L’internationale des Républiques d’enfants (1944-1954)

Nous avons le plaisir de signaler la création d’un nouveau carnet de recherches consacré aux « Républiques d’enfants » de l’après-guerre. Le carnet est rédigé par Samuel Boussion et Mathias Gardet, respectivement maître de conférences et professeur en sciences de l’éducation à l’université Paris 8 (ils co-animent déjà le carnet « Les éducations, XIXe-XXIe« ) et Martine Ruchat (professeur à l’université de Genève). Le carnet de recherche accompagne la rédaction d’un ouvrage qui fera la synthèse de la recherche entamée par ces trois chercheurs. Intitulé L’internationale des républiques d’enfants en Europe (1939-1953), l’ouvrage paraîtra chez Belin en 2019. Le texte qui suit est emprunté à ce carnet:

« Ce carnet accompagne un projet de recherche et une publication en cours autour de l’histoire des Républiques d’enfants en Europe de 1942 à 1955. Il met en exergue les communautés pédagogiques exceptionnelles créées pendant et après la seconde guerre mondiale afin d’accueillir de façon temporaire des enfants orphelins ou se retrouvant brutalement séparés, pour un temps indéterminé, de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se sont alors baptisées du drôle d’épithète de « républiques d’enfants » pour mieux signifier qu’elles seraient largement administrées par les enfants eux-mêmes, qui y occupent des fonctions de maire, de policier, de juge, etc., et y légifèrent, gèrent ou encore organisent le travail. À la fin des années 1940, ces expériences européennes pour l’enfance victime de la guerre commencent à faire réseau, se regroupant sous l’égide de l’Unesco pour incarner la reconstruction éducative et proposer sur le plus long terme une réforme pédagogique dans la mouvance de l’Éducation nouvelle. Le carnet souhaite fonctionner comme un complément à la publication à venir aux éditions Belin, collection « Contemporaines », en proposant plusieurs entrées, permettant de mieux saisir l’histoire de ces républiques d’enfants, par les acteurs notamment, et des plongées dans l’iconographie et les archives souvent inédites et foisonnantes glanées au cours de notre parcours de recherche. Il s’adresse autant au grand public, intéressé par l’histoire de l’éducation et de ces utopies pédagogiques, aux professionnels, qu’aux chercheurs, jeunes et confirmés, de toutes disciplines. »


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *