l’album jeunesse le mercredi 03/04 à 19h00 et une rencontre dédicace avec Sandra Dufour le 13/04 à 16h.

https://quefaire.paris.fr/67372/exposition-laisse-pas-trainer-ton-fil

Anne Chassagnol

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.