Appel à contributions: Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe

Nous avons le plaisir de relayer l’appel à contributions lancé par notre collègue Sibylle Lesourd pour un numéro de la revue Strenæ intitulé Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe.

 

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique.

Plusieurs perspectives de réflexion se dessinent :

– On interrogera les fondements idéologiques de ce premier théâtre par et pour la jeunesse : ce qui relève, dans sa conception, d’un idéal démocratique, mais aussi ce qu’il doit à la force lyrique de certaines idéologies totalitaires, du communisme au fascisme.

– Afin de dessiner un « paysage européen » de ce premier théâtre pour la jeunesse, il sera pertinent d’étudier en détail les esthétiques théâtrales qui se sont développées à l’intention des jeunes spectateurs, de l’entre-deux-guerres aux années 1950. Les contributions pourront se focaliser sur un cas précis, mais aussi établir des comparaisons à l’échelle d’un ou de plusieurs pays européens. On n’hésitera pas à faire une place aux entreprises artistiques qui se sont tenues en marge des modèles les plus teintés d’idéologie pour affirmer d’autres préoccupations vis-à-vis du public enfantin.

– Au-delà des créations dramatiques proprement dites, on élargira le questionnement aux pratiques de jeu dramatique initiées par des artistes auprès des jeunes, dans la mesure où celles-ci ont pu alimenter l’imaginaire poétique et théorique d’un théâtre pour la jeunesse à construire.

– La période de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre apparaît a posteriori comme un point de départ décisif pour l’édification ultérieure du théâtre jeune public. Robert Abirached fait de Léon Chancerel le « père fondateur » de ce domaine artistique en France ; le parcours de la metteuse en scène lettonne Asja Lacis, commenté dans les années 1930 par Walter Benjamin, constitue une autre référence clé à l’échelle européenne. Dès lors, on essaiera de déterminer quelle influence cette période fondatrice a pu avoir sur l’utopie d’un théâtre pour la jeunesse telle qu’elle s’est formulée en Europe dans le contexte de l’après 1968.

Les propositions (de 500 mots maximum), en français ou en anglais, doivent être envoyées avant le 14 décembre 2018 à la revue Strenæ : strenae@revues.org, accompagnées d’une courte biographie et bibliographie.

Ces propositions seront examinées par la directrice scientifique du numéro, Sibylle Lesourd, et le comité éditorial de la revue. Les auteurs seront rapidement informés de l’acceptation ou du refus de leur proposition. Les articles complets (30000 signes espaces et notes inclus) seront remis avant le 4 mai 2019. Les langues acceptées sont le français ou l’anglais.

Le numéro sera publié à l’automne 2019.

Lire l’appel dans son intégralité ici, et la version anglophone ici.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.