Presse magazine, parentalités et éducation post-68 (1)

Jeudi 1er février 2018, j’ai eu la chance de pouvoir assister à une séance du séminaire « Presse Magazine, source et objet d’histoire », qui s’intéresse en 2017-2018 aux années 1968 de la presse magazine (mutations du secteur, nouvelles représentations). La séance de février a été consacrée aux méthodes éducatives dans la presse magazine autour de Mai 68 (par Claire Blandin) et à une étude de cas portant sur la revue Pomme d’api, dont le premier numéro paraît en 1966 (par Claire Sécail). C’est pour moi l’occasion de compléter mes propres recherches à l’aide de perspectives que je connais peu, empruntées à l’histoire des médias et aux sciences de l’information et de la communication. Voici deux billets qui rendent compte de cette séance riche et dense.

Mai 68 : de nouvelles méthodes éducatives dans la presse magazine

Claire Blandin (professeur en information et communication à l’université Paris 13) commence par s’interroger : mai 68 est-il l’occasion ou le prétexte de diffuser de nouveaux éléments éducatifs dans la presse magazine (ses recherches portent essentiellement sur les magazines Elle, Le Nouvel Observateur et Télé 7 jours) ? Les revendications des étudiants ont entraîné des mutations sociales, une refonte du système scolaire et de l’éducation et ont bouleversé les relations des jeunes dans l’intimité des familles. La psychologie de l’enfant devient un élément central qui est de plus en plus médiatisé dans la presse magazine de la fin des années 1960 et du début des années 1970. On insiste notamment sur la stimulation précoce des petits. Émergent de nouvelles missions éducatives pour les parents, reconfigurant les familles. Témoignages et confidences prennent de plus en plus de place dans ce discours médiatique.

Les médias rendent tout d’abord compte des nouvelles expériences éducatives, qui fleurissent après 68. Pour aborder cette question, les magazines commencent souvent par évoquer des exemples étrangers : en août 1968, Le Nouvel Observateur consacre un reportage à l’école nouvelle de Don Lorenzo Milani et publie la traduction d’un courrier de deux élèves de cette école dite révolutionnaire, courrier qui se présente comme un manuel à l’usage des parents. Puis sont abordés les exemples français : Bernard Guetta écrit un article sur l’école Decroly à Saint-Mandé, toujours dans Le Nouvel Observateur. Dans le magazine Elle, Rose Vincent s’intéresse aux ouvrages américains sur l’éducation (articles d’août 1968), qui mettent en avant l’importance de la stimulation précoce du langage chez l’enfant et de l’école maternelle, qui devient un thème récurrent.

Autre fait nouveau : la conception du rôle des mères est renouvelée par l’idée que l’éducation commence avant la naissance, avec la grossesse et la vie in utero. Est traduit en français l’ouvrage de H.M. Liley, Modern Motherhood : Pregnancy (L’Expérience de la naissance, traduit de l’américain par Simone Roux, R. Laffont, 1969). Elle publie également beaucoup de portraits de jeunes mères. En octobre 1968, Elle publie « La femme, cette inconnue », à dimension encyclopédique. Le bébé est désormais vu comme un « explorateur » très actif.

La psychologie occupe une place croissante : dans Elle, Ch. Bretagne publie une série d’articles sur les scènes de ménage, qui mettent en péril la santé des enfants, discours de psychiatres à l’appui. Dans Le Nouvel Observateur, on rend compte de l’ouvrage de Mariella Reguini, L’enfant et son corps (PUF), ouvrage collectif qui s’intéresse aux troubles graves chez les tout-petits. Dans cette mouvance apparaît un jeune médecin, un certain Aldo Naouri.

Les livres prennent aussi une place centrale. Les stars, telle Brigitte Fossey, sont prises en photos avec leur enfant (la fille de Brigitte Fossey est née en octobre 1968), dans une mise en scène où jeux d’éveil et livres sont mis en avant. Rose Vincent (Elle) insiste sur la place centrale des livres pour enfants. Sont présentes dans la presse magazine beaucoup d’illustrations de mères lisant à leurs enfants : la lecture maintient ou rétablit la cohésion familiale. Dans Elle, on peut lire que tous les types de livres peuvent intéresser les enfants (et pas uniquement la littérature qui leur est explicitement destinée), comme les livres d’art. Les livres pour enfants sont classés par âges et par thèmes (Elle, 1971). On y évoque les « beaux albums » qui « renouvellent la littérature enfantine ». L’intérêt pour le monde de l’édition est présenté comme une nouveauté dans ces magazines. Les petits deviennent des cibles, tandis qu’apparaissent à Paris des librairies spécialisées pour enfants.

Rose Vincent, comme d’autres journalistes de la presse magazine, s’intéresse aussi aux acquis de la psychologie du développement, avec Elle Parents ; on pénètre dans l’intimité des familles, avec une place dévolue au conseil conjugal. Est relayé l’ouvrage de Laurence Lentin, Apprendre à parler (éditions ESF) : le rôle des parents est présenté comme essentiel dans l’apprentissage de la parole. Il est nécessaire de parler au bébé et de le préparer à la nouvelle scolarité. En 1971 naît le magazine Parents : on peut y lire des déclarations d’intention telle que « devenir un parent moderne pour ne plus craindre la contestation des enfants ».

La presse magazine se fait aussi l’écho des interrogations contemporaines sur le rôle des médias dans l’éducation et en particulier de la télévision. Le monde médiatique est en pleine mutation en ce début des années 1970. La question de la violence à la télévision est récurrente dans Elle et Télé 7 jours. L’implication de la télévision dans l’éducation des enfants devient un nouvel enjeu. Les courriers des lecteurs dans Télé 7 jours montrent que les parents demandent que les programmes et leurs horaires de diffusion soient adaptés aux besoins et aux souhaits des familles. Laisser les enfants regarder la télévision le soir est le signe d’une carence éducative : on pointe l’inconscience des parents et la fatigue des enfants à l’école. La télévision n’est pas refusée en tant que telle dans les foyers mais les usages en sont critiqués et interrogés. En 1970 est diffusée un documentaire sur la télévision intitulé « L’autre école » : la télévision est appelée à jouer un rôle actif dans l’éducation des enfants. Le programme « Sesam Street » arrive au début des années 1970 à la télévision française. Certaines émissions sont unanimement dénoncées comme « Les yeux de l’innocence » (novembre 1969) où dix enfants sont utilisés comme des cobayes face à la tentation, avec une caméra semi-cachée (précurseur de la télé-réalité).

Claire Blandin termine sa présentation en abordant la question de l’enfant dit alors « inadapté ». C’est à cette époque qu’apparaît le terme de handicap. Rose Vincent, avec Le métier de mère (1969), publie une série d’articles sur le handicap mental.

En conclusion, une publicité pour les moquettes Sommer est typique d’une attitude post-68 : on y voit une jeune mère jouer à plat ventre sur la moquette avec son bébé. Les magazines témoignent de la multiplication des recommandations sur l’éducation. Cette période autour de 68 voit apparaître de nouveaux spécialistes et de nouveaux interlocuteurs de l’enfance : il faut apprendre aux parents à s’y repérer et relayer les livres sur l’éducation et les livres pour enfants. Elle consacre des articles à l’aménagement des rues et des squares. Prénatal lance une campagne de publicité intitulée « Pré-Papa », avec un slogan révolutionnaire de l’après 68 : « Un enfant, ça s’attend à deux ». Si on s’adresse beaucoup aux mères dans la presse magazine, on commence aussi à parler un peu aux pères.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *