Claire Franek

maxresdefaultJ’ai fait la connaissance de Claire Franek en septembre 2014. Dans le cadre de rencontres avec des auteurs contemporains, j’avais proposé à Claire et à Marc Daniau de venir rencontrer les étudiants de l’Université Paris 13, à Villetaneuse. Ils avaient aussitôt accepté. J’ai alors découvert que nous étions voisins et c’est à l’occasion de portes ouvertes, à deux pas de chez moi, que je les ai rencontrés pour la première fois. Mêlant ateliers, lieux de vies et scènes de rencontres, l’ancienne usine de briques rouges où Claire vivait et travaillait est un îlot de création entre les rails du rer, la Seine, un concessionnaire de voitures et, à l’époque, un coin de parking aménagé pour accueillir des familles roms. Décalé et dans la ville, lieu étrange et poétique. Claire présentait ses albums et ses dessins, Marc avait installé un dispositif pour que les uns viennent faire le portrait des autres, et réciproquement. Ma fille s’était prêtée au jeu. Claire et Marc dédicaçaient Tous à poil pour un bébé joufflu, Marguerite, je crois, devenue en traits de couleurs un joyeux bébé à poil. Pour ma fille, plus pudique, Claire et Marc la dessinèrent derrière une serviette de bain. Allez, viens te baigner !

Puis nous nous sommes retrouvés à Villetaneuse. Pas vraiment besoin de poser des questions : Claire parlait, généreuse, franche et sensible. De son parcours, de ses créations, de ses rencontres avec les lecteurs ou les enseignants. De sa vision du livre pour enfants. Du vivre ensemble.

J’ai recroisé Claire et Marc l’an dernier, en janvier 2015, après les attentats. C’était l’hiver, il faisait nuit, nous étions devant la mairie, pas très nombreux, certains avec des bougies, on ne savait pas trop quoi dire. J’ai pensé que je devrais retourner les voir, leur donner l’affiche de la rencontre à Paris 13. Et puis le temps file. Et puis c’est trop tard.

Claire Franek est décédée mercredi 9 mars 2016. Je parle souvent de ses albums dans mes cours du mercredi après-midi. Mercredi prochain, le rendez-vous de quatre heures et demi sera bien triste et, dans 3500 mercredis, aussi.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *