Le Magasin des petits explorateurs, ou l’exposition coloniale du livre jeunesse ?

Nous publions cet article que Jacques Desse a eu l’amabilité de nous confier. Qu’il en soit sincèrement remercié.

« Un homme raisonnable ne peut parler de choses raisonnables

 à un autre homme raisonnable : il doit s’adresser aux enfants. »

Blaise Cendrars, Petits contes nègres pour les enfants des blancs, 1921

André Hellé, Une fête au village nègre, vers 1926 (Absent de l’exposition)

Les expositions de livres pour enfants demeurent fort rares en France, particulièrement dans les grandes institutions, qui, il y a peu encore, avaient du mal à s’intéresser à ce genre considéré comme mineur. L’exposition du musée du Quai Branly aborde un sujet passionnant, la représentation de « l’autre », ou plus exactement de l’étranger lointain, dans les publications françaises pour la jeunesse [1]. Elle est basée sur une très riche collection privée, comprenant des livres, mais aussi des images, gravures, jouets, celle de l’ethnologue Roger Boulay. L’épais catalogue propose des contributions passionnantes.

Saluons l’initiative, et ne boudons pas notre plaisir. Pourtant… Pourtant le visiteur peut ressentir une certaine déception, qui ne fait que s’approfondir au fur et à mesure de la visite. C’est un peu plat, un peu fade, parfois assez incohérent. Certes, exposer des livres n’est pas chose facile, et cet événement confirme une nouvelle fois, hélas, que les conservateurs de musée ont du mal à mettre en scène ces objets qui, à la différence des œuvres d’art ou d’art décoratif, ne sont pas conçus pour être exposés. Plus ennuyeux, aucune  hiérarchie n’est faite entre les objets : par exemple, des pièces importantes peuvent côtoyer des productions de l’industrie de l’entertainment, comme si dans ce domaine tout se valait, à tous points de vue. L’anecdote prend le pas sur l’émotion ; l’éventuelle beauté est déniée, évacuée.

Kô et Kô les deux esquimaux

Ainsi, il aurait peut-être été plus intéressant de voir dans la vitrine consacrée aux populations du grand nord, le sublime Kô et Kô, réalisé par Vieira da Silva en 1931 (absent de l’exposition), plutôt que des sujets en plastique Playmobil, qui n’apportent pas grand-chose… [2] L’exposition oublie bien des œuvres importantes ou très significatives pour son propos : par exemple le spectaculaire jouet Bambo d’Hellé et Carlègle, découvert récemment et jamais exposé jusqu’ici, ou le fameux Moko, Moka, Kokola de Jack Roberts (d’autant  plus intéressant qu’il est une variation sur le thème de la « croisière noire », transformée en « croisière blanche » [3]). De même, l’univers de Féli et M’Bala l’éléphant aurait peut-être mérité d’être un peu mis en valeur, parce qu’il s’agit d’un très beau livre, mais aussi parce que son illustrateur, Alexandre Iacovleff, fut le peintre officiel – et si sensible – de la Croisière noire puis de la Croisière jaune.  Il est vrai que certaines de ces œuvres ne se prêtent pas à une interprétation univoque : représentations caricaturales, expressions de sympathie, ou parfois les deux à la fois…

Une planche de Iacovleff (in Le Théâtre japonais, 1933)

 

La Croisière blanche ou l’Expédition Moko-Moka-Kokola, Tolmer, 1928 (Absent de l’exposition) [4]

Hellé et Carlègle, jouet Bambo, 1922 – Collection privée (absent de l’exposition) [5]

Hellé et Carlègle, jouet Bambo, 1922 – Collection privée (absent de l’exposition) [5]

 

Edy-Legrand, Voyages et glorieuses découvertes des grands navigateurs et explorateurs français (Tolmer, 1921). Absent de l’exposition

 

L’Ile Rose de Ch. Vildrac (Tolmer, 1924) – Absent de l’exposition [6]

[Charles Letaille], Le Tour du monde, ou Jeu du petit voyageur, récréation instructive [1839]. Lithographie pour le couvercle de la boite – Bibliothèque nationale de France [7] (Absent de l’exposition)

Charles Letaille, La pleine mer, scènes maritimes en action, Pintard, [1836], Diorama à changement de figures – Powerhouse Museum, Sidney, (Non présenté dans l’exposition)

Charles Letaille, La pleine mer, scènes maritimes en action, Pintard, [1836], Diorama à changement de figures – Powerhouse Museum, Sidney, (Non présenté dans l’exposition) [8]

[Ch. LETAILLE]. Le Voyage autour du monde. [Pintard, vers 1837] [9], State Library of New South Wales, Australie – Photos François Binetruy (Absent de l’exposition)

[Ch. LETAILLE]. Le Voyage autour du monde. [Pintard, vers 1837] [9], State Library of New South Wales, Australie – Photos François Binetruy (Absent de l’exposition)

[Ch. LETAILLE]. Le Voyage autour du monde. [Pintard, vers 1837] [9], State Library of New South Wales, Australie – Photos François Binetruy (Absent de l’exposition)

 

Le désintérêt pour l’éventuelle valeur artistique de ces publications emporte des conséquences qui vont au-delà de la faible attractivité des vitrines. Ainsi, la vogue de l’illustration africaniste dans les livres pour la jeunesse des années 1930 est royalement ignorée. Or ce mouvement découle de la découverte et reconnaissance de « l’art nègre » par des artistes et collectionneurs avant-gardistes comme Breton, Éluard, Tzara, Paul Guillaume ou Charles Ratton… Le musée du Quai Branly aurait été idéal pour révéler cette tendance. Il aurait été passionnant de voir dans quelle mesure cette influence africaine a été prégnante, et comment elle s’est propagée à l’illustration jeunesse, par exemple si elle a été rabattue, ou pas, sur une sorte de folklore. De même on ne perçoit pas du tout l’impact simultané, sans doute considérable et ambivalent, de l’Exposition coloniale (1931) dans l’édition pour la jeunesse, qui s’est traduit, en pleine époque Art déco, par de superbes publications.

Elisabeth Ivanovsky, Histoire de Bass Bassina Boulou, texte de Franz Hellens, Desclée, De Brouwer, 1936 [10]

Illustration de Pierre Pinsard pour les Petits contes nègres de Cendrars, 1929 (Absent de l’exposition)

Bien que l’exposition aborde, un peu en vrac, toutes les époques, elle fait l’impasse sur l’impact de la Libération puis des années 1960 et ne montre pas dans quelle mesure et de quelle façon la représentation de « l’étranger » a pu changer avec les livres pour la jeunesse « engagés », par exemple ceux publiés par François Ruy-Vidal et Harlin Quist. Comme si les livres pour la jeunesse évoluaient dans une sorte d’intemporalité et d’unanimisme, se laissant mollement et mystérieusement pousser par l’air du temps…

Bertha Lask, À travers les âges, illustrations de Nathan Altman, Éditions Sociales Internationales, 1933. Ouvrage de propagande communiste vantant l’amitié entre les peuples et dénonçant l’oppression coloniale. (Absent de l’exposition)

Bertha Lask, À travers les âges, illustrations de Nathan Altman, Éditions Sociales Internationales, 1933. Ouvrage de propagande communiste vantant l’amitié entre les peuples et dénonçant l’oppression coloniale. (Absent de l’exposition) [11]

Évolution : Zo’Hio de Marie Colmont, au Père Castor: 1ère version, Histoire du nègre Zo’Hio, 1942 (présenté dans l’exposition)

Evolution: 2e version, Histoire de Zo’Hio, 1959 (tirage des années 1970)

Un livre emblématique des « années pop » : Alala ou les télémorphoses, par Guy Monréal et Nicole Claveloux, Harlin Quist, 1970 (Non présenté dans l’exposition – Gouache originale, collection N. Claveloux)

 

Un regard humaniste : la collection « Enfants du monde » chez Nathan. Photographie originale d’Odile Wertheimer pour Sinoun la petite cambodgienne (1970), Collection privée [12]

« Culture populaire » ?

Le sujet de l’exposition est de montrer « comment la culture populaire en France a présenté les sociétés d’ailleurs aux plus jeunes ». Le livre jeunesse est donc considéré comme un aspect de la « culture populaire », assimilation qui est un peu expéditive et bien sûr en partie erronée : il existe des livres « élitistes » ou avant-gardistes pour la jeunesse ; les premiers livres pour enfants ne s’adressaient qu’aux rejetons des « classes supérieures », etc. (Ainsi, on voit mal pourquoi de grands bourgeois qui avaient, par exemple, des tableaux d’Ingres dans leur salon, auraient renoncé à leurs critères de distinction et seraient devenus des adeptes de la « culture populaire » dès lors qu’ils allaient acheter des livres pour leurs enfants…).

Englober l’ensemble de la littérature jeunesse dans la catégorie « culture populaire » occulte le fait que les livres pour enfants reflètent eux aussi, surtout jusqu’au milieu du XXe siècle, les inégalités sociales et culturelles. Mettre sur le même plan les productions de Fayard ou Ferenczi avec celles de la NRF ou de l’École des loisirs, qu’un monde sépare, cela conduit à une erreur de perspective (oserait-on mettre dans le même sac les romans de Le Clézio et la série « SAS » de Gérard de Villiers ?). Les romans d’aventures visaient avant tout les garçons des classes populaires, tandis que le très humaniste Macao et Cosmage s’adressait évidemment, ne serait-ce qu’à cause de son coût, à des enfants favorisés. Or il semble que les représentations foncièrement xénophobes se rencontrent avant tout dans ces publications à bas prix. Par exemple, elles abondent chez Arnould Galopin, mais pas chez Jules Verne (qui partage les préjugés de son temps, mais se montre très fermement anti-esclavagiste). Ainsi, en la même année 1937, on voit paraître un récit carrément raciste (Paul Tossel, L’île des hommes gorilles, chez Ferenczi) et un manifeste pour la tolérance, Baba-Diène et Morceau de Sucre de Claude Aveline (Gallimard) [13]. Cette littérature populaire, ou « populiste », n’était pas forcément vue d’un bon œil par les prescripteurs, qui la combattaient au profit de publications jugées plus dignes et morales (c’est ainsi que la loi sur les publications destinées à la jeunesse, de 1949, a permis l’établissement d’un régime de censure spécifique qui a abouti à l’interdiction ou au bannissement de certaines de ces publications, dont Tarzan [14]). C’est un sujet en soi : pourquoi les auteurs et éditeurs visant un public populaire se sont-ils souvent complus dans des représentations stéréotypées et caricaturales ? Pourquoi, sous réserve d’inventaire, le clivage semble avoir été au moins autant déterminé par le milieu socio-culturel que par les orientations politiques ? [15]

 

Leo Lionni, Petit bleu et petit jaune, L’École des loisirs [16]

Blexbolex, Romance, Albin Michel Jeunesse, 2013 [17]

Préjugés

Le présupposé selon lequel les livres, images ou jouets pour enfants appartiendrait à la « culture populaire » explique en grande partie, à mon avis, le choix de l’exposition de ne guère tenir compte de l’esthétique des œuvres présentées. Les (rares) très beaux livres ou objets sont noyés au milieu de productions moins belles, voire vulgaires (un peu comme si un musée choisissait d’exhiber ses Courbet au petit bonheur la chance parmi des toiles de peintres du dimanche…). Les personnes qui ne les connaissent pas déjà ne risquent pas de les remarquer. Bizarrement, les responsables de l’exposition ont choisi d’ouvrir les livres les plus anciens, aux petites gravures en noir et blanc, mais pas les plus beaux et les plus colorés, aux magnifiques lithographies ou planches coloriées au pochoir. Comme si – hypothèse – on avait eu en tête de « faire vieux », et du coup de ne pas montrer ce qu’il y a de moderne ou d’actuel dans ces livres d’autrefois. Comme si on était parti du présupposé que le livre ancien pour enfants, c’est forcément quelque chose de suranné et croquignolet.

L’exposition présente de nombreuses notices et textes d’introduction, assez détaillés mais pas indigestes, et, pour une fois, très lisibles. Pour autant la présentation décontextualise les pièces exposées, au point qu’il a été jugé nécessaire d’ajouter dans les vitrines de petits panneaux donnant en rouge la date – et seulement la date – de publication. Ce désintérêt pour le contexte artistique ou éditorial explique certaines juxtapositions sans cohérence historique, esthétique ou intellectuelle, mis à part l’assemblage thématique, sur le principe de l’accumulation peu raisonnée.

Cela explique aussi, sans doute, de nombreuses petites erreurs factuelles : l’illustrateur Maurice Tranchant n’est pas l’écrivain et architecte Maurice Tranchant de Lunel [18] ; Jacqueline Duhême n’est pas l’illustratrice de la première édition des Petits contes nègres de Cendrars, etc. [19] . Ces détails ont parfois de l’importance : un tir comique édité par Saussine (fameux fabriquant auquel une exposition est actuellement consacrée à Uzès), est daté des années 1900 dans le catalogue, alors qu’il est typique des années 1930 et a été annoncé dans les publicités des grands magasins pour les étrennes 1931-32. Ce n’est donc pas un jeu de la Belle époque mais une production qui découle directement de l’Exposition coloniale, ce qui n’a pas du tout le même sens, historiquement et par rapport au sujet de l’exposition (l’information était disponible, encore fallait-il avoir envie de la chercher… [20]). On trouve aussi dans le catalogue, par exemple, une contribution qui manifeste un dédain assez extraordinaire vis-à-vis des données factuelles, comme si, sur un tel sujet, elles n’avaient guère d’importance [21]. Une fois de plus, on constate une corrélation assez manifeste entre le statut social implicite des productions culturelles et l’attention, ou au contraire le mépris intellectuel, dont elles peuvent faire l’objet : plus les publications sont ludiques et/ou populaires, plus il arrive qu’elles soient traitées « par-dessus la jambe »…

On ne peut reprocher à une telle exposition, traitant d’un sujet aussi vaste, l’absence de telle ou telle œuvre, mais il semble qu’en l’occurrence ces erreurs découlent d’une ignorance quasiment volontaire du sujet. En effet, la sélection des pièces exposées paraît avoir été bouclée avant que ne soient engagés des contacts avec les connaisseurs du domaine, qui ont été mis à contribution a posteriori, pour contribuer au catalogue. La réflexion intellectuelle a suivi la sélection, comme si on avait pensé qu’un tel sujet était connu d’avance et pouvait être traité de manière « illustrative »…

Algérie, ill. de Maurice Tranchant, Duchartre, [1931] (absent de l’exposition)

Rojankovski, Daniel Boone, Paris, Domino Press, 1931 (Absent de l’exposition) [22]

Empathie culturelle ? Tsese, un ouvrage à peu près inconnu, publié en 1945 (Non présenté dans l’exposition) [23]

Empathie culturelle ? Tsese, un ouvrage à peu près inconnu, publié en 1945 (Non présenté dans l’exposition) [23]

 

L’éléphant qui marche sur des œufs, 1931, illustré par Albert Lubaki [24] (Non présenté dans l’exposition)

 

Les Explorateurs, Collection Actibom, Robert Delpire, 1969 (Cette importante collection comprend aussi un volume Robinson Crusoé, d’autres sur les Indiens, les Cow-Boys, Sindbad le marin…) – Absents de l’exposition [25]

Cette exposition reflète les préoccupations de notre temps de mondialisation, sur l’impossible digestion du colonialisme occidental et la tentation de faire de la couleur de peau et de la « race » un facteur explicatif essentiel de l’Histoire et des relations entre les humains. Il est à cet égard intéressant, me semble-t-il, de remarquer que les images les plus choquantes, à la fin de l’exposition, ne sont précisément pas des livres pour enfants, mais des illustrations publicitaires visant les adultes, en recourant à l’humour souvent vulgaire, « lourdingue » ou stigmatisant, de ces époques [26]. Pour autant, le préjugé idéologique n’est pas trop présent dans l’exposition (qui a évité l’écueil de la simplification militante), il est juste sous-jacent. C’est lui sans doute qui explique qu’un livre aussi important que Macao et Cosmage ait été classé, avec l’ensemble des livres inspirés par l’histoire de Robinson, sous la rubrique « démonstration du génie civilisateur de l’homme blanc », considérant l’Africain comme bon « à civiliser ». Contresens, honteux contresens, puisque Macao et Cosmage, premier livre pour enfants publié par la NRF, juste à l’issue de la Grande guerre, dit précisément l’inverse : contant l’histoire de l’envahissement par la France d’une île peuplée par un heureux couple blanc et noir, c’est un manifeste très explicite contre la modernité industrielle et la pollution, le militarisme, la colonisation et le racisme…

Edy-Legrand, dessin original (non présenté dans l’exposition) pour Macao et Cosmage – L’Heure joyeuse, Médiathèque Françoise Sagan

 

 

Jacques Prévert et André François, Lettre des îles Baladar, Gallimard, 1952 [27]

Jacques Prévert et André François, Lettre des îles Baladar, Gallimard, 1952: maquette originale, archives Gallimard (Non présentés dans l’exposition)

Rabindranath Tagore, Amal ou la lettre du roi, traduction de Gide, illustrations de Foujita, Lucien Vogel, 1922 (Non présenté dans l’exposition) [28]

Rabindranath Tagore, Amal ou la lettre du roi, traduction de Gide, illustrations de Foujita, Lucien Vogel, 1922 (Non présenté dans l’exposition) [28]

Autre exemple de « désoccidentalisation » du regard : Florian, Fables choisies illustrées par des artistes japonais, sous la direction de P. Barbouteau, Paris, Marpon et Flammarion / Tokyo, Kané-Mitsou Masao, 1895 (Ici en tirage de luxe sous cartonnage) – Non présenté dans l’exposition

Autre exemple de « désoccidentalisation » du regard : Florian, Fables choisies illustrées par des artistes japonais, sous la direction de P. Barbouteau, Paris, Marpon et Flammarion / Tokyo, Kané-Mitsou Masao, 1895 (Ici en tirage de luxe sous cartonnage) – Non présenté dans l’exposition

 

 

Dans le même ordre d’idées, la présentation d’un spectaculaire jeu « passe-boules » « tête de nègre », comme son analyse dans le catalogue, est partielle et partiale : ces jeux, qui n’étaient pas spécialement destinés aux enfants, représentaient toutes sortes de personnages, dont souvent des noirs[29]. Cette représentation nous apparaît aujourd’hui très choquante. Mais pas quand le sujet est un musicien, ou, comme dans l’exemple ci-dessous, un soldat français. L’humour de cette époque est souvent basé sur la caricature et l’outrance, vis-à-vis de tous (bourgeois compris), y compris de « l’autre », par exemple l’africain ou l’asiatique. Il est normal que nous soyons effarés, aujourd’hui, par certaines de ces représentations. Mais notre regard rétrospectif est ethno centré, il plaque nos références et valeurs sur l’autre. À cet égard l’exhibition hors contexte de telles représentations n’est pas seulement une désinformation partielle, elle s’apparente elle-même au regard colonial porté sur une culture lointaine.

Passe-boules, vers 1900 [30]

Jeu Mauclair-Dacier, vers 1895 – Collection Alain Rabussier

Annonce pour jeux de massacre, N. Clerc, vers 1930 (Non présentés dans l’exposition)

Jeux de Mauclair-Dacier [entre 1893 et 1904]. Collection Alain Rabussier (Non présentés dans l’exposition) [31]

Jeux de Mauclair-Dacier [entre 1893 et 1904]. Collection Alain Rabussier (Non présentés dans l’exposition) [31]

L’un des intérêts de l’exposition est de rappeler à quel point « l’autre », « l’étranger », a fasciné l’Occident. Parmi des milliers de publications, les plus typiques sont les représentations des différents types humains et des variétés des costumes locaux (qu’il s’agisse de ceux du monde ou de différentes provinces d’un même pays). Les gravures des grands livres de voyage, tels ceux de Cook, ont ainsi été adaptées et déclinées ad libitum, dont, à partir du début du XIXe siècle, dans des productions spécifiquement destinées aux enfants. Ces publications étaient empreintes de préjugés – on ne le rappellera jamais assez -, mais elles étaient aussi la marque d’une curiosité et d’une ouverture à l’autre qui paraît être assez exceptionnelle dans l’histoire de l’humanité. Nous ne savons pas comment l’altérité a été représentée dans d’autres cultures, par exemple comment ont été montrés les Européens, les Américains ou les Africains dans les livres pour enfants en Chine ou en Inde (la recherche reste largement focalisée sur le nombril occidental, et souvent prédéterminée par un parti-pris idéologique, l’objectif étant de dénoncer notre tendance au racisme, à la xénophobie et à l’impérialisme, à l’exclusion de ceux d’autres populations). Si l’on en juge par quelques-unes de ces représentations, comme celles de la céramique chinoise, de l’estampe japonaise ou de l’art africain (avec les « colons »), ce regard ne semble pas été plus « folklorique » ou moins sympathique en Occident qu’ailleurs.

Représentation d’Européens dans l’estampe japonaise : Utagawa Sadahide, 1861 [32]

Dans les gravures et jeux géographiques édités en France, la figure de l’Europe occupe souvent une position prééminente, voire supérieure. Mais  ces représentations, qui ne sont pas agressives, réunissent les figures symboliques des différentes populations ; elles impliquent et véhiculent auprès des enfants l’idée que les différentes « races » ne composent qu’un seul ensemble, l’espèce humaine, qui est très varié. Tandis que de nombreuses populations se sont définies comme « les hommes » (les seuls humains), ces représentations inculquent que l’autre, même supposé étrange ou inférieur, est lui-aussi un humain : elles sont – foncièrement -, humanistes et progressistes.

 

Loto géographique, vers 1870 – Collection Alain Rabussier [33]

Très souvent, les publications pour la jeunesse exaltent l’union entre les peuples et ce que nous appelons aujourd’hui la mixité et la « diversité ». Cette idéologie est ambigüe, et présente des aspects paternalistes (pas forcément plus, d’ailleurs, que la « mixité » ou la « discrimination positive » d’aujourd’hui). Un pas de plus est franchi avec la farandole de personnages symboliques incarnant les populations de la Terre, topos important qui a d’ailleurs été choisi pour illustrer l’affiche de l’exposition. Dès lors, il aurait intéressant de jeter un œil sur l’évolution du thème dans l’imagerie, et de voir, par exemple, à partir de quel moment les personnages emblématiques des différents continents commencent, acte hautement symbolique, à se donner la main.

Françoise Seignobosc, couverture d’un catalogue d’étrennes du Printemps, 1924 (Non présenté dans l’exposition – Collection privée) [34]

Le Printemps, catalogue d’étrennes, 1924 (Non présenté dans l’exposition) De « Miss Jazz » et « Golliwoog » jusqu’à « Jacqueline » en passant par « Bécassine » [35]

Maggie Salcedo, catalogue « Bleuette » (Semaine de Suzette), été 1930

 

Couvertures de catalogues d’étrennes par Maggie Salcedo [36] (Non présentés dans l’exposition)

Couvertures de catalogues d’étrennes par Maggie Salcedo [36] (Non présentés dans l’exposition)

« Black doll » : Children’s corner, partition de Debussy, 1908, illustrée par lui-même (Non présenté dans l’exposition) [37]

La source probable de Debussy : Florence K. Upton, Golliwogg’s Circus, 1903 [38]

 

Miel et Paquerette, livre silhouette (découpé en forme de personnage), vers 1900 (Non présenté dans l’exposition)

 

À cet égard, on peut regretter que l’exposition n’aborde le thème des couples ou duos « mixtes » qu’à travers Robinson et Vendredi. Il s’agit pourtant, potentiellement, d’une rupture décisive par rapport à la perception de l’autre comme « autre ». Nous ne saurons pas si ce thème, qui se rencontre dans plusieurs publications importantes (Macao et Cosmage, Baba Diène et Morceau de sucre, etc.), a été marginal ou prégnant, ni à quelle époque il a vu le jour, ni s’il a été progressiste ou au contraire inconsciemment xénophobe [39]. Ainsi, l’oubli du fantaisiste et audacieux Zonca, Flox et Kapok le toucan, publié sous l’Occupation par deux auteurs du Canard enchaîné, est triste autant que significatif. Ce livre aujourd’hui peu connu eut pourtant du succès, puisque 10 000 exemplaires furent vendus entre 1943 et 1946 [40].

Henri Monier et Pol Ferjac, Zonca, Flox et Kapok le toucan, NRF Gallimard, 1943 (Absent de l’exposition)

Pier Worm et Joséphine Baker, La Tribu arc-en-ciel, Amsterdam, Mulder & Zoon / Paris, Opera Mundi, [1957] – (Absent de l’exposition) [41]

Pier Worm et Joséphine Baker, La Tribu arc-en-ciel, Amsterdam, Mulder & Zoon / Paris, Opera Mundi, [1957] – (Absent de l’exposition) [41]

« Vaste brocante… »

Mais il faut aller plus loin. Dans un souci légitime d’animer l’exposition et de présenter des œuvres conformes à la vocation du musée, les vitrines de la deuxième partie accueillent des objets anciens, qui n’ont strictement rien à voir avec le sujet (celui de la représentation de « l’étranger » à destination des petits Français). On rencontre ainsi un « modèle du marché javanais », réalisé en Indonésie, une statuette de guerrier marquisien, une couronne en plume provenant d’Équateur… bref, un bric-à-brac d’objets par ailleurs remarquables. La gêne devient profonde quand on découvre, trônant au-dessus de fascicules du journal Pilote, une tête réduite Tzantza. Une véritable tête humaine, à l’aspect grotesque avec son nez rond, ravalée au rang d’illustration des fantasmes d’exotisme occidental. À ce moment, l’exposition semble échapper aux intentions de ses organisateurs : des objets emblématiques de cultures « autres », sont traités, précisément, de manière folklorique et « croustillante » (gageons que cette tête arrachera aux jeunes visiteurs des « ouah » tout à fait comparables à ceux de leurs grands-parents découvrant la reproduction de têtes « jivaros » dans leurs magazines pour la jeunesse…) [42]. Loin de nous détacher de ce regard infantilisant, l’exposition finit par faire ce qu’elle est censée démonter dans les livres pour enfants – et implicitement leur reprocher.

 

Ce préjugé ne concerne pas seulement, ici, les objets culturels ou cultuels de ceux qu’on appelait les « sauvages ». On peut se demander si en fin de compte toute l’exposition n’est pas animée par cette vision surplombante et involontairement condescendante. Comme si le regard porté sur la littérature jeunesse, dénué d’empathie, était lui-même un regard de type colonial. Après tout, il ne s’agit là, paraît-il, que de « culture populaire ». Des « bouquins pour les gosses », comme on le dit couramment… Dans la communication du musée, on découvre une phrase assez stupéfiante : « Le Magasin des petits explorateurs est conçu comme une vaste brocante ». C’est sans doute la première fois qu’un musée prestigieux présente l’une de ses expositions comme « une brocante », et cela en dit long sur la considération accordée aux objets exposés… [43]

La couverture du catalogue est également édifiante : elle reprend en le modifiant l’encadrement décoratif d’André Hellé pour La Famille Bobichon à l’exposition coloniale. Un encadrement africaniste, dont la délicate couleur renvoyait très directement aux arts d’Afrique. Or il a été choisi de changer cette couleur en un rose vif – d’ailleurs assez laid. Rose, pour évoquer l’enfance bien sûr, comme le fit la « Bibliothèque rose » à son origine, dans les années 1850. Clichés et stéréotypes pas morts…

 

Ma critique n’a pas d’intention polémique et traduit juste ma déception. Après la visite de cette exposition, je ressentais un vague malaise, persistant, que j’ai eu envie de m’expliquer. En fin de compte, il semble que le regard « colonial » ait plus d’une ruse dans son sac, et que le domaine de l’art et de la littérature pour la jeunesse soit encore bien ancré dans son statut mineur, sur lequel l’adulte « sachant » pourrait s’autoriser à porter un œil expéditif et vaguement condescendant. Un regard que, fort heureusement, nous avons appris de nos jours, entre autres grâce à certains livres pour enfants, à ne plus trop infliger à « l’étrange étranger »…

Jacques Desse

André François, You are ri-di-cu-lous, 1970 [44]

***

[1] On pourra à cet égard regretter qu’elle se soit exclusivement focalisée sur la représentation des habitants d’autres continents, alors que la comparaison avec les représentations d’habitants des provinces ou de pays voisins aurait été instructive. On aurait ainsi pu découvrir que l’autre lointain, en particuliers les Africains, ne semble pas avoir été représenté de manière aussi caricaturale ou violente que d’autres plus proches, définis comme ennemis, en particulier « le boche ». De même, par exemple, Bécassine est régulièrement dénoncé par des militants bretons, depuis les années 1930, comme une série « raciste », strictement comparable à la publicité « Y’a bon Banania », alors que par ailleurs ces albums ne se caractérisent pas par une représentation spécialement péjorative des peuples d’autres continents.

[2] Ces jouets sont des productions culturelles comme les autres, mais on peut imaginer que la présentation de tels objets vise, dans l’esprit des concepteurs de l’exposition, à séduire le public enfantin. Comme si les enfants ne pouvaient pas apprécier la beauté et devaient être alléchés par un univers familier et « à leur portée » : celui des supermarchés.

[3] Cf. http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/grand/105.htm

[4] Sur la représentation des jazzmen noirs dans les années 1920 (qui sont en l’occurrence « men » mais aussi « women »), cf. aussi infra.

[5] Cf. https://amisdhelle.blogspot.fr/2018/04/nouveau-jeu-de-tir-bambo.html

[6] L’Ile rose est exposé (parmi les robinsonnades), mais dans une édition « tristounette » et sans intérêt graphique, plutôt que dans cette belle et importante édition originale.

[7] Ce jeu, novateur pour l’époque, est contemporain des tous premiers romans d’aventures « exotiques » pour la jeunesse (Masterman Ready de Marryat, 1841 – cf. M. Letourneux, « Roman d’aventures », in Dictionnaire du livre jeunesse, Cercle de la Librairie, 2013). L’exposition présente la rare bibliothèque miniature du même Charles Letaille (1839, Musée national de l’éducation), qui comprend un volume avec figures mobiles consacré aux voyages.

[8] Ces luxueux jeux de papier de la première moitié du XIXe siècle sont excessivement rares, n’ayant pas été conservés ni sauvegardés, et encore moins recensés. Ceux apparus sur le marché ces dernières années ont souvent été acquis par des institutions australiennes, car ils comptent parmi les premières représentations des peuples et paysages du Pacifique sud (« Virtually no toys depicting content related to Australia and the South Pacific in the 1830s are extant worldwide » – https://ma.as/20159).

[9] L’occidental et le « nègre » sont les recto et verso d’une même figurine.

[10] Ce chef d’œuvre est présenté dans l’exposition, fermé et peu visible dans le haut d’une  vitrine.

[11] Ce livre rare et peu connu fut édité par le PCF, via une maison d’édition directement liée au Komintern (Altman, artiste russe, sera peu après le premier illustrateur des Contes du chat perché, chez Gallimard). Parmi les quelques livres communistes pour enfants publiés dans cette période, on remarque aussi Jean-sans-Pain de Paul Vaillant-Couturier, magnifiquement illustré par Picart Le Doux (1921), qui prône la fraternisation entre prolétaires, y compris entre soldats français et allemands.

[12] L’exposition présente trois titres, dont l’un ouvert, de cette influente et belle collection animée par Dominique Darbois, publiée de 1952 à 1975.

[13] L’exemple est donné par Alexandra de Lassus, Africains et Asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre-deux-guerres, L’Harmattan, 2006, p. 11.

[14] Cf. Thierry Crépin, Anne Crétois, « L’encadrement de la presse enfantine par la commission de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence (1950-1952) », Quaderni, 44, 2001 (https://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_2001_num_44_1_1485).

[15] Cette littérature était également très genrée. Il ne serait pas surprenant que les représentations péjoratives soient beaucoup plus présentes dans les ouvrages plus particulièrement destinés aux garçons et beaucoup plus discrètes dans ceux pour les filles.

[16] Ce célèbre et très beau livre consacré à la question de la différence a eu une influence considérable depuis sa publication, y compris au travers de spectacles, d’ateliers pour enfants, etc. Il est sans cesse réédité depuis sa première publication française, en 1970.

[17] On sait que les albums de Blexbolex sont entre autres une réflexion sur l’altérité, qui a trouvé son point d’orgue avec Nos vacances, livre d’une intense et troublante beauté.

[18] Si l’exposition présente l’album rare et peu connu de Tranchant sur l’Exposition coloniale, elle oublie son bel et intéressant ouvrage consacré à l’Algérie (reproduit ci-après).

[19] À propos de ce livre, il aurait été pertinent d’exposer la magnifique édition illustrée par Pinsard, d’autant plus qu’elle vient d’être rééditée par la BnF et Albin Michel Jeunesse (ce qui a donné lieu une polémique, certains n’admettant pas que le texte humaniste de Cendrars puisse paraître sous son titre d’origine, comprenant le mot « nègre »).

[20] L’artiste ayant dessiné ce jeu est un illustrateur assez connu, dont le Musée du jouet de Poissy conserve de nombreuses planches. Commentaire d’un connaisseur : « Tout cela n’est guère étonnant, le jouet reste toujours le parent pauvre de la culture enfantine, alors qu’il en est la clef de voûte ».

[21] Pascal Dibie, « Costumes et livres joujoux ». Cette contribution s’inspire en partie, sans la citer, de mon étude sur le créateur de livres animés Augustin Legrand. Ces quelques lignes sont un festival d’inexactitudes, de contresens et d’inventions : le « système dit Legrand » n’existe pas ; l’Augustin Legrand du Globe artificiel n’est pas la même personne que l’auteur de l’Album amusant pour les enfants sages ; Robinson n’apparaît pas dans cet album, et, a fortiori, sa tête ne risque pas d’y « habiller d’autres personnages » (M. Dibie glose sur un album qu’il n’a jamais  vu, alors même qu’il est numérisé sur Gallica :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52503060v/f1.item). Et ainsi de suite… La morale de l’histoire, c’est que l’auteur, pour parvenir à sa conclusion faite d’un bon mot (l’étranger « poupéisé »), a donné libre court à sa fantaisie, d’une manière qu’il ne s’autoriserait pas – du moins peut-on l’espérer ! – dans son travail d’ethnologue et de maître de conférences à l’université.

[22] Cf. http://centralvapeur.org/sur-la-piste-de-daniel-boone/

[23] Dans le même esprit : Contes de la brousse et de la forêt par André Davesnes, Istra, 1932. La publication pour les enfants des contes et mythes d’autres cultures semble avoir été un grand vecteur de découverte et d’ouverture à l’autre ; il serait intéressant de savoir à quel moment elle a commencé. La célèbre collection « Contes et légendes de tous les pays » chez Nathan, inaugurée en 1913, a compté 150 titres et a été diffusée à des centaines de milliers d’exemplaires (cf. http://www.bdfi.net/imagine/dossiers/nathan_cl/accueil).

[24] Ce recueil de contes lubas publié en Belgique est le premier livre pour enfants illustré par un artiste africain (peut-être même le premier livre comportant des illustrations réalisées par un artiste africain), en l’occurrence le grand peintre congolais Lubaki, dont les œuvres ont été présentées récemment à la Fondation Cartier.

[25] Cf. Cécile Boulaire, « Robert Delpire, éditeur d’albums », Strenæ, 1, 2010: https://journals.openedition.org/strenae/68

[26] Il est notable et intéressant de constater que les représentations délibérément et volontairement racistes sont en fait à peu près absentes des livres illustrés français pour la jeunesse, même en des époques ou l’idéologie raciste s’exprimait librement et puissamment.

[27] Publié dans les années suivant la Seconde Guerre Mondiale, ce célèbre album retrouve le thème de Macao et Cosmage : l’envahissement par la civilisation occidentale d’une ile jusque-là heureuse et préservée…

[28] Ce luxueux ouvrage invite l’enfant à faire l’expérience d’autres mythologies ou regards sur le monde. Tagore fut le premier non-européen à recevoir le Prix Nobel de littérature, en 1913.

[29] Cf. https://amisdhelle.blogspot.fr/2014/08/helle-raciste.html

[30] https://le-brocanteur.com/boutique/produit/93/passe-boules.html

[31] Si le premier jeu est un archétype de représentation colonialiste voire raciste, le second est plus complexe à interpréter : les enfants africains sont représentés sous un jour ridicule, subissant toutes sortes d’avanies, mais en même temps ce sont eux les héros, auxquels les joueurs vont, de fait, s’identifier. De manière très inhabituelle, il n’y a pas d’explorateur ou de blanc dans cette scène : les « petits explorateurs » sont des autochtones. Cette scène a été imitée dans plusieurs boites du même type, dont au moins une éditée en Grande-Bretagne

(cf. http://www.jeuxanciensdecollection.com/2014/12/ce-qui-qu-a-copie.html  /

http://www.jeuxanciensdecollection.com/article-couleur-cafe-et-chocolat-noir-116881720.html ).

[32] Extrait de l’une des premières descriptions d’Européen dans la littérature japonaise (1639) : « Du navire émergea une créature innommable, quelque chose de similaire dans la forme à un être humain » (cité d’après Nicolas Menut, L’homme blanc, les représentations de l’Occidental dans les arts non européens, 2010). Voir la très intéressante exposition Homme blanc, Homme noir, Les représentations de l’Occidental dans l’art africain du XXe siècle, présentée au musée du Quai Branly en 2016.

[33] http://www.jeuxanciensdecollection.com/lotos-geographiques-continents.html

[34] A l’heure où la saisissante exposition Black dolls attire l’attention sur les « poupées noires », il est regrettable que n’ai pas été signalée l’existence de poupées et poupons noirs parmi les jouets d’enfants en France (le plus célèbre étant le baigneur créé en 1931 par Petit Colin), et que la diffusion de la figure ambigüe du Golliwogg, typiquement anglaise mais qui a eu du succès en France, ne soit pas évoquée.

[35] Il semble qu’il y ait eu une mode « nègre » dans l’imagerie pour la jeunesse des années 1920-30. Elle reflète un intérêt plus général de la société pour ces expressions culturelles « exotiques » et métissées, dont la Revue Nègre de Joséphine Baker (1925) sera l’expression la plus fameuse. Il est à noter que la vogue du jazz, arrivé avec les soldats américains de 1917, se traduira immédiatement dans des productions destinées à la jeunesse, à une époque où cette musique « barbare », noire et américaine, emblème de modernité et de liberté, pouvait heurter les milieux conservateurs. Il est fort possible que cette « négrophilie » des Années folles disparaisse avec la montée des tensions de la fin des années trente et ne réapparaisse pas après-guerre, dans les très moralistes années cinquante.

[36] Le catalogue de 1922 est particulièrement intéressant, puisque la petite fille dort – et rêve – avec sa poupée Golliwogg (qui est particulièrement « typée », avec sa peau très noire, ses cheveux crépus, etc.). Cette figure est ici celle du jouet préféré, l’objet transitionnel d’élection, confident et ange-gardien. L’image apparaît dans une publication publicitaire grand-public, ce qui implique qu’elle était supposée ne pas heurter la clientèle du magasin mais au contraire lui plaire.

[37] Dédiée par Debussy à sa fille « Chouchou », cette série de pièces comprend un Golliwogg’s Cakewalk, inspiré par la poupée noire de Chouchou. Cf. Michel Faure, « À propos du Golliwogg’s Cake Walk de Debussy, Origines de la danse et du titre, analyse et signification symbolique du texte musical »

http://musique.histoire.free.fr/michel-faure-musique.php?musicologue=articles&article=golliwogg-debussy

[38] Je remercie Jacqueline Boullanger et Béatrice Michielsen pour cette intéressante information inédite.

[39] On sait que ce thème a pu être problématique dans la littérature pour adultes. Dans le Roman d’un spahi de Pierre Loti (1881), l’attirance du héros blanc pour une femme africaine est décrite comme « impure », et se solde par la mort des deux héros et de leur enfant.

[40] Autre ouvrage intéressant publié la même année par Gallimard : Paw, l’enfant de la forêt vierge, de Tony Gredsted, illustré par Mario Prassinos (8 800 exemplaires vendus).

[41] La « tribu arc-en-ciel », ce sont les douze enfants adoptifs de Joséphine Baker et Jo Bouillon, tous d’origines différentes, famille destinée à montrer « que toutes les races peuvent vivre ensemble dans une harmonie parfaite ». Ce livre eut beaucoup de succès.

[42] La justification à la présence de cette tête est que des modèles similaires ont été représentés dans le journal Pilote. Dans une autre vitrine de la même salle figure un précieux « masque » réalisé sur un véritable crâne humain.

[43] L’expression est reprise dans différents médias, dont la radio partenaire de l’événement : http://www.europe1.fr/evenements/le-magasin-des-petits-explorateurs-decouvrez-lexposition-au-musee-du-quai-branly-jusquau-7-octobre-3660641

[44] Publié en France en 1971 par l’École des Loisirs et réédité en 2011, cet album met en scène deux personnages qui se moquent mutuellement de leurs différences d’aspect.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Isabelle Chevrel dit :

    Merci pour cette mise en point argumentée. J’ai trouvé l’exposition, visitée samedi dernier « , sans colonne vertébrale », inculte et sans le moindre effort de contextualisation. On s’étonne de la trouver dans un musée où on a eu l’occasion de voir de si passionnantes expositions. Décidément, la culture donnée aux « mioches » semble ne devoir demander ni culture ni réflexion préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *