Premières Assises de la littérature de jeunesse (2/4)

Nous publions la suite des premières assises de la littérature jeunesse, qui se sont tenues à la BnF le lundi 2 octobre 2017. Les échanges ayant été très riches, plusieurs billets seront consacrés à ces assises. Nous remercions chaleureusement Bérénice Waty qui les a rédigés.

Si la matinée a été consacrée aux « politiques éditoriales » dans le programme et les tables rondes, il s’est agi ensuite d’aborder sous un autre angle un cheminement qui irait « de l’auteur au lecteur ».

Les deux introductions ont permis d’une part de faire un bilan d’étape sur la matinée, avant d’initier, d’autre part, des idées de chantiers, de la prospection pour les futures Assises, appelées du vœu de tous. Ainsi Jacques Vidal-Naquet (Directeur du Centre national de la littérature pour la jeunesse) a-t-il parlé d’une « matinée intense » avec des mots-clés entendus lors des discussions matinales : « confiance, temps, création, argent, lutte sociale, confidentiel », laissant suggérer que tous ces éléments se doivent d’être analysés et débattus collectivement. Dans une élégance qui le caractérise, il prend soin aussi de remercier les partenaires qui ont contribué à l’organisation de la rencontre, ainsi que le Pôle « manifestations » de la BnF qui s’est mobilisé pour que les aspects de sonorisation et vidéo permettent la diffusion des dessins en direct, par exemple (c’est aussi cela une rencontre qui fonctionne !). De son côté, Vincent Monadé (Président du Centre national du livre) a détendu l’ambiance (qui était quelque peu crispée en toute fin de matinée) : revenant avec une forme d’espièglerie (ou de cabotinage) sur son enfance, passée à lire sous des draps avec une lampe torche le soir tard, il a fait état d’une offre de lectures « limitée » à son époque, avant l’avènement d’une autre littérature de jeunesse, avec des éditeurs qui ont « bousculé et fait de la création », pour être aujourd’hui un secteur éditorial qui « pèse économiquement ». Faisant amende honorable, il reconnaît que le CNL n’a pas reconnu ou ne reconnaît pas encore ce poids à sa juste valeur et il croit tant dans le travail des promoteurs de la Charte qui représente un acte « fabuleux » (citant l’exemple des rémunérations des auteurs lors des salons et autres manifestations publiques) qu’en la valeur de « légitimité » conférée à la littérature de jeunesse avec la tenue de ces 1ères Assises. Paraphrasant François Mitterrand, il évoque un changement et invite chacun « à présent, à parler des choses qui fâchent » : pour ce faire, il faudrait selon lui mener un dialogue constructif, parlant de « compromis mais pas de compromissions » afin de faire advenir un secteur et ses membres (auteurs, illustrateurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, etc.) en tant que tel. Il profite de cette tribune pour indiquer que le CNL se veut acteur du dialogue qui s’initie, en accueillant notamment des rencontres, en « allant plus loin » dans la question des rémunérations des auteurs dans les festivals : son institution lancera une campagne de sensibilisation en ce sens et augmentera ses aides financières. Il conclura sur un « seul mot qui peut tous nous réunir : chiche », sans que le public ne sache trop s’il s’agit là d’une question ou d’un encouragement.

La première table ronde s’intitule « Promouvoir », elle associe une représentante de l’éditeur L’École des loisirs (Nathalie Brisac), un libraire (Simon Rogeut), la directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Sylvie Vassallo), un auteur (Fred Bernard), sous la modération d’un journaliste de Télérama (Michel Abescat), le tout gentiment croqué en direct par les traits et dessins d’Estelle Billon-Spagnol (illustratrice). Le travail est sérieux, les intervenants ayant échangé en amont pour préparer la séquence.

Les thèmes évoqués seront en écho avec certains de ceux abordés durant la matinée :

– « méconnaissance » de la littérature de jeunesse qui jetterait le discrédit sur cette production littéraire (mais aussi ses acteurs, ses passionnés) ; discrédit qui lui-même entretiendrait cette méconnaissance, dans un cercle vicieux

– « surproduction » avec de plus en plus de titres publiés, qui ne rendent pas aisée l’identification ou la promotion d’un ouvrage, d’un auteur et de son univers. Il faudra attendre la fin des échanges pour que Nathalie Brisac mette en regard cette profusion de publications et la baisse de la lecture

– l’avènement du numérique qui produit le développement des réseaux sociaux – intéressants outils de promotions via les blogs, les sites de créateurs – mais aussi de nouvelles pratiques de lecture et de consommation de la chose lue et écrite qui restent encore à observer et étudier

– le foisonnement des rencontres, à travers des Foires, des Salons, des dédicaces qui sont le fruit d’un maillage fin en France à l’échelle du territoire.

La « crise de la sacralité » du livre a été aussi mentionnée, sans autre argument étayant cette idée ; mais devant un parterre de plus de 450 inscrits et d’une vingtaine d’intervenants dédiés, investis, rémunérés par le livre, peut-être ne faut-il pas s’étonner de cette désinvolture sémantique et sociologique[1].

 

Sur la « méconnaissance » donc, Nathalie Brisac estime que la question de la formation est essentielle et que le rôle des « médiateurs du livre » est ici crucial ; « l’image déformée de la littérature de jeunesse » doit ainsi être re-formée ou formée (tout court) par leurs soins. C’est dans cet esprit que son équipe et elle (une dizaine de personnes) travaillent au quotidien : loin de négliger l’influence des réseaux sociaux, la réalisation de vidéo, qu’ils pratiquent, ils investissent et croient beaucoup plus à des présentations « ciblées en présentiel », abolissant les effets de la distance numérique et encourageant un rapport humanisé voire charnel entre les ouvrages, leurs promoteurs, leurs publics. Elle insiste également sur la notion de fonds ou de catalogue d’un éditeur : certes les nouveautés sont à présentées, à promouvoir mais sa mission est aussi de permettre que des titres, des héros ne s’oublient pas et que l’histoire d’une maison d’édition avec l’ensemble de son patrimoine soit pérennisée. De son côté, l’intervention de Sylvie Vassallo recoupe en partie ce besoin de connaissances à développer autour de la littérature de jeunesse. Pour cette dernière, il y a trente ans, la promotion était un parent pauvre et une urgence, et depuis quinze ans cette spécialiste a constaté « de grands bouleversements dans la littérature de jeunesse, dans les pratiques du livre ». Sylvie Vassallo estime donc qu’aujourd’hui la formation en vue d’une meilleure connaissance doit se penser et se développer à partir de trois situations sur lesquelles il faut réfléchir de manière séparée et collective : la surproduction avec le doublement de titres publiés en quinze ans ; les évolutions des pratiques des lectorats ; l’absence de relation familière avec le livre chez de nombreux jeunes. Son constat la mène à dépasser le rôle des acteurs de la chaîne du livre et en appelle « au pouvoir politique et à la société ». Interrogé à son tour sur cette surabondance numéraire et surtout sur ses pratiques pour « filtrer, sélectionner, conseiller » (M. Abescat), le libraire Simon Roguet emploie le verbe « choisir », déjà beaucoup entendu et utilisé durant les échanges du matin. Selon lui, le libraire choisit dans la production qui lui est proposée, production qu’il estime en évolution, avec notamment une offre de qualité et qui aborde des thèmes ou des univers graphiques qui jusqu’à présent représentaient des « trous, des creux », qui n’existaient pas. Ses choix sont aussi le fruit d’une liberté et d’une intransigeance : il veut avoir cette possibilité, il ne peut « défendre des livres que s’(il) les porte ». Se fiant à sa connaissance d’un auteur, d’un éditeur et du milieu professionnel, il ne veut pas se laisser imposer des ouvrages, d’autant que sa crédibilité de libraire, sa relation avec ses clients passent aussi par les sélections et les choix assumés qu’il fait. Libraire depuis vingt ans, il estime que la littérature de jeunesse et sa promotion bénéficient d’une « chance » : pour le jeune lecteur, c’est toujours une nouveauté quand il découvre un titre pour la première fois, et combien même il s’agit là, pourtant, d’un « classique »… On retrouve là en écho le travail quasi patrimonial évoqué par Nathalie Brisac sur le catalogue de l’éditeur. De la même manière, Simon Roguet aborde le numérique comme un vecteur d’évolution de l’interactivité, indéniable, tout en soulignant que les « rencontres physiques » sont cruciales et que la « mise en scène des auteurs, notamment avec des rencontres (salons, dédicaces) » est essentielle dans la promotion du livre. Il pointe d’ailleurs la collaboration ténue avec les éditeurs avec lesquels il échange en amont : envois d’ouvrages ou de visuels promotionnels à des classes scolaires, pour décorer la boutique, par exemples. L’auteur-dessinateur Franck Bernard intervient à son tour et prend plusieurs minutes avant de répondre aux questions spécifiques qui lui sont adressées : comme tout lecteur, il est pris par la surproduction, au sens où il n’a pas le temps de tout lire, de tout découvrir, où il n’a pas l’argent pour tout acheter, plusieurs aspects qui n’avaient pas été évoqués jusque là. Cet auteur est demandé fréquemment dans des manifestations littéraires, grand public ou en milieu scolaire ou bibliothécaire, et s’il apprécie, il concède néanmoins que cette activité est « chronophage », qu’elle nécessite « une gymnastique de l’esprit » : pendant qu’il rencontre des gens, qu’il assure sa promotion, il ne travaille pas sur ses histoires, ses dessins, il ne nourrit pas sa création. De plus, il est souvent en déplacements et donc se retrouve souvent à travailler « en flux tendus, à tout faire en même temps ». Filant la métaphore sportive, il se décrit comme un champion de ping-pong qui faute de sponsors, à l’égal d’un champion de tennis, se retrouve dans une situation délicate, où dans tous les cas il ne peut exercer ses talents sans assurer son auto-promotion en donnant beaucoup de lui-même. Ce côté métier multi-tâches est aussi à percevoir chez les libraires, à l’image de Simon Roguet qui rédige des critiques dans des revues professionnelles, qui organise des rencontres, qui anime le site web de sa librairie avec notamment les « post-it enchantés » (en chantant, donc…) ; ces derniers retiennent d’ailleurs l’attention des participants à la table ronde : pour évoquer un ouvrage qui lui a plu, il réalise une vidéo où il se filme racontant et chantant, a capella, l’histoire, ses personnages, l’univers de son auteur. Le libraire présente ses pastilles comme une façon « décalée » de mettre en scène les livres, lui permettant ainsi de ne pas être « complexé » vis-à-vis de critiques professionnels, « de faire de la promotion sans faire intellectuel », estimant que la littérature de jeunesse permet totalement cette forme d’appropriation et de jeu où le libraire peut et doit « se faire plaisir ». Il souligne aussi combien ce recours à de nouveaux moyens de communication lui permet de toucher « une cible » plus jeune que lui, plus addictive aux vidéo en ligne par exemple, plus habituée à visionner une saynète pensée comme ludique qu’à lire des comptes rendus dans des revues spécialisées. En creux, on touche là un sujet resté un peu lettre morte depuis le début des Assises : l’absence d’une critique littéraire, ou alors sa part très congrue, dans les médias de masse ; la remarque du modérateur, journaliste à Télérama, enfoncera le clou : il « n’arrive pas à faire des pages interviews d’un auteur jeunesse », seuls les « écrivains pour adultes », « en littérature » auraient le droit de citer dans cet hebdomadaire dédié pourtant à la culture. Néanmoins, l’annonce d’une prochaine entrée « jeunesse » dans le nouveau portail de la revue lui fait espérer une évolution positive et il y voit la prise en compte de « la nécessité de s’adresser autrement » aux jeunes, aux adolescents notamment. C’est cette variété des publics qui fait dire à Nathalie Brisac que son métier de responsable communication/formation chez un éditeur revêt un « côté artisanal et sur-mesure pour chaque livre », la promotion se devant de s’adapter à son lectorat. Elle vante les partenariats étroits entre les libraires, les éditeurs, l’influence des rencontres littéraires en librairie, dans des salons ou en bibliothèque. Elle attire l’attention de l’assistance sur un élément esquissé par les auteurs qui ont pris la parole depuis le matin : ce qui est demandé – voire exigé – aux auteurs comme travail de promotion n’est pas anodin ; ils deviennent animateurs, ils parlent avec des gens, les rencontrent, ils doivent expliquer leurs choix de création parfois, ils côtoient des enfants, des enseignants, des parents : tout cela ne va pas sans poser de problèmes, car leur « première force, c’est celle de la création », il faudrait donc aussi prendre en compte cet aspect et y faire attention. On est là face à un paradoxe : l’artisanat dont elle parle se développe au sein d’une industrie florissante qui, a priori, considèrerait ses principaux ouvriers avec peu de ménagements, les forçant parfois à une forme de productivisme. Quand Fred Bernard indique que pour ses activités en bande dessinée on l’a « sommé » de faire de la promotion, d’annoncer des publications, des rencontres, via Internet, on ne sait de quelle marge de manœuvre il a bénéficié pour dire que cela ne l’intéressait pas, qu’il ne voulait pas. Selon lui, sur les réseaux sociaux, « on ne prêche que les convaincus », mais avec une autre clé de lecture on dirait qu’ainsi il fédère sa communauté de fans et accroît sa notoriété auprès d’eux, éléments importants quand on parle de nouvelles pratiques de consommation des plus jeunes et de ventes potentielles. Néanmoins, cet auteur explique qu’il se déplace pour aller vers les publics si cela ne l’ennuie pas et qu’une forme de « ronron » parfois qui s’installe uie fait refuser des rencontres. Il indique aussi que lors de ces dernières, il se fait promoteur de la littérature, de son œuvre bien sûr, mais au-delà aussi : il échange sur ses livres de prédilection, sur les auteurs qu’il apprécie, assumant un rôle de médiation tant pour la littérature de jeunesse que celle générale. Concluant ce premier échange de l’après-midi, Sylvie Vassallo exprime l’idée que « tous les acteurs de la chaîne défendent la même chose : la littérature, sa réalité, sa qualité ». Elle pointe la nécessité (« l’exigence ») d’une critique sur ces productions littéraires, essentielle pour minorer les effets de cette méconnaissance et pour reconnaître le statut de cette littérature. Elle évoque alors la création prochaine de Kibookin[2], réseau social destiné aux acteurs et professionnels, mais aussi aux passionnés de littérature de jeunesse. Si l’intention est louable, pas sûre que les « passionnés », à commencer par les jeunes, s’approprient l’outil où le monde adulte sera présent, ainsi que le monde marchand ; pas sûre non plus que le nom trouvé et adopté fédère les amoureux de la langue française (mais il s’agit sans doute là d’une remarque old school…), ni les adolescents, parfois peu convaincus par les adultes qui singent ou reprennent leurs manières de parler ou de nommer en franglais « d’jeunes » (mais c’est à discuter).

Cette table ronde est ponctuée par un échange entre Simon Roguet et le public au sujet du « choix du libraire », preuve s’il en est qu’un acteur de terrain est fréquemment sollicité pour son expérience. Ce professionnel évoque deux aides véritables pour faire sa sélection : les représentants des maisons d’édition qui lui rendent visites et les réseaux sociaux. Concernant les premiers, il estime que si précédemment ils étaient des « commerciaux », dorénavant il a affaire à de vrais professionnels, très investis dans la littérature de jeunesse et avec lesquels il a des échanges et confiance. Il indique que certains représentants sont d’anciens libraires, accentuant la proximité et la compréhension mutuelles. Cet échange passe le relais à la prochaine table ronde. (à suivre…)

[1] On renverra les plus curieux lecteurs de ce billet à l’article de Bernard Lahire qui aborde « la lente dévaluation des formes culturelles littéraires et artistiques ». Lahire Bernard, « La lente dévaluation des formes culturelles littéraires et artistiques », dans Evans Christophe (dir.), Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet. Livre, presse, bibliothèques, Paris, Editions du Cercle de la librairie, 2011, p. 15-26.

[2] « Nous le voulons comme le salon, la planète d’une galaxie colorée qui l’enrichit et le nourrit ». Claude Combet, « Montreuil 2017, miroir de l’édition pour la jeunesse », Livres Hebdo, 03/10/2017.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 octobre 2017

    […] le réconfort de Vincent Macaigne – TNB – Centre Européen Théâtral et Chorégraphique. Premières Assises de la littérature de jeunesse (2/4) – Le magasin des enfants. Nous publions la suite des premières assises de la littérature jeunesse, qui se sont tenues à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *