Soutenance de thèse d’Elodie Malanda

Le mercredi 8 février 2017, Elodie Malanda soutiendra sa thèse de doctorat, dirigée par Xavier Garnier, et intitulée: « La transmission des valeurs dans les romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne (France, Allemagne, 1991-2010). Les pièges de la bonne intention ».
La soutenance aura lieu à 14h à la Maison de la Recherche de Paris 3 -Salle « Athéna » (Rez-de-chaussée) – 4, rue des Irlandais, 75005 Paris .
Le jury sera composé de: Xavier GARNIER, Professeur, université Paris III  Sorbonne Nouvelle, Hans-Jürgen LÜSEBRINK, Professeur, Universität des Saarlandes, Serge MARTIN, Professeur, université Paris III Sorbonne Nouvelle, Jean-Marc MOURA, Professeur, université Paris Ouest Nanterre et Anne SCHNEIDER, Maître de conférences, université de Caen.

Résumé de la thèse: Des récits de voyage aux romans coloniaux européens, l’Afrique a toujours servi à affirmer les valeurs européennes, davantage qu’à montrer les réalités africaines. Quelles valeurs se dégagent alors du discours sur l’Afrique subsaharienne véhiculé par les romans pour la jeunesse parus en France et en Allemagne entre 1991 – fin de l’apartheid – et 2010 –cinquantième anniversaire des indépendances ? Quels regards portent ces romans sur l’Afrique subsaharienne ? Et quelles auto-images des Européens transparaissent à travers ces images de l’Afrique ? De nombreuses études insistent sur la pérennité de l’imaginaire colonialiste dans les productions culturelles européennes. Ce travail prend le parti de montrer dans quelle mesure il existe, dans bon nombre de romans pour la jeunesse, une volonté de prendre ses distances avec l’héritage colonialiste, voire à le dénoncer, ainsi que de favoriser l’entente interculturelle entre Européens et Africains et de sensibiliser aux problèmes socio-économiques de l’Afrique. Or, ces « bonnes intentions » se heurtent régulièrement à des limites et à des paradoxes. Cela donne lieu à un écart entre les valeurs explicitement défendues par les textes et celles, moins avouables, que les textes véhiculent involontairement. À travers un corpus de plus de 120 romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne parus en France et en Allemagne, ce travail identifie les manifestations narratologiques de cet écart et explore des pistes possibles pour le réduire.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *