La pauvreté à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse

Le CRILJ organise un colloque les vendredi 8 et samedi 9 février 2019, Auditorium de la Médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet, 75020 Paris, sur le thème de la pauvreté à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse.

En 2018-2019, le CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse) réfléchit à la double question des représentations de la pauvreté dans les livres écrits et publiés à destination des enfants et des jeunes, et des conséquences sur ces enfants, sur ces jeunes et sur leurs familles des situations de misère et de précarité. Dans ce cadre, il a réalisé une brochure La pauvreté dans la littérature pour la jeunesse : fictions et réalités et mis en place, à Paris et en régions, un ensemble d’actions de médiation s’adressant directement aux jeunes lecteurs. Temps de réflexion et d’échange, le colloque pluridisciplinaire des vendredi 8 et samedi 9 février 2019 rassemble chercheurs, journalistes, auteurs et illustrateurs, enseignants, bibliothécaires, médiateurs, associations. Occasion de ne pas tourner la tête, de rappeler quelques évidences, de confronter les points de vue, d’espérer en l’avenir. Pour mieux comprendre le réel, faire un détour par la littérature. Pour mieux comprendre aujourd’hui, faire un détour par le passé. « Geppetto revint vite. Il tenait à la main un abécédaire pour son fiston. En revanche, il n’avait plus de manteau. Le pauvre homme était en bras de chemise et, dehors, il neigeait. »

Vendredi matin

9 heures : Accueil des participants 

9 heures 30 : Ouverture par Françoise Lagarde, ongtemps chargée des dossiers relatifs au livre et à la lecture au bureau des écoles de la direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale, présidente du CRILJ. 

9 heures 45 : Faits et chiffres relatifs à la pauvreté des enfants en France aujourd’hui par Philippe Frémeaux, journaliste économique et éditorialiste au magazine Alternatives économiques, administrateur de la société coopérative éditrice du titre.

10 heures 30 : Ce que la pauvreté fait à l’école, ce que l’école fait à la pauvreté par Jean Paul Delahaye, Inspecteur général de l’Éducation nationale, auteur, en 2015, du rapport Grande pauvreté et réussite scolaire : le choix de la solidarité pour la réussite de tous.

11 heures 15 : Littérature de jeunesse et pauvreté : panorama des thématiques des cinquante dernières années  par Muriel Tiberghien, critique, formatrice spécialisée en littérature pour la jeunesse, collaboratrice de la revue Les notes bibliographiques publiée par le réseau Culture et bibliothèque pour tous.

12 heures  : Mots, graphisme, regards choisis, dans les albums, pour parler de la pauvreté aux enfants par Frédérique Dutilleul, bibliothécaire, responsable pour la littérature jeunesse de la                      Médiathèque de Lons, coordinatrice du réseau jeunesse de la communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées.

12 heures 30 : Déjeuner libre

Vendredi après-midi

14 heures 30 : Dire la pauvreté de Victor Hugo à nos jours : quand le langage s’appauvrit  par Isabelle Valque-Reddé, professeure-documentaliste et formatrice, longtemps en poste à l’ESPE d’Aquitaine.

15 heures : Du château à l’usine : la pauvreté rurale sous le Second Empire dans trois romans de la Comtesse de Ségur par Isabelle Nières-Chevrel, professeur émérite de littérature générale et comparée de l’université de Rennes II, auteure de nombreuses études sur la littérature d’enfance et de jeunesse.

15 heures 30 : La pauvreté dans les romans scolaires de la 3ème République par Guillemette Tison, maître de conférence honoraire de littérature française de l’université d’Artois, secrétaire de rédaction des Cahiers Robinson.

16 heures : Des petites filles pauvres qui ne sont pas de pauvres petites filles dans la littérature de la fin du XIXe au début du XXe siècle par Soizik Jouin, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Chaptal à Paris.

16 heures 30 : Vivre dans la gêne chez Paul Berna : tout près et très loin de la misère par Francis Marcoin, professeur de littérature française, spécialiste de l’histoire et de la critique de la littérature de jeunesse, président de l’université d’Artois (Arras) de 2012 à 2016, directeur de publication des Cahiers Robinson.

17 heures : Clôture de la journée

Samedi matin

9 heures 30 : Le Petit Poucet à l’épreuve du temps, du conte traditionnel au théâtre contemporain pour la jeunesse par Gaëlle Le Guern-Camara, professeur de lettres modernes et de théâtre au collège Jean Vilar de La Courneuve, auteure de chapitres sur les contes, les récits merveilleux, le théâtre, la poésie et les romans d’aventures dans plusieurs manuels scolaires.

10 heures : Au-delà des mots et des maux : lire la pauvreté dans les albums québécois ; quelle place pour l’empathie ? par Sylvie Rosienski-Pellerin, professeure agrégée, Département d’Études françaises, Campus Glendon, Université York à Toronto (Canada).

10 heures 30 : Lire vraiment On est tous dans la gadoue de Maurice Sendak par Rolande Causse, écrivaine, fondatrice de l’association La Scribure qui se consacre à la pratique des ateliers de lecture-écriture et à la mise en place d’évènements comme le Festival Livres Enfants-Jeunes de Montreuil en 1984.

11 heures : Pause

11 heures 15 :Paroles d’auteur et d’illustratrice, échanges avec Christophe Honoré (sous réserve) et Gwenn Le Gac pour l’ouvrage Un enfant de pauvres (Actes Sud junior, 2016).

11 heures 45 : Paroles d’auteure, échanges avec Sophie Bordet-Pétillon pour ses ouvrages documentaires, notamment Le petit  livre pour parler des sans-abri écrit avec Henri Emmanuelli (Bayard jeunesse, 2018).

12 heures 15 : Pause déjeuner

Samedi après-midi

14 heures 30 :Du côté du cinéma, projection d’extraits de films du catalogue École et cinéma commentée par un représentant de l’association Les enfants de cinéma qui, depuis 1994, mène une réflexion sur le cinéma et le jeune public.

15 heures 15 : Ce que pensent les jeunes lecteurs de la pauvreté, restitution des réponses à l’enquête conduite au quatrième trimestre 2018 lors des actions de médiation mise en place à Paris et en région, par Françoise Lagarde (CRILJ) et Yvanne Chenouf (Association française pour la lecture).

15 heures 45 :Interrogeons les associations, table ronde avec Marie Aubinais, pour ATD Quart Monde, Annick Wemeaux, pour le Secours populaire, et Hasmig Chahanian, pour IBBY–France.

16 heures 45 : Manière de finir ou de ne pas finir, avec Christine Detrez, agrégée de lettres, professeure de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon, chercheuse au Centre Max Weber, « grand témoin » de ce colloque.

17 heures 15 : Clôture de la journée                                                           

Le colloque La pauvreté à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse a reçu le soutien du ministère de la Culture et du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Comité de pilotage

Max Butlen (université de Cergy-Pontoise)

Rolande Causse (CRILJ)

Yvanne Chenouf (AFL)

André Delobel (CRILJ)

Viviane Ezratty (médiathèque Françoise Sagan, Paris)

Soizic Jouin (bibliothèque Chaptal, Paris)

Françoise Lagarde (CRILJ)

Francis Marcoin (université d’Artois, Arras)

Muriel Tiberghien (CRILJ)

Isabelle Valque (CRILJ)

Informations complémentaires

CRILJ, 38 rue du Maréchal Maunoury, 45000 ORLÉANS

02 38 53 88 03

crilj@sfr.fr


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.