Appel à communications: Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones, 19-21e siècles.

Vendredi 22 et samedi 23 octobre 2010, Université Paris 13.

Comme l’actualité ne cesse de le rappeler, la représentation du passé et les modalités de transmission de la mémoire sont des enjeux politiques et identitaires de première importance dans les sociétés contemporaines. Si l’histoire nationale, telle que Lavisse a pu la symboliser en France, s’appuie traditionnellement sur la célébration de moments fondateurs dont le souvenir est entretenu d’une génération à l’autre, la sélection de ces moments et leur représentation sont susceptibles de variations. Comme le montre l’ouvrage dirigé par Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat-Masson, La Guerre des mémoires (2008), les progrès des connaissances, l’accessibilité de nouvelles archives, l’émergence de nouveaux médias mais aussi – et peut-être surtout – l’évolution des préoccupations politiques ou l’apparition de nouvelles revendications – sont autant de facteurs qui invitent à la relecture d’événements plus ou moins lointains, voire à leur réécriture dans une optique jugée plus susceptible de convenir aux priorités du moment, et/ou aux publics visés. C’est à ces différents types de fluctuations que s’intéressera ce premier colloque, en proposant une approche comparatiste de l’historiographie des moments fondateurs (“defining moments“) de diverses nations anglophones ou francophones. On s’intéressera à l’histoire telle qu’on peut la lire chez les historiens “sérieux” ou dans les manuels scolaires (histoire “enseignée”), mais aussi à celle que peuvent véhiculer des œuvres de fiction (histoire “racontée”), support dont l’importance mérite d’être réévaluée, notamment à la lumière des travaux de Ch. Salmon sur le “storytelling“. La comparaison entre les représentations d’un même événement dans différents contextes nationaux, l’évolution comparée des historiographies, les phénomènes de “récupération” d’héritages historiques et politiques d’une société ou d’une communauté à une autre, les modalités du recours à la fiction comme au témoignage pour sensibiliser jeunes et adultes à l’histoire sont autant de pistes qui pourront être explorées dans une perspective qui privilégiera l’étude des interactions entre sociétés anglophones et francophones.

Ce colloque est la première de deux rencontres portant sur la mémoire et l’oubli, que le CRIDAF (Centre de recherches interculturelles sur les domaines anglophones et francophones) se propose d’organiser en partenariat avec le LERMA (Laboratoire d’étude et de recherche sur le monde anglophone) d’Aix-Marseille I, avec le concours de l’IICP (Institut International Charles Perrault).

Le second colloque aura lieu à Aix en 2011 et prendra pour thématique l’Histoire et l’oubli (“histories of forgetting”) pour explorer, toujours dans une perspective comparatiste, les lacunes dans la mémoire collective et les épisodes occultés ou écartés du récit de la nation.

Thèmes principaux :

– guerres mondiales

– droits civiques

– montée des nationalismes et décolonisation

On privilégiera des études de cas à partir des supports suivants :

– manuels scolaires

– ouvrages d’histoire, études historiques

– fiction y compris pour la jeunesse

– témoignages et autobiographies

– arts

-cinéma, télévision, internet

Les propositions de communication accompagnées de quelques lignes de présentation bio/bibliographique sont à envoyer au plus tard le 31 mai 2010 à Claire Parfait (claire.parfait@univ-paris13.fr).

Comité scientifique

Karine Bigand (CRIDAF, Paris 13)

Ineke Bockting (CRIDAF, Paris 13)

Claire Parfait (CRIDAF, Paris 13)

Rose-May Pham-Dinh (CRIDAF, Paris 13)

Véronique Bonnet (CENEL, Paris 13)

Matthew Graves (LERMA, Aix-Marseille I)

Valérie André (LERMA, Aix-Marseille I)

Call for Papers: Fluctuating memories and founding histories in

the French and English-speaking worlds, 19th-21st centuries

October 22-23, 2010, Université Paris 13

As is regularly demonstrated in the news, the representation of the past and the transmission of memories in contemporary societies are crucial stakes in terms of politics and identity. National history, as once symbolized by Lavisse in France, traditionally used to rely on the celebration of “defining moments”, whose memory was to be transmitted from one generation to the other, but the way in which such moments are selected and represented is open to variation. As shown in La Guerre des Mémoires (Wars of Memories), edited by Pascal Blanchard and Isabelle Veyrat-Masson in 2008, the progress of knowledge, the accessibility of new archives, the emergence of new media as well as – especially – the evolution of political agendas or the appearance of new claims, may all result in the re-reading of events belonging to a more or less distant past, or even possibly their re-writing in order to suit new agendas and/or targeted audiences.

The conference will address these various types of fluctuating memories, and use a comparative approach to study the historiography of some “defining moments” of French- and English-speaking nations. It will examine how history is practised by “serious” historians (“academic history”) or written in school-manuals (“school-history”), but also how it may be conveyed by fiction, a medium whose significance needs to be re-evaluated in the light of such works as Christian Salmon’s analysis of “storytelling”. Papers may compare the ways in which the same event is described in different national contexts, or the evolutions of national historiographies. They may also consider how historical and political legacies are instrumentalized and transferred from one community to another, or  analyse the use of fiction and personal accounts to introduce young people and adults to history. Preference will be given to papers that offer a comparative perspective on French-and English-speaking societies.

This is the first of two conferences that will be co-organized by CRIDAF and LERMA, in collaboration with the Institut International Charles Perrault. The second one will take place in Aix in 2011 and consider Histories of Forgetting. In a similarly comparative perspective, it will consider the gaps in collective memory and the episodes that have been ignored or dismissed from national narratives.

We invite scholars to submit case studies on the three folllowing themes / periods :

– the two World Wars

– civil rights struggles

– the rise of nationalism / decolonization

We are particularly interested in proposals that are based on:

– school manuals and textbooks

– history books

– fiction (including children’s literature)

– testimonies, memoirs and autobiographies

– visual arts

– film, television, internet

Scientific committee

Karine Bigand (CRIDAF, Paris 13)

Ineke Bockting (CRIDAF, Paris 13)

Claire Parfait (CRIDAF, Paris 13)

Rose-May Pham-Dinh (CRIDAF, Paris 13)

Véronique Bonnet (CENEL, Paris 13)

Matthew Graves (LERMA, Aix-Marseille I)

Valérie André (LERMA, Aix-Marseille I)

Please send your proposal, along with a brief bio/bibliography, to Claire Parfait (claire.parfait@univ-paris13.fr) no later than May 31, 2010.

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.