L’innovation pédagogique des Lumières : démarches, représentations, héritages. (XVIIIe-XXIe siècles)

Appel à contributions à une journée d’études le 12 octobre 2018 à l’université de Bordeaux et à un numéro thématique de la revue Lumières.

Par l’ouverture à un nouvel horizon d’attente tourné vers l’avenir, l’affirmation des droits naturels face aux dominations héritées du passé, de la primauté de l’acquis sur l’inné, et enfin du pouvoir presque illimité de l’éducation, les Lumières apparaissent aujourd’hui comme le moment fondateur d’une nouvelle pédagogie émancipatrice : nouvelle par ses finalités, ses acteurs et ses méthodes, nouvelle également parce qu’elle prépare l’avènement d’un monde nouveau. C’est pourquoi ce numéro de la revue Lumières interroge la notion d’innovation en pédagogie à la fois comme créativité théorique et comme démarche concrète s’inscrivant dans des contextes pédagogiques, politiques, nationaux ou encore sociaux bien précis. Présenter des méthodes comme novatrices ou traditionnelles ne touche pas seulement au cœur de ces pédagogies, mais traduit des positionnements, voire des postures et des stratégies particulières dans le contexte de nouvelles politiques éducatives et d’une professionnalisation croissante de l’enseignement. La figure de l’éducateur (père fondateur de nouvelles écoles, pédagogue révolutionnaire…) semble notamment émerger des tensions entre théorie et pratique, utopie et réalité qui se jouent au tournant des Lumières. Le marché du livre en pleine expansion au XVIIIe siècle est enfin marqué par les phénomènes de compilation, de réécriture et polygraphie, procédés multiples consistant à faire du nouveau à partir de l’ancien et omniprésents dans la pédagogie à travers les manuels scolaires et la littérature de jeunesse. Ce numéro s’articule autour de plusieurs axes de réflexion :

– Les positionnements et postures des pédagogues face à la tradition et à l’innovation : leur choix de s’inscrire dans une tradition ou de s’y opposer, de proposer quelque chose de nouveau ;

– Comment les pédagogues des Lumières définissent-ils l’innovation ? Qu’est-ce qu’innover dans le sens d’une pédagogie éclairée ?

– Quels motifs déterminent les choix de rupture avec la tradition ou de rupture avec la nouveauté ?

– Quelles furent les nouveautés réelles en matière d’éducation et de pédagogie au siècle des Lumières ?

– Quelles furent les représentations du pédagogue novateur, héritier des Lumières, et celles du défenseur de la tradition au théâtre, dans l’art, le roman, les périodiques ou encore les dictionnaires ? Hommage, apologie, satire, parodie…

– Comment ont été accueillies les stratégies d’innovation ou de conservation par les élèves, le personnel politique, les historiens de l’éducation ?

– Dans une perspective d’histoire croisée : Quelles furent les tentatives pour importer des innovations pédagogiques de l’étranger et quel fut le sens de ces démarches ? Reprendre une pratique déjà existante et la changer de contexte (national, scolaire, politique, social…), est-ce innover ?

– Nous aimerions enfin proposer un retour critique sur l’histoire de l’éducation : retour sur une historiographie des grands hommes de la pédagogie des Lumières ou encore sur les Lumières comme point de départ et moteur d’une pédagogie nouvelle.

Date souhaitée de l’envoi des propositions (courte présentation assortie d’un titre) : 10 février 2018.

Contact : Pauline Pujo ppujodelle@gmail.com


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.