Le rôle de la musique et du chant en littérature de jeunesse

Nous diffusons cet appel à contributions pour un colloque international qui aura lieu les 22 et 23 mars 2018. Il est organisé par:

l’ Université Hradec Králové, Faculté de Pédagogie, Section de langue et littérature françaises

et l’Université de Lille sciences humaines et sociales, E.A. 1061 Analyses Littéraires et Histoire de la Langue (ALITHILA)

 

***

« La cloche…murmura-t-il, la cloche du burg ! » […]

Et voici que ses battements sont plus précipités…La main qui la met en branle ne sonne pas un glas de mort…Non ! c’est un tocsin dont les coups haletants réveillent les échos de la frontière transylvaine.

En entendant ces vibrations lugubres, le docteur Patak est pris d’une peur convulsive, d’une insurmontable angoisse, d’une irrésistible épouvante, qui lui fait courir de froides horripilations sur tout le corps. »

Jules Verne[1]

 

Le récent Dictionnaire du livre de jeunesse[2] possède une entrée « Chansons pour enfants », une entrée « Comptines et formulettes », mais aucune entrée « Musique », ce qui est symptomatique du peu d’importance que les spécialistes du genre lui attribuent.

Pourtant, le « musical », sous toutes ses formes, est bien présent en Littérature de jeunesse et peut même servir de matrice à tout un roman comme L’Île à hélice de Jules Verne paru dans le Magasin d’éducation et de récréation du 1er janvier au 15 décembre 1895, puis en volume dès le 21 novembre de la même année chez Hetzel. La littérature exploite ainsi les pouvoirs (ou les fonctions) de la musique que nous pouvons lister comme suit sans prétendre à l’exhaustivité :

  • Destructeur comme celui des sirènes, mais aussi de la cantatrice du Château des Carpathes de Jules Verne.
  • Stimulant, qui procure de l’énergie au propre comme au figuré : celui de l’Île à hélice, ou celui des chants guerriers, des hymnes chantés à tue-tête par les bandes d’enfants de La Guerre des boutons (Le Chant du départ pour les Longevernes contre le : Je suis chrétien voilà ma gloire des Velrans).
  • Distrayant, comme pour les bals des Petites filles modèles (Comtesse de Ségur) ou du Géant Yeous (George Sand).
  • Fascinant, par sa beauté notamment le chant du rossignol dans Le rossignol et l’Empereur de Chine (Andersen).
  • Magique, dans de nombreux contes où l’instrument, bombarde, flûte, ou violon sert à faire danser sans résistance possible les dangereux importuns.
  • Annonciateur de mort tel Le Vielleux de Gaston Leroux.
  • Impressionnant, quand la nature en est l’instrument comme les roches de « L’orgue du Titan » (Contes d’une grand-mère, de George Sand), ou les « pierres sonnantes » dont on retrouve les récits dans les traditions populaires.

La place du « musical » n’est ainsi pas négligeable dans la littérature de jeunesse et justifie qu’on l’étudie en fonction des différents axes déployés ci-dessus. Les communications pourront en aborder les diverses manifestations et leurs procédés scripturaires, mais aussi les multiples rôles du « musical » aux plans narratifs et sémantiques prioritairement dans la Littérature de jeunesse. On peut tout aussi bien penser aux contes musicaux tel Pierre et le Loup, et étudier en ce sens le rapport de la musique au texte, en considérant l’ensemble musico-textuel comme produisant conjointement du sens. Cependant, il est également possible de se pencher sur le rôle de la musique dans les œuvres cinématographiques, théâtrales et vidéo-ludiques destinées au jeune public, plus particulièrement si la dimension musicale s’avère essentielle dans l’élaboration de la fiction.

Comité d’organisation :

Kvĕtuše Kunešová, Faculté de Pédagogie, Département de langue et littérature françaises, Kradec Kralové, République tchèque

Bochra Charnay, ALITHILA, Université d’Artois et Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales

Thierry Charnay ALITHILA, Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales

 

Comité scientifique:

BAKESOVA  Vaclava, Université Masaryk, République tchèque

CHARNAY Bochra, Université d’Artois et Université Lille sciences humaines et sociales, E.A. 1061 ALITHILA

CHARNAY Thierry, Université Lille sciences humaines et sociales, E.A. 1061 ALITHILA

CHEKALOV  Kirill, Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de la Russie

KUNEŠOVÁ Kvĕtuše, Faculté de Pédagogie de l’Université de Hradec, République tchèque

POHORSKY Ales, Université Charles, République tchèque

 

Les propositions de communication (titre, résumé de 1500 caractères maximum (espaces comprises), mots clés, et références bibliographiques) seront accompagnées d’une brève biobibliographie de 1500 caractères (espaces comprises) maximum comprenant : statut, établissement et équipe d’accueil ainsi que les principales publications récentes.

Les communications (inédites) retenues par le comité scientifique et présentées lors du colloque feront l’objet d’une publication.

Les  propositions sont à adresser au plus tard le 6 janvier 2018 à l’adresse suivante :

hradeclitteraturejeunesse@gmail.com

 

[1] Jules Verne, Le Château des Carpathes, Bibliothèque d’Education et de Récréation, J. Hetzel et Cie, 1892, reprint Novedit, 2007, p. 75.

[2] Isabelle Nières-Chevrel, Jean Perrot, Annie Renonciat (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse, Editions du Cercle de la Librairie, 2013.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *