Le rôle du design graphique dans l’apprentissage de l’écriture

entete-1124x547Compte rendu de la séance du samedi 12 mars 2016, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Eloïsa Perez, ancienne élève de l’ENSAD de Paris et titulaire d’un master de recherche au CESLA, est graphiste et membre du groupe de recherche sur le graphisme à l’Atelier national de recherche typographique.

Elle présente les premiers résultats de sa recherche auprès de classes maternelles et élémentaires d’écoles publiques des environs de Nancy. Eloïsa Perez poursuit ses recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat au CELSA (Paris-Sorbonne), thèse co-encadrée par l’ANRT, et qui traite de l’usage de la typographie dans l’apprentissage de l’écriture.

Du geste à l’idée : formes de l’écriture à l’école primaire

01_EPEREZ

Du geste à l’idée : formes de l’écriture à l’école primaire, livre, 440 pages, juin 2014 © photo Éloïsa Pérez

Le travail consistait, dans une école maternelle sans curiosité particulière pour le graphisme, à étudier la naissance du geste graphique (quels supports, quels outils scripteurs ?). L’enfant apprend, dès la petite section, à identifier les lettres de son prénom ; en moyenne section, on canalise progressivement les tracés, plus proches des lettres de l’alphabet. En grande section, on se rapproche des standards de l’écriture traditionnelle, et l’enfant maîtrise peu à peu les écritures typographique et cursive (minuscules). Les classes élémentaires mettent en place un environnement plus individuel et plus scolaire (manuels, dictées, passage par étapes à la petite réglure Seyès). Comment se fait l’accès à l’écriture linguistique, au sens de l’écrit ? Comment les enfants sont-ils invités à structurer l’espace de la page. En CM, les exemples montrent des travaux d’enfants écrivant sur l’ensemble de la page de façon linéaire, alors que les manuels scolaires fonctionnent par colonnes.

Identifier les modèles et les systèmes graphiques

02_EPEREZ

Du geste à l’idée : formes de l’écriture à l’école primaire, livre, 440 pages, juin 2014 © photo Éloïsa Pérez

Pour enseigner le ductus, le sens du tracé des lettres, les enseignants disposent d’un grand nombre de modèles sur internet, où chacun choisit librement (certains sont inexploitables, illisibles), assortis de fléchages incompréhensibles. Les modèles d’autres pays permettent de mesurer la dimension culturelle de l’apprentissage de l’écriture (en Angleterre, par exemple, on n’apprend pas l’écriture cursive). Des modèles anciens, comme ceux d’Emile Javal (ophtalmologue) et de Robert Lambry, font mesurer l’évolution des normes.

Les ouvrages périscolaires, faits pour être utilisés avec l’aide d’un adulte, suivent une progression sensiblement différente. On peut se demander pourquoi on commence toujours l’apprentissage de l’écriture par le script plutôt que par la cursive, qui n’est pas plus compliquée. Eloïsa Perez s’est interrogée sur le nombre de gestes nécessaires pour construire les lettres : quels sont les moyens les plus simples pour enseigner les lettres à l’enfant ? quelle est la place de la forme géométrique ? Certaines capitales, comme le A ou le E, sont souvent pensées comme plus simples : pourtant, le tracé d’un S ne nécessite qu’un seul geste arrondi, alors que le E nécessite 7 mouvements différents. Comment créer un alphabet à partir de formes élémentaires indispensables ?

Supports d’écriture et d’attitude

Les supports d’écriture conditionnent les attitudes d’apprentissage : être assis à une table est différent d’être debout face à un tableau. Ces postures ont été interrogées dès le XVIIIe siècle avec le bureau typographique de Louis Dumas, associant réflexion et mouvement du corps (1733) ou, plus tard, par Maria Montessori et Bruno Munari (ABC con fantasia).

cas_209

Le jouet permet également d’aborder des notions complexes, comme avec le matériel pédagogique de Bruno Munari, en Italie dans les années 1960, et avant lui de Maria Montessori (les lettres rugueuses qui permettent de repérer le tracer avec le doigt et de créer une image mentale de la lettre).

Les prélettres, un matériel d’écriture pour les 3-4 ans

03_EPEREZ

Prélettres, puzzle de reconnaissance des formes, 1 modèle, juin 2014 © photo Éloïsa Pérez

Eloïsa Perez a élaboré et développé de nouveaux outils expérimentaux. Des formes de plastique coloré, opaque ou translucide, fluorescentes ou non, permettent, dès la petite section, d’acquérir le geste graphique, en associant les formes de manière concrète en les insérant dans un puzzle, le jeu autonome autorisant l’enfant à progresser selon son propre rythme. L’objet fait fonction de consigne (il n’est nul besoin de l’adulte pour expérimenter).

04_EPEREZ

Prélettres, normographes, 16 modèles, juin 2014 © photo Éloïsa Pérez

Dans une 2e phase, un normographe propose un support de tracé, décomposant le tracé de chaque lettre en plusieurs étapes, l’enfant jugeant lui-même ses essais. On passe ensuite à des supports papiers avec des points pour acquérir la fluidité du tracé, et à une tablette numérique (en partenariat avec le laboratoire de sciences cognitives de l’École des Mines de Nancy), grâce à une application où chaque enfant peut enregistrer son travail son sa propre session.

05_EPEREZ

Learning forms, atelier «prélettres» en petite section de maternelle, Nancy, novembre 2014 © photo Éloïsa Pérez

06_EPEREZ

Prélettres, application iPad, atelier en petite section de maternelle, Nancy, mai 2015 © photo Éloïsa Pérez

L’un des objectifs est de décomplexer le rapport de l’enfant à l’écriture. Ces objets ont pour but de développer le plaisir du geste et donc de l’écriture.

07_EPEREZ

Learning forms, atelier «prélettres» en petite section de maternelle, Nancy, novembre 2014 © photo Éloïsa Pérez

***

Dans la discussion, Cécile Boulaire évoque le travail institutionnel sur des modèles graphiques initié par Jack Lang en 1999, et ayant abouti en 2013 (!) à deux modèles d’écritures et de ductus. Mais ils sont peu connus (« écriture A » et « écriture B »).

D’autres questions abordent la question de l’adaptation du matériel aux gauchers, aux enfants dyspraxiques ou dyslexiques.

Pour plus de détails et d’informations, nous renvoyons au site d’Eloïsa Perez: http://eloisaperez.fr/


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 mars 2016

    […] séminaire mensuel de l’Afreloce à l’ENS a accueilli, samedi 12 mars, la graphiste et chercheuse Eloïsa Perez, venue présenter ses travaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *