Naître et re-naître dans les fictions pour l’enfance et la jeunesse

Colloque international à l’Université de Lille SHS

15-16 novembre 2018

Organisé par Bochra et Thierry Charnay

Les âges de la vie jouent un rôle important dans les fictions pour l’enfance et la jeunesse, aussi bien en littérature, bandes dessinées, albums, cinéma, ou dans le domaine vidéoludique. Ainsi, Les premiers pas de Babar, dessin animé de 23 minutes15 secondes, sorti en 2015, est largement diffusé sur Youtube et Dailymotion, de même l’album Les enfants de Babar, réédité en 2013 et destiné aux enfants dès 2 ans, qui raconte l’arrivée des triplés et leurs premières activités. Les romans contemporains pour la jeunesse abordent également le thème de la naissance. Nous ne citerons que le roman Franky, La naissance de Franky, d’un collectif, paru en 2017, sans illustration, chez Pocket jeunesse et qui s’adresse aux enfants à partir de 9 ans :  novellisation d’une série télévisée à succès, du même nom, diffusée sur la chaîne Gulli.

La naissance est donc un thème récurrent et son exploration semble nécessaire. Nous souhaitons l’aborder selon une optique transdisciplinaire où les approches littéraire, sociologique et anthropologique, entre autres, se confrontent et s’enrichissent mutuellement. Toutefois, il ne s’agit pas d’étudier les très nombreuses publications documentaires ou quasi documentaires qui aident parents et enfants à aborder la naissance de bébé, ni d’effectuer un inventaire des naissances possibles.

Il s’agit d’appréhender, plus particulièrement, cette séquence narrative exceptionnelle, que l’on pourrait appeler « Lorsque l’enfant paraît » pour reprendre le titre du poème de Victor Hugo et, qui parfois, constitue l’histoire complète comme dans certains albums, en intégrant l’avant et l’après ainsi que les transformations qu’opère la naissance. On pense évidemment au célèbre album d’Anthony Browne, Tout change, ou à Attendez-moi !  de Guillaume de Monfreid, ou encore à Pourquoi je ne suis pas sur la photo ? de Kidi Beyet, etc., ou encore aux naissances animales, habiles substituts qui permettent d’aborder le sujet, comme : Sors de ta coquille ! de Frédéric Kessler, ou Première année sur la Terre d’Alain Serres, ou encore Les œufs mystérieux de Ducla Soares.

Mais on pense également aux situations tragiques d’enfants abandonnés à la naissance, souvent placés dans un couffin et laissés au fil de l’eau (comme Moïse), de la destinée de Brigitte dans le conte énigmatiquement dénommé La mère qui ne m’a pas porté, mais m’a nourri, et qui rejoint par certains aspects la légende de Sainte Brigitte la patronne de l’Irlande, nourrice de Jésus, plus vénérée que Saint Patrick. Outre l’abandon, la naissance d’un enfant peut susciter des sentiments de rejet ou d’indifférence comme dans Quand bébé arrive, moi je m’en vais de Martha Alexander. Naître peut encore s’assimiler à un acte merveilleux et l’on pourra interroger les aspects particuliers d’une naissance dite « miraculeuse » telle que l’aborde le conte de tradition orale. C’est notamment le cas de l’enfant né suite à une longue stérilité du couple, ce qui lui donne un destin exceptionnel comme dans le cycle de Pouçot.

Par ailleurs, la naissance s’envisage aussi sous le signe de la réitération, du renouvellement, re-naître est alors à explorer comme une isotopie complexe du retour où se conjoignent deux temps et deux êtres : le passé et le présent ainsi que le mort et le vif, même si le passé est très proche et la mort purement symbolique. Les jeux vidéoludiques et les séries cinématographiques de fantasy, en sont un bel exemple ; les héros et /ou les joueurs, fréquemment, disparaissent, meurent et renaissent car ils ne se contentent pas d’une vie. Ils en ont en effet plusieurs, et peuvent les utiliser selon certaines règles et dans certaines circonstances. Les re-naissances ou résurrections y tiennent une place importante et donnent l’illusion que la mort n’est pas définitive, qu’elle est réversible.

Les communications attendues devront être innovantes, originales et inédites, elles traiteront de la naissance comme matrice fictionnelle et pourront explorer, sans s’y limiter, les pistes suivantes :

  • manifestations textuelles et iconiques de la naissance/re-naissance dans les fictions pour la jeunesse,
  • dimension rituelle et symbolique de cette séquence narrative,
  • approche comparative axée sur le destinataire : adulte vs enfant (spécificités discursives, choix, enjeux)

Comité d’organisation :

Bochra CHARNAY, ALITHILA, Université d’Artois et Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales

Thierry CHARNAY, ALITHILA, Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales

 

Comité scientifique:

Sandra BECKETT, Brock University, Saint Catharines, Canada

Bochra CHARNAY, EA 1061 ALITHILA (Analyses littéraires et Histoire de la Langue), Université d’Artois et Université de Lille SHS.

Thierry CHARNAY, EA. 1061 ALITHILA (Analyses littéraires et Histoire de la Langue), Université de Lille SHS.

Kirill CHEKALOV, Institut de  Littérature mondiale de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou.

Laurent DEOM, EA 1061 ALITHILA (Analyses littéraires et Histoire de la Langue), Université de Lille SHS.

Danièle HENKY, E.A. 1337 Configurations littéraires, Université de Strasbourg.

Kvĕtuše KUNEŠOVÁ, Département de langue et littérature françaises,  Faculté de Pédagogie, Université de Hradec Kralové, République tchèque.

Natacha RIMASSON-FERTIN, ILCEA4, Université Grenoble-Alpes.

Marie-Agnès THIRARD, EA 1061 ALITHILA (Analyses littéraires et Histoire de la Langue) Université Lille sciences humaines et sociales.

Les propositions de communication (titre, résumé de 1500 caractères maximum (espaces comprises), mots clés, et références bibliographiques) seront accompagnées d’une brève biobibliographie de 1500 caractères (espaces comprises) maximum comprenant : statut, établissement et équipe d’accueil ainsi que les principales publications récentes.

Les communications retenues par le comité scientifique et présentées lors du colloque feront l’objet d’une publication.

Les  propositions sont à envoyer, au plus tard, le 1er mai 2018 à l’adresse suivante :

litteraturejeunesselille3@gmail.com

Un message sera adressé, au plus tard, le 1er juin 2018 aux contributeurs dont les propositions auront été retenues.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *