Les Lumières de la fiction. Littérature (de jeunesse) et philosophie (avec les enfants)

ChildWithBook-300px

Nous rappelons cet appel à communications, dont la date limite est le 31 octobre 2016.

L’Afreloce est partenaire de ce colloque, co-organisé par Edwige Chirouter (CREN, Université de Nantes) et Nathalie Prince (3L.AM, Université du Mans) dans le cadre du programme EnJeu[x]

22-23 juin 2017

Argumentaire

Il existerait a priori une tension forte entre la philosophie, l’enfance et la littérature de jeunesse, dans la mesure où la philosophie implique un logos, un texte logique, rationnel, argumenté, intellectuellement tenu, et que la jeunesse – entendue comme destinataire de la littérature de fiction – se laisse remarquer, justement, a priori, par son incapacité à soutenir un tel discours…

Pourtant la philosophie, depuis les dialogues de Platon, se donne pour tâche l’éducation intellectuelle et rationnelle de la jeunesse. Après tout, Alcibiade ou Charmide sont de jeunes adolescents, presque encore des enfants, qui raisonnent mal ou peu, et toute la tâche de Socrate consiste à les emmener malgré eux vers la rigueur de pensée, la rationalité, vers des valeurs et des idées majeures (au sens de « majorité »). Et c’est aussi par l’usage de la fiction – comme L’Anneau de Gygès ou L’Allégorie de la Caverne – que Platon amorce cet apprentissage de la pensée.

N’est-ce pas précisément ce qu’une partie de la littérature de jeunesse contemporaine cherche à faire ? La littérature de jeunesse n’est-elle pas une ruse de la raison, qui charme en jouant avec les émotions, les plaisirs et les excitations de son petit lecteur pour le faire grandir et rendre son expérience du monde plus intelligible ?

Les expérimentations de pratiques de la philosophie avec les enfants se développent partout dans le monde depuis une quarantaine d’années, bouleversant les représentations traditionnelles à la fois de la discipline mais aussi de l’enfant. Les collections de « philosophie avec les enfants » se multiplient dans le monde de l’édition. Existe-t-il alors une philosophie mineure, au sens où Kant définissait la minorité ? Comment penser les liens qui unissent l’enfant, la littérature et la philosophie ? Comment la fiction peut-elle servir de médiation pour permettre aux jeunes enfants de mieux comprendre la complexité du monde et les grandes questions qui interrogent la condition humaine ?

Les propositions pourront privilégier plusieurs points de vue :

  • Angle philosophique : Analyse des liens qui unissent la philosophie, la littérature et l’enfance ;
  • Angle littéraire : Analyse d’œuvres, de corpus, de récits pour penser le monde ;
  • Angle éditorial : Analyse des collections philosophiques pour enfants ;
  • Angle pédagogique : Analyse de pratiques de la philosophie avec les enfants par la médiation de textes littéraires à l’école et dans la cité.

Appel à communications

A renvoyer avant le 31 octobre 2016 aux adresses suivantes :

nathalie.prince@univ-lemans.fr et edwige.chirouter@univ-nantes.fr

La proposition de contribution contiendra :
– un titre et un résumé (500 mots) ;
– une rapide présentation de (des) l’auteur(s) ;
– une bibliographie (5 titres max.) .

N.B. Ce colloque, qui bénéficiera du soutien de l’Université du Maine et de l’Université de Nantes, sera étroitement associé à la mise en place de la chaire UNESCO   « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale », portée par l’Université de Nantes et l’Université d’Angers.

Ce colloque est organisé dans le cadre des travaux du 3L.AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans) et du CREN (Centre de Recherche en Education), associés dans le programme EnJeu[x] : http://enfance-jeunesse.fr . EnJeu[x] Enfance et Jeunesse est un programme de recherche porté par l’Université d’Angers et financé par la Région Pays de la Loire.

Comité scientifique
– Sylvie Servoise (Lettres. Université du Maine)
– Patricia Lojkine (Lettres. Université du Maine)
– Olga Helbongo (Lettres. Université Laval. Québec)
– Michel Sasseville (Philosophie. Université de Laval. Québec)
– Philippe Sabot (Philosophie. Université de Lille 3)
– Françoise Carraud (Sciences de l’éducation. Université de Lyon 2 )

Bibliographie

– BRUNER J. (2002). Pourquoi nous racontons-nous des histoires ? Le récit au fondement de la culture et de l’identité individuelle. Paris : Retz.
– CHIROUTER E. (2015). L’enfant, la littérature et la philosophie. Paris : L’Harmattan
–  SERVOISE S. (coord). « La littérature de jeunesse : une école de vie ? », Raison Publique, 13, 2010.
– PRINCE N.  (2015). La Littérature de jeunesse. Pour une théorie littéraire. Paris : Armand Colin.
– SABOT P. (2002). Philosophie et littérature, approches et enjeux d’une question. Paris : PUF.
– SCHAEFFER J-M. (1999). Pourquoi la fiction ? Paris : Seuil.
– TODOROV T. (2007). La Littérature en péril. Paris : Flammarion.
– TOZZI M. (2006). Débattre à partir de mythes. A l’école et ailleurs. Lyon : Chronique Sociale.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *