Formation : Les contraires

Logo de l'IICP

Formation proposée par l’Institut International Charles Perrault, Eaubonne (95600)

Mercredi 9 janvier 2019

Anne Schneider, maître de conférences en littérature de jeunesse (IICP) et Elisa Fiasca, plasticienne-formatrice

 

Lieu : Hôtel de Mézières, salle du bas, Eaubonne

Horaires : 14 h – 17 h

Public visé : enseignants d’Eaubonne (élémentaire et maternelle), étudiants de Cergy-Pontoise, bénévoles d’association

Matériel : appareil photo et visio-projecteur. Les participants sont invités à apporter des ciseaux, des feuilles, des objets de récupération de toute sorte, en particulier noirs et blancs

 

Descriptif :

Le contraire présente la plus grande différence possible entre deux choses du même genre. Ce signe symbolise la différence ≠

« Dire que l’homme est un composé de force et de faiblesse, de lumière et d’aveuglement, de petitesse et de grandeur. Ce n’est pas lui faire son procès, c’est le définir. », Diderot

« Sans contraire, on ne peut penser… »

« Le livre des grands contraires philosophiques », Oscar Brenifier et Jacques Desprès

 

« CONTRAIRES / CONTRASTES »

L’enfant appréhende le monde dès son plus jeune âge par différentes sources affectives et sensorielles, et ce, bien avant de construire des concepts. Il se constitue des collections d’objets, il manipule et joue, il rencontre le semblable et le dissemblable. Il se rend compte que son univers proche ou lointain est représenté et nommé sur des motifs de différenciation.

Parmi les fonctions de l’école, il est en une, transversale, qui est d’apprendre à comprendre le monde, à l’inventorier, à le nommer, à le classer, pour le saisir dans sa complexité. Ainsi, le programme de l’histoire des arts (domaine 1 du socle commun) « amène les enfants à acquérir un lexique et des formulations spécifiques 2 pour décrire, comprendre et interroger les œuvres et les langages artistiques », tandis que le domaine 5 met l’accent sur le fait de « prendre conscience de la dimension géographique de son existence » ou encore sur le fait « d’établir des relations entre des caractéristiques formelle et des contextes historiques. »

Une des entrées facilement décryptable pour les enfants est la question de la différence, car elle relève du domaine du visible, mais aussi d’une approche manichéenne qui est souvent celle de l’enfant et de plus, elle s’inscrit dans bien des symboliques.

Ainsi, le thème de « contraires et contrastes », retenu pour le salon du livre d’Eaubonne de 2019, constitue une approche transversale qui touche à de nombreux domaines disciplinaires (mathématiques, littérature, géographie, arts plastiques, écriture…) et concerne les petits comme les grands : appréhender le jour et la nuit, l’avant et l’après, la ville et la campagne, le vide et le plein, la force et la faiblesse, le blanc et le noir, le grand et le petit, etc. vise à apprendre à se situer dans le monde dans lequel on vit, à le construire en multipliant les points de vue, mais aussi à relativiser ces approches philosophiques dichotomiques et à montrer qu’elles ne vont pas de soi, qu’elles ne sont pas figées et qu’elles relèvent pour la plupart d’une normativité construite.

Pour aborder cette antithèse « contraires / contrastes », nous proposerons, sous la forme d’ateliers, une approche croisée en littérature de jeunesse et en arts plastiques. A partir d’albums documentaires et fictionnels, des activités de lecture, d’écriture, d’oral, d’arts plastiques et visuels seront construites, permettant d’explorer avec les élèves (de la maternelle au cycle 3) ces notions d’une façon créative et ludique afin de déclencher leur imaginaire.

 

Vers le site de l’institut


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.