« Trop sensibles »: l’écriture du corps adolescent dans le récit contemporain d’expression française

Nous avons le plaisir d’annoncer la création d’un séminaire d’élèves à l’Ecole Normale Supérieure (Paris) qui concerne en partie la littérature pour la jeunesse. Nous remercions Thomas Lion et Sophie Marty.

        « Le pire du maillot de bain, c’est de l’essayer. Tout est atroce. Enlever ses vêtements en pleine journée. Garder sa culotte sous le maillot, avec les bords blancs qui dépassent. Se regarder dans la glace déformante. Tout ça sous un néon vert qui vous transforme en blanc de poulet périmé. On voit la trace violette de ses chaussettes, la trace rose de son soutien-gorge, on voit sa peau beige. On a froid, on a honte et on a un cafard dingue.
        Mon nouveau maillot de bain est un une-pièce noir. La culotte descend jusqu’au milieu des cuisses. La brassière a des bretelles très larges qui remontent un peu sur les épaules. Le ventre et le dos sont bien couverts. Dommage qu’ils ne le fassent pas avec capuche. »
(Marie Desplechin, ‘Le Journal d’Aurore II. Toujours fâchée’)


        Notre séminaire d’élèves, « ‘Trop sensibles’ : l’écriture du corps adolescent dans le récit contemporain d’expression française » interroge l’adolescence dans son rapport au corps, telle que la met en scène la littérature d’expression française depuis 1945. La question se poserait de déterminer (ou de nier) la spécificité de “cette période de l’existence […] au cours de laquelle s’associent des changements physiques irréversibles, des changements psychologiques souvent paradoxaux et des changements sociaux” (Alain Braconnier,L’Adolescence aujourd’hui). En se penchant sur cet âge de la vie tel que la littérature le représente, le lecteur est frappé par l’obsédante présence du corps, en tant que thème ou dans l’écriture même.
        Alors que sociologues et psychanalystes s’accordent sur le caractère récent et singulier du “phénomène adolescent” (Maurice Corcos, ‘La Terreur d’exister’), quel éclairage apporte la littérature ? Pour y répondre, nous nous appuierons tant sur la littérature générale que sur la littérature de jeunesse. Démarche surprenante au premier abord, puisque à l’adolescence correspondent des thèmes peu enfantins tels que la sexualité, la mort, le désir, les questionnements existentiels. Pourtant, comme le dit Bertrand Ferrier dans ‘Tout n’est pas littérature ! La littérarité à l’épreuve de la littérature pour la jeunesse’, ces sujets ont toujours été traités dans la littérature destinée aux enfants. Deux exemples illustrent ce fait : les contes, d’une part ; les questions épineuses (pourquoi, comment…?) que posent tous les enfants à leurs parents, d’autre part. Le corps est ainsi un thème qui soulève la question de la littérarité et du style. Il s’agit de voir comment les auteurs parviennent à traiter le corps et ses enjeux sans tomber dans le cliché, notamment à cause des contraintes morales. Ce rapprochement entre littérature de jeunesse et générale est enfin favorisé par un élément interne aux œuvres étudiées : l’âge des protagonistes (et peut-être des lecteurs ?), le brouillage des frontières littéraires faisant alors écho au temps de questionnements qu’est l’adolescence.
        Parmi le vaste corpus où analyser la thématique du corps adolescent, on peut songer à la figure récurrente de la jeune fille dans l’œuvre de Marguerite Duras, Annie Ernaux ou Susie Morgenstern. Chez toutes trois, le récit largement autobiographique renvoie à la difficile construction de soi, à l’irruption violente du corps. La même question se pose en des termes bien différents dans les récits “lazaréens” (Jean Cayrol), d’où l’intérêt d’une séance sur ces témoignages, parmi lesquels ceux d’auteurs qui étaient adolescents au moment des camps (Elie Wiesel, Simone Weil ou encore Marceline Loridan-Ivens).
        L’incarnation d’un genre sexué est un autre de nos fils rouges. Dans la lignée du ‘problem novel’ anglo-saxon (Marcoin & Chamboredon, ‘La littérature de jeunesse’), un certain nombre d’auteurs, plus particulièrement d’autrices, s’intéressent aux questions existentielles que peuvent affronter les adolescents, et notamment les jeunes filles. Héritière de Judy Blume, Susie Morgenstern a apporté ces thèmes nouveaux en France, faisant de la collection “Médium” de l’école des loisirs un laboratoire. Ainsi, dans une langue assez orale et familière, “jeune”, Marie Desplechin, Marie-Aude Murail et bien d’autres interrogent ce que c’est qu’être un•e adolescent•e souvent mal dans sa peau et dans son corps. D’autre part, l’adolescent•e fait l’expérience d’un corps envahissant, désirant ou abhorré, et ce plus particulièrement dans la prise de conscience d’une orientation sexuelle problématique : ce que mettent en scène des écrivains comme Hervé Guibert ou Edouard Louis. L’homosexualité est bien présente également dans la littérature destinée à la jeunesse : la prise en compte du public adolescent implique-t-elle réellement un traitement spécial, plus corseté ou plus libre ?
        Le corps, support de l’histoire personnelle, peut aussi se faire palimpseste d’une histoire collective. L’expression littéraire du corps dans la littérature postcoloniale peut ainsi être un moyen de démasquer l’Histoire inscrite dans les corps des anciens colonisés. Corps dépossédés, tant par la représentation orientaliste que par la violence colonialiste. Dans la lignée de certaines autrices anglophones, telles Morrison, Munroe, Emecheta ou Adichie, en quoi la littérature postcoloniale francophone exprime-t-elle un autre rapport au corps (contre l’impérialisme), un autre rapport à l’histoire (opposant les stigmates aux actes de conquête), et d’autres rapports sociaux ?
        Si “l’adolescent s’effraie d’être”, comme l’écrit Octavio Paz dans Le Labyrinthe de la solitude, cet effroi peut se muer en plaisir de la découverte : les récits mentionnés permettent tous de penser différemment ces mouvements du sujet adolescent.
        Le nom du séminaire est emprunté à un recueil de nouvelles de Marie Desplechin (‘Trop sensibles’, éd. de l’Olivier, 1995).
        Le séminaire aura lieu tous les lundis de 18h00 à 20h00 en salle Césaire (ENS – 45, rue d’Ulm). La première séance se tiendra le 1er octobre 2018. Retrouvez le programme détaillé (susceptible de modifications) en ligne : https://www.lila.ens.fr/spip.php?article179. Si vous souhaitez intervenir (la salle est réservée pour une quinzaine de séances), n’hésitez pas à suggérer un livre ou à présenter une thématique !
        Sophie Marty et Thomas Lion (ENS – LILA)
  PS : retrouvez la page Facebook du séminaire ici [https://www.facebook.com/pg/tropsensibles/]


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.