Métamorphoses et transfigurations dans la littérature pour la jeunesse

Colloque International, Université Hradec Kralové, 28-29 Mars 2019

Le dictionnaire CNRTL informatisé donne de la « métamorphose » la définition suivante : « Changement de forme, de nature ou de structure si importante que l’être ou la chose qui en est l’objet n’est plus reconnaissable ». Il précise que la métamorphose permet d’établir un rapport de transformation et de réciprocité entre un animé et un autre animé, ou entre un animé et un inanimé. Dans la classe des /animés/ les rapports peuvent également être établis entre /humain/ et /animal/. En outre, avant la transformation, le sujet est ce qu’il paraît, après, il paraît ce qu’il n’est pas, cette modalisation est fondamentale pour définir la métamorphose.

Quant à la « transfiguration », en excluant son acception religieuse, le CNRTL la définit comme : « Transformation d’une personne humaine dont la physionomie, l’expression prennent un éclat, un rayonnement inhabituels ». Par conséquent, la transformation ne s’applique qu’à des sujets relevant de la classe des /animés-humains/. Le sujet reste tel quel fondamentalement, il paraît ce qu’il est avec une intensité plus forte qui le transcende.

Ainsi, pour prendre un exemple simple, dans le conte de Cendrillon, la métamorphose de la citrouille en carrosse relève de la transformation d’un /inanimé/ en /animé/, celle des rats en chevaux relève de la transformation d’un /animé/ en /animé/ avec une opération de réversibilité dans un second temps pour les deux cas puisque chacun reprend sa forme originale. Les uns et les autres sont méconnaissables. Tandis que la « transfiguration » est la transformation que subit Cendrillon lorsqu’elle revêt ses robes de séduction (ou nuptiales car on peut considérer qu’elle effectue une danse nuptiale devant le prince) pour se rendre au bal : elle porte des « habits de drap d’or et d’argent tout chamarrés de pierreries » (Perrault), qui ont donc un éclat intense, si bien que dans la salle de danse tout se fige « tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue » ; elle exerce donc par sa transfiguration un pouvoir de fascination sur les autres. Il semble alors opportun d’ajouter la fascination comme caractéristique de la transfiguration.

Il s’agira d’étudier les rôles de ces deux transformations subies par les sujets, les acteurs, dans les narrations quel qu’en soit le genre : roman, théâtre, cinéma, conte, etc., et quel qu’en soit le média : l’album, le numérique, le vidéoludique, etc. On portera attention à leurs rôles narratifs : renversements de situation, valorisation ou dégradation du statut de l’héroïne ou du héros, …On étudiera particulièrement leur rôle sémantique, ce qui fait leur épaisseur, leur puissance sémantiques, peut-être due à leur valeur métaphorique et symbolique. Il s’agira de dégager le sémantisme de la relation qui relie les deux formes du sujet métamorphosé, quelles relations sont établies entre les deux. Il s’agit bien d’étudier des narrations en tant que telles, et non des procédés d’écriture, ou des bouleversements sociologiques.

Comité d’organisation

Kvĕtuše KUNEŠOVÁ, Département de langue et littérature françaises, Faculté de Pédagogie, Université de Hradec Kralové, République tchèque.

Bochra CHARNAY, UR ALITHILA, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales
Thierry CHARNAY, UR ALITHILA, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales

Comité scientifique

BAKESOVA  Vaclava, Université Masaryk, République tchèque

CHARNAY Bochra, Université d’Artois et Université Lille sciences humaines et sociales, E.A. 1061 ALITHILA

CHARNAY Thierry, Université Lille sciences humaines et sociales, E.A. 1061 ALITHILA

CHEKALOV  Kirill, Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de la Russie

KUNEŠOVÁ Kvĕtuše, Faculté de Pédagogie de l’Université de Hradec, République tchèque

POHORSKY Ales, Université Charles, République tchèque

Modalités et calendrier

Les propositions (titre, résumé de 2000 caractères maximum (espaces comprises), mots clés, et références bibliographiques) seront accompagnées d’une brève biobibliographie de 1500 caractères (espaces comprises) maximum comprenant statut, établissement et unité de recherche ainsi que les principales publications récentes.

Les articles (inédits) retenus par le comité scientifique feront l’objet d’une publication après expertise. Les propositions sont à adresser au plus tard le 15 décembre 2018 à l’adresse suivante : hradeclitteraturejeunesse@gmail.com
Les auteurs retenus seront prévenus au plus tard le 10 janvier 2019.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.