Le jouet dans l’art

Le samedi 11 juin 2016, à la médiathèque Françoise-Sagan (Paris 10e), le séminaire de l’Afreloce a accueilli Michel Manson, qui nous a parlé du jouet dans l’art et de l’histoire du genre (au sens de gender). Un grand merci à Déborah Lévy-Bertherat pour ce compte rendu.

La conférence se propose d’explorer, sur une période longue, et donc sans prétention à l’exhaustivité et sans toujours pouvoir entrer dans les détails, l’histoire de l’art comme source de l’histoire du jouet (et non comme illustration d’un discours sur le jouet). Michel Manson choisit d’organiser son propos selon cinq périodes chronologiques

XIVe-XVe siècles

Les enluminures du manuscrit de Barthélémy L’Anglais, De Ætate, montrent systématiquement un garçon d’une dizaine d’années avec un jouet, symbole ou l’allégorie de l’enfance. Il faut attendre 1360 pour voir une double représentation de l’enfance par une fille tenant une poupée et un garçon avec un cheval-bâton sur une fresque de  Guariento di Arpo (église des Eremitani, Padoue).

115591270

Sur un manuscrit autrichien, vers 1485, on voit une fillette tenant une balle, tandis que le garçon tient de nouveau un moulinet et cheval-bâton : c’est un des rares cas où, à cette époque, le jouet placé dans les mains de la fillette n’est pas une poupée. Le cheval-bâton et le moulinet, tenu comme une lance, sont bien sûr les attributs du futur chevalier.

Selon les chiffres tirés de la base de données établie par Michel Manson, sur 74 images datant d’avant 1500, on trouve 6 jouets dans les mains des filles, 68 dans les mains des garçons, 4 images avec des enfants des deux sexes. Pour les filles : 5 poupées, 1 balle, 3 chariots. Ceux des garçons sont beaucoup plus variés (cheval-bâton, toupies, cerceaux, hochets, etc.). Sur les portraits d’enfants de familles nobles, on retrouve les mêmes choix.

XVIe siècle

Lucas Cranach (autour de 1535) représente la Charité avec ses enfants nus, dont une fillette tient une poupée. Dans toute cette période, la poupée ne représente pas un bébé ni une fillette, mais une femme adulte, on peut donc se demander quel rapport l’enfant entretient avec elle.

334px-Lucas_Cranach_-_Caritas_-_1534 Lucas_Cranach_d.Ä._-_Caritas_(National_Gallery,_London)

L’amour maternel de la fillette pour sa poupée ne sera évoqué en tant que tel dans les textes qu’à partir du XVIIIe s.

Les images de la Tabula Cebetis vont commencer, autour de 1600, à placer des jouets dans les mains des enfants qui accèdent au sommet du chemin de la sagesse. Un peu plus tôt, Bruegel, dans ses Jeux d’enfants (vers 1560), peint des filles jouant à la poupée, aux osselets, du tambour (habituellement masculin car jouet militaire) et de la flûte, ou… avec des  excréments.

fig.-14

C’est dans les Flandres seulement qu’on représente les jeux d’enfants de façon réaliste.

Dans le poème Kinderspel (1622) du Néerlandais Jacob Cats, le frontispice gravé représente une place publique de La Haye où jouent des enfants : ici, le clivage de genre s’atténue avec des garçons et filles qui jouent ensemble.

La base de données de Michel Manson permet d’arriver à la constatation que les filles avec jouets représentent 18% sur 177 images de cette époque.

XVIIe siècle

En France, Abraham Bosse représente les âges de l’homme (1636), avec un chat emmailloté dans les bras de la fillette, et un enfant effrayant le chien avec un masque.

Toute une série de jeux d’enfants apparaissent sous forme de gravure, en Hollande, Belgique, France, Italie et Suisse, et donnent lieu à une véritable mode européenne entre 1645 et 1665. Soit on les cumule sur la même image, soit on les découpe en planches, comme Stella. Des garçons jouent aux raquettes et tirent un carrosse avec des poupées.

À la fin du XVIIe s. , comme on le voit sur une gravure anonyme (chez François Guérard, vers 1695), une fillette est représentée jouant du tambour. On notera que le terme joujou apparaît en 1697 dans un conte de Mme d’Aulnoy). Les artistes représentent désormais les deux sexes jouant ensemble (quilles, escarpolette). Les représentations hollandaises sont moins genrées (fille jouant à la crosse). Chez Jan Steen (La Fête de la Saint Nicolas, 1667), une fillette joue à la poupée avec une statue de saint.

800px-Jan_Havicksz._Steen_-_Het_Sint_Nicolaasfeest_-_Google_Art_Project

Pour ce siècle, Michel Manson a recensé 260 images, dont 27,3% de filles et 38 images mixtes : 10 types de jouets pour les filles, 50 pour les garçons. L’écart est toujours présent mais diminue.

Tallemant des Réaux, dans les Historiettes (1657) décrit le jeu de la poupée : on les habille, les nourrit, les couche… et on est même tenté de les baigner (or elles sont moulées en « composition » une sorte de papier mâché, un bain serait donc bien mal venu).

XVIIIe siècle

Dans Le Déjeuner de Boucher (1739, Musée du Louvre), le même enfant, qui porte un bonnet à bourrelet pour amortir les chocs en cas de chute, tient un cheval à roulettes et une poupée.

boucher-le-dejeuner-1739

Chez Chardin, on va trouver souvent opposées deux occupations de l’enfance, le jeu et l’étude. Dans le tableau La Gouvernante (1739, Musée des Beaux-arts du Canada), les jouets gisent abandonnés par terre, au profit du livre que le jeune garçon tient dans ses mains.

380px-Jean_Siméon_Chardin_-_La_Gouvernante_(The_Governess)_-_WGA04762

On notera, du reste, que Chardin ne montre pas les enfants jouant véritablement, mais méditant devant le jeu. Dans Le Toton (1737) par exemple, le garçon observe la toupie tournant.

Chez Greuze, une fillette tient une poupée qui figure un capucin à barbe grise. Sa fille Anne-Geneviève Greuze peint une enfant  avec une poupée-religieuse (L’Enfant à la poupée, c. 1795, Musée du Louvre)

1df1b275cc6e1b65-grand-enfant-poupee-greuze-anne-genevieve

Le polichinelle apparaît dans la 1ère moitié du XVIIIe s.  Il peut être compris comme la poupée du garçon (créé sur le modèle du soldat paillard).

Sur les illustrations de l’ouvrage du pédagogue allemand Basedow, on remarque des  jeux mixtes ou peu genrés (quilles, dînettes), que partagent garçons et filles.

Michel Manson cite également la fable d’Aubert  intitulée « Garçons jouant à la poupée » (Fables nouvelles, 1756).

Le clivage des genres est, en revanche, réaffirmé avec force par Rousseau : il propose de réduire les objets de sports adultes à la taille de l’enfant, mais les réserve aux garçons : « Les garçons cherchent le mouvement & le bruit; des tambours, des sabots, de petits carrosses: les filles aiment mieux ce qui donne dans la vue & sert à lʼornement; des miroirs, des bijoux, des chiffons, surtout des poupées: la poupée est lʼamusement spécial de ce sexe. » (Émile, 1762, tome II, livre V).

Au XVIIIe s., on a 182 images dont 40% de filles, selon la base de données de Michel Manson.

XIXe siècle

Des livres prennent pour les jouets en tant que tels pour sujet. En 1822, la « Foire aux jouets du Pont-Neuf » (Henri Marlet, Le Jour de l’An) atteste d’un commerce de jouets très vivace à Paris. L’Américain Thomas Eakins, peint sa nièce de 2ans ½ (Baby at Play, 1876), entourée jouets non genrés (chariot et cheval, cubes).

Eakins, Baby at Play 1876.jpg

À la fin du siècle, on trouve plusieurs exemples de représentations d’enfants malades (qui devient un thème récurrent) jouant dans leur lit (ex. le peintre catalan Ricard Canals, Étude d’un enfant malade, vers 1903,  Barcelone, MNAC).

$_35

La proportion de filles représentées passe au XIXe s. à 51%, toujours selon la base de données.

Conclusions

La proportion de filles représentées dans les arts plastiques augmente au cours des siècles, et leurs jouets sont de plus en plus variés, bien que moins que ceux des garçons. La division genrée stricte, n’est pas toujours respectée par les artistes, il faut donc l’expliquer au cas par cas. Il faut aussi établir des distinctions selon les pays et les origines des peintres.

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.