Formations en littérature de jeunesse

Le 4 décembre 2017, dans le cadre du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, l’Afreloce organisait un colloque réunissant des universitaires spécialistes de la littérature de jeunesse. A cette occasion, Anne Chassagnol et moi-même avions proposé un document rassemblant l’offre de formation universitaire. Après avoir lu la tribune d’Anne-Fleur Multon publiée par ActuaLitté le 10 avril 2018, il ne me semble pas inutile de publier ce document. La littérature de jeunesse trouve en effet peu à peu sa place dans les études universitaires et dans la recherche.

Je cite Anne-Fleur Multon: « Mais en réalité, la recherche en littérature de jeunesse souffre surtout d’un véritable mépris de l’enseignement supérieur (au moins à Paris). Et quand on tente de porter le sujet sur le devant de la scène universitaire, le moins qu’on puisse dire est qu’on ne nous facilite pas la tâche. » Essayons donc de faciliter cette tâche et de répondre à ce désarroi…

Par ordre alphabétique, il est donc possible d’étudier la littérature de jeunesse:

Il est possible de mener un master recherche en littérature de jeunesse par exemple dans les domaines et les universités suivantes :

> Littératures comparées:
Anne Besson (Arras), Laurent Bazin (Versailles Saint Quentin), Mathilde Lévêque (Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS), Nathalie Prince (Le Mans), Anne Schneider (Caen)

>Littérature française :
Isabelle Olivier (Artois), Cécile Boulaire (Tours), Gilles Béhotéguy (Bordeaux), Laurent Déom (Lille 3), Nelly Chabrol-Gagne (Clermont-Ferrand), Béatrice Ferrier (Artois), Florence Gaïotti (Artois), Eléonore Hamaide-Jager (Artois), Danièle Henky (Strasbourg), Chantal Lapeyre (Artois), Matthieu Letourneux (Nanterre), Francis Marcoin (Artois), Serge Martin (Paris 3), Isabelle de Peretti (Artois), Christine Prévost (Artois), Hélène Weis (Cergy-Pontoise)

> Littérature anglophone : Anne Chassagnol (Paris 8), Virginie Douglas (Rouen), Rose-May Pham Dinh (Paris 13)

>Littérature italienne : Mariella Colin (Caen)

> Littérature espagnole :Euriell Gobbé-Mévellec (Toulouse)

> Sociologie de l’enfance et de la lecture : Stéphane Bonnéry (Paris 8), Régine Sirota (Paris Descartes)

Cette liste n’est sans doute pas exhaustive et je suis prête à la compléter.

J’ajoute également qu’à l’Université Paris 13, la nouvelle bibliothèque universitaire offre aux étudiants la possibilité de lire et d’emprunter des romans pour la jeunesse, des bandes dessinées et des mangas, dans un espace serein et très agréable. Dans quelques jours, les bibliothécaires proposeront une petite exposition sur les albums de Tomi Ungerer, à l’occasion de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

L’espace « kiosque » de la BU de Paris 13, campus de Villetaneuse

Je rappelle enfin que, depuis 2010, l’Afreloce organise un séminaire de recherche à l’Ecole normale supérieure, ouvert à tous.tes, sans inscription préalable. Le programme est disponible ici.

Loin du mépris pointé dans la tribune d’Anne-Fleur Multon (mépris que l’on trouve encore dans certaines institutions, certes, mais qui tend à s’effacer progressivement), il existe dans l’université française des enseignant.e.s, des chercheur.euses et des bibliothécaires qui travaillent chaque jour à donner à la littérature de jeunesse la place qu’elle mérite.

En attestent les revues scientifiques et les collections d’ouvrages universitaires, recensées par Cécile Boulaire pour ce même colloque de décembre 2017:


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mouflette dit :

    Bonjour,
    À noter que le DU Littérature pour la jeunesse proposé par l’université Paris Nanterre ne sera pas ouvert pour l’année 2018-2019, mais j’ignore s’il existera à nouveau plus tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *