Appel à contributions: les novellisations pour la jeunesse

A initiative des équipes ALITHILA (Analyses littéraires et histoire de la langue, Université Lille 3) et GRIT (Groupe de recherche sur l’image et le texte, Université catholique de Louvain), un colloque intitulé Les novellisations pour la jeunesse : nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse se tiendra à Louvain-la-Neuve les jeudi 10 et vendredi 11 mai 2018.
La question de l’adaptation ouvre un champ d’investigations déjà largement arpenté par les chercheurs en littérature de jeunesse. Le roman pour la jeunesse a été abondamment étudié en tant que source d’adaptation transmédiatique (on n’en compte plus les échecs et les succès au cinéma) ou en tant que cible d’adaptation intramédiatique (la réédition ou réécriture de romans pour les adultes à destination de la jeunesse). Cependant, un corpus d’adaptations, aux proportions massives dans l’édition contemporaine, reste peu fréquenté par les chercheurs: celui des novellisations pour la jeunesse.

Par « novellisation » (ou « novélisation », de l’anglais « novelization »), on entend la transposition en nouvelle ou en roman d’une œuvre apparue dans un média non littéraire, qu’il s’agisse déjà d’une adaptation ou bien d’une œuvre originale. Il s’agit de textes littéraires, avec ou sans illustrations, qui paraissent dans des formats variables : livre de poche, album, magazine, Web, etc. On en trouve, à destination des enfants, dès les origines de l’ère médiatique, par exemple le livre d’étrennes de Champfleury Les Bons contes font les bons amis (1863), novellisant (sans le dire) des histoires en images de Wilhelm Busch. L’histoire en images La Famille Fenouillard à l’Exposition (1889) présente un cas inverse, de « novellisation par anticipation », puisque son avant-texte était une nouvelle du même auteur, Christophe, parue quelques mois plus tôt. Le cas le plus étudié est Peter and Wendy (1911), novellisation par James Matthew Barrie de sa pièce de théâtre Peter Pan (1904), laquelle a inspiré à Walt Disney son célèbre film d’animation (1953), dont on trouve une novellisation en « Grand album Hachette » dès 1954. Un dernier exemple de circularité : la « Bibliothèque rose » propose à ses lecteurs Les Malheurs de Sophie (1858) de la Comtesse de Ségur, depuis cent soixante ans, dans sa version originale, mais aussi, depuis peu, dans le « roman du film » de Christophe Honoré novellisé par Sébastien Lévy (2016).

Aujourd’hui, le phénomène éditorial de la novellisation prend des proportions importantes, en particulier dans le catalogue Hachette Jeunesse. Les nombreuses séries des « Bibliothèques rose et verte », transposant indistinctement des films d’animation (La Reine des neiges), des séries télévisées (Soy Luna, Paw Patrol), des univers ludiques (Barbie, Cluedo), des bandes dessinées (Les Légendaires, Titeuf) ou leurs déclinaisons en séries d’animation, subissent la même dépréciation culturelle que les novellisations les plus commerciales destinées aux adultes. Ces œuvres de commande, distribuées en libre-service chez les détaillants, se positionnent d’elles-mêmes, tout au long de leur processus de production, au plus loin des lecteurs professionnels, comme une paralittérature sans prescripteur, donc sans légitimation. L’essentiel des recherches sur la novellisation ne remonte qu’au tournant de notre siècle, si l’on se fie à la bibliographie établie par Thomas Van Parys (2011).

Jusqu’ici, les recherches sur la novellisation l’ont essentiellement considérée comme un produit dérivé d’un scénario de film et se sont relativement peu intéressées à leur lectorat. Ces tendances les ont conduites à négliger les novellisations destinées à la jeunesse. En dehors du cas emblématique de Peter Pan (Cartmell & Welehan 2004), l’ouvrage collectif fondateur La Novellisation : du film au roman (Baetens & Lits, 2004) ne s’intéresse à la novellisation pour la jeunesse qu’en tant que phénomène d’édition (Moine 2004) ou à la faveur d’un reconditionnement éditorial (Miller 2004). Ce dernier cas révèle un manque de prise en compte des spécificités du public enfantin, de la part de l’éditeur (Gallimard), puisque la novellisation des Quatre cents coups par Marcel Moussy, initialement publiée dans une collection pour adultes (1959), a été rééditée telle quelle en « Folio Junior » (1998). Dans le même collectif, l’article de Matthieu Letourneux sur la novellisation des jeux vidéos mérite également notre attention, venant d’un spécialiste de la littérature de jeunesse qui a consacré plusieurs articles à la novellisation des jeux et des jouets (Letourneux 2004-2008), avant d’organiser un colloque avec une session sur la novellisation pour la jeunesse (Letourneux et Lévêque 2014).

Du côté des recherches doctorales, la thèse défendue par Johannes Mahlknecht à l’Université d’Innsbruck et récemment publiée (Mahlknecht 2015), ainsi que les recherches de Thomas Van Parys (2011-2013) à l’Université de Louvain (KULeuven), poursuivent les recherches fondamentales de Jan Baetens (2004-2009) sur les novellisations de films destinées à des adultes. La thèse inédite de Prisca Grignon (2012) fait exception, bien qu’elle s’intéresse également aux novellisations issues de médias audiovisuels, puisqu’elle n’ignore pas les productions pour la jeunesse. Il faut signaler également quelques articles envisageant des romans ou albums pour la jeunesse adaptés de médias tels que le cinéma (Ferrier 2006 ; Fevry 2009), le dessin animé (Le Corff & Bourhis 2013 ; Baudry et Litaudon 2016), le théâtre (Vericat 2012), la télévision (Sepulchre 2010), l’histoire en images (Feuerhahn 2002 ; Sausverd 2016), la bande dessinée (Bozard 2016; Glaude 2016) ou encore les univers ludiques (Letourneux 2004-2008 ; Grignon 2015). On le voit, presque tout reste à faire en ce domaine.

Une étude des novellisations destinées à la jeunesse offrirait la possibilité d’exhumer un corpus peu fréquenté par les chercheurs, contribuerait de façon originale aux études de l’adaptation et permettrait d’en apprendre non seulement sur le roman pour la jeunesse, mais aussi sur les médias sources ou cibles de ces transmédiatisations. Ce colloque fournira la première occasion de travailler spécifiquement sur ces novellisations, prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations transmédiatiques depuis divers médias (autres que la littérature) vers le roman pour la jeunesse. Les œuvres étudiées seront des textes littéraires, quel qu’en soit le format, qui pourront jalonner toute l’ère médiatique, du XIXe siècle à nos jours. Bien que les communications soient attendues en langue française, elles peuvent porter sur des œuvres étrangères. Il s’agit à la fois de cartographier un corpus jusqu’ici relativement délaissé par la recherche et de l’explorer dans des perspectives externes et internes, selon ces axes (ou tout autre qui serait envisageable) :
a) la novellisation pour la jeunesse en contexte (histoire du genre, production, auctorialité, fanfiction, réception, circulation transnationale) ;
b) la novellisation pour la jeunesse comme objet intermédial (formats, illustration, paratexte, promotion) ;
c) la poétique et la stylistique d’une écriture transmédiatique :
– le roman pour la jeunesse adapté des médias visuels (bande dessinée, histoire en image, roman photo) ;
– le roman pour la jeunesse adapté des médias audiovisuels (cinéma, animation, télévision) ;
– le roman pour la jeunesse adapté des arts de la scène (théâtre, comédie musicale, spectacle) ;
– le roman pour la jeunesse adapté des univers ludiques (jouet, jeu de rôle, jeu vidéo).

Bibliographie

Jan Baetens et Marc Lits (dir.), La Novellisation : du film au roman, Louvain, Leuven University Press, 2004.
Jan Baetens, « From screen to text : novelization, the hidden continent », in Deborah Cartmell et Imelda Whelehan (dir.), The Cambridge Companion to Literature on Screen, Cambridge University Press, 2007, p. 226-238.
Jan Baetens, La Novellisation. Du film au roman. Lectures et analyses d’un genre hybride. Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2008.
Jan Baetens, « La novellisation en version illustrée. Avec ou sans images », in Recherches en communication, n°31, 2009, p. 137-154.
Julien Baudry et Marie-Pierre Litaudon, « Hachette entre héritage et renouvellement (1920-1960) : comment “faire collection” face au défi des albums “transmédiatiques” ? « , in Strenæ, n° 11, 2016, en ligne: https://strenae.revues.org/1631
Laurent Bozard, « Encrages en jeunesse. Regards sur la novellisation pour enfants de bandes dessinées », in Image & Narrative, vol. 17, n° 3, 2016, p. 21-31.
Monique Carcaud Macaire, « Écrire d’après, écrire après : la novellisation et le remake comme pratique et création culturelles « , in Jeanne-Marie Clerc (dir.), Cinéma, Littérature, Adaptations, Montpellier, CERS (Études sociocritiques), 2009, p. 313-341.
Deborah Cartmell et Imelda Welehan, « The novelization of Peter Pan », in Jan Baetens et Marc Lits (dir.), La Novellisation : du film au roman, op. cit., p. 71-83.
Bertrand Ferrier,  » Les novélisations pour la jeunesse : reformulations littéraires du cinéma ou reformulationscinématographiques de la littérature ? « , dans Fabula LHT (Littérature, histoire, théorie), n° 2 : Ce que le cinéma fait à la littérature (et réciproquement), 1er décembre 2006, en ligne: http://www.fabula.org/lht/index.php?id=766
Nelly Feuerhahn, « Champfleury et le miel de Wilhelm Busch », in Ridiculosa, n° 9, 2002, p. 75-99.
Sébastien Fevry, « D’une image à l’autre: la novellisation en album », in Recherches en communication, n° 31,2009, p. 155-172.
Benoît Glaude, « La novellisation des dialogues de bande dessinée », in Image & Narrative, vol. 17, n° 3, 2016, p. 6-20.
Bénédicte Gornouvel et Isabelle Nières-Chevrel, Les 150 ans de la Bibliothèque rose, Rennes, Bibliothèque de Rennes Métropole, 2006, 84 p.
Prisca Grignon, Le champ d’existence de la novélisation francophone actuelle (10 dernières années) : la novélisation, un nouveau genre ?, thèse de doctorat en études cinématographiques, Université de Montpellier,2012.
Prisca Grignon, « Les novélisations de jeux vidéo : un lien entre les multiples supports des univers fictionnels intermédiatiques », in Björn-Olav Dozo et Fanny Barnabé (dir.), Jeu vidéo et livre, Liège, Bebooks (Culture contemporaine), 2015, non paginé.
Philippe Kaenel, « Les Voyages et aventures du Docteur Festus de Rodolphe Töpffer : d’une histoire en estampes à un livre illustré », in Maria Teresa Caracciolo et Ségolène Le Men (dir.), L’Illustration. Essais d’iconographie, Paris, Klincksieck, 1999, p. 39-57.
Isabelle Le Corff & Véronique Bourhis,  » Kirikou et la sorcière, de l’écran à l’encre « , in Interférences littéraires, n° 11, 2013, p. 115-129.
Armelle Leroy, La Saga de la Bibliothèque rose, Paris, Hachette, 2011.
Matthieu Letourneux, « Un cas limite de narrativité, la novellisation des jeux vidéos », in Jan Baetens et Marc Lits (dir.), La Novellisation : du film au roman, op. cit., p. 235-246.
Matthieu Letourneux, « Costumes de poupées et panoplies narratives, les novellisations de Barbie », in L’Édition pour la jeunesse entre héritage et culture de masse, Eaubonne, Institut Charles Perrault, 2005, p. 1-10.
Matthieu Letourneux, « Le devenir livre des jeux et des jouets », in Gilles Brougère (dir.), La Ronde des jeux et des jouets. Harry, Pikachu, Superman et les autres, Paris, Autrement, 2008, p. 77-91.
Matthieu Letourneux et Mathile Lévêque (dir.), La Littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques : circulations, adaptations, mutations, colloque inédit, Université Paris 13, 24-26 septembre 2014 (le programme est en ligne : http://calenda.org/298608 ; les enregistrements de certaines interventions sont accessibles ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PL9SOLKoGjbep1TvwV63oy68OghsOILLI1)
Johannes Mahlknecht,  » The Hollywood Novelization: Film as Literature or Literature as Film Promotion ? « , in Poetics Today, vol. 33, n° 2, 2012, p. 137-168.
Ann Miller, « Les 400 coups, from film to novelization », in Jan Baetens et Marc Lits (dir.), La Novellisation : du film au roman, op. cit., p. 111-120.
Raphaëlle Moine, « Cinéma, genres et novellisation dans l’espace éditorial français contemporain », in Jan Baetens et Marc Lits (dir.), La Novellisation : du film au roman, op. cit., p. 85-94.
Nicolas Rouvière, « Comment Obélix est tombé dans la marmite du druide. Sur la transmédiativité récit illustré / album pour enfant / bande dessinée », in Hélène Gondrand (dir.), Texte et images dans l’album et la bande dessinée pour enfants, Grenoble, CRDP (Les Cahiers de Lire écrire à l’école n° 1), 2007, p. 45-58.
Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil (Poétique), 2011.
Antoine Sausverd, « De Cornouillet à Fenouillard, la bande dessinée mise à l’épreuve », in Le Magasin du XIXe siècle, n° 6, 2016, p. 106-112.

Sarah Sepulchre, « La description lacunaire, une caractéristique des novellisations pour la jeunesse ? », in La Revue des livres pour enfants, n° 256, 2010, p. 107-113
Thomas Van Parys, « The study of novelisation: a typology and secondary bibliography », in Belphegor, vol. 10, n° 2, 2011, non paginé.
Thomas Van Parys, « A fantastic voyage into inner space: description in science-fiction novelizations », in Science Fiction Studies, vol. 38, n° 2, 2011, p. 288-303.
Thomas Van Parys (dir.), Science Fiction across Media: Adaptation/Novelization, Canterbury, Gylphi, 2013.
Fabio Vericat, « Betwixt-and-between: the novelization of Peter Pan as literary hybrid », in Alfonso Muñoz Corcuera et Elisa Di Biase (dir.). Barrie, Hook, and Peter Pan: Studies in Contemporary Myth, Cambridge Scholars Publishing, 2012, p. 106-122.

Les propositions de communication en français comprendront un titre, un résumé de 5000 maximum, 6 mots clés et une notice biographique de 100 mots maximum.

Soumission des propositions

Les propositions de communication en français comprendront un titre, un résumé de  cinq mille mots maximum, ainsi que six mots clés, et une notice biographique de cent mots maximum. Les propositions sont attendues pour le 1er juin 2017, par courriel envoyé à Benoît Glaude (benoit.glaude@uclouvain.be) et à Laurent Déom (laurent.deom@univ-lille.fr)

Délais

Soumission des propositions de communication 1er juin 2017
Retours sur les propositions 1er septembre 2017
Colloque à Louvain-la-Neuve 10-11 mai 2018
Remise des textes pour les actes 1er septembre 2018

Publication

Une publication des actes du colloque est prévue dans la collection « Texte-Image » du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (Éditions Academia, Louvain-la-Neuve)

Comité organisateur

Laurent Déom (Lille 3)
Benoît Glaude (UCL/FNRS)
Jean-Louis Tilleuil (UCL/Lille 3)
Sylvain Lesage (Lille 3)
Maaheen Ahmed (UGent)
Stéphanie Delneste (UCL)
Sabrina Messing (UCL/Lille 3)

Comité scientifique

Jan Baetens (KULeuven)
Christian Chelebourg (Université de Lorraine)
Matthieu Freyheit (Université de Lorraine)
Prisca Grignon (Montpellier 3)
Marc Lits (UCL)
Jean-Matthieu Méon (Université de Lorraine)
Sarah Sepulchre (UCL)
Dick Tomasovic (ULg)

Université Lille 3, ALITHILA/Analyses littéraires et histoire de la langue
Université catholique de Louvain, GRIT/Groupe de recherche sur l’image et le texte

http://alithila.recherche.univ-lille3.fr


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *