Enfance, design graphique et design industriel

Intervention de Loïc Boyer, graphiste et éditeur

Séminaire de l’Afreloce à l’ENS : L’image au cœur de la culture d’enfance – Samedi 30 janvier 2016

Ce compte rendu a été rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Designers graphiques et livres pour enfants

La formule « commercial artist » est acceptée aux États-Unis, où Maurice Sendak, par exemple, conçoit en 1959 un dessin animé pour la marque Jello. L’idée que l’art doit irriguer toute la vie, y compris les livres pour enfants, inspirait déjà le constructivisme russe, dans une approche utopiste (ex. El Lissitzky, Natan Altman).

En France, Paul Faucher (Père Castor) fait travailler des artistes exilés russes (Alexandra Exter, Nathalie Parain). En Angleterre, Noel Carrington (Puffin Picture Books) propose de petits livres en couleurs à bon marché. En Allemagne, Alma Buscher, propose des meubles pour enfants modulables et quelques jouets (dont un bateau de bois encore édité par le Suisse Naeff, ou une grue à découper).887f8dfbe0254bf0a8905e920e833e49alma buscher

Sous le nazisme, les artistes du Bauhaus émigrent, comme László Moholy-Nagy et György Kepes, qui partent pour Londres. Juliet Appleby, l’épouse de Kepes, conçoit une chambre d’enfants et écrit des livres pour enfants.

9f8bafea23799cce71f14467ca806a0dKepeskepes_cork_clock_lifemag

Étant graphiste, elle a vision globale du design du livre (choix des couleurs, du papier…),

da52f8c154ecaca540e31905acad9e7ccarousel

de même que l’Américaine d’origine russe Esphyr Slobodkina, qui illustre Little Fireman en papiers découpés en 1938 (elle le reprendra après la guerre dans une version plus économique, avec seulement deux couleurs).

JJ4sb7Qv32q91kJ516BLv7wF0L._SX258_BO1,204,203,200_

Qui a créé Tony, le tigre Kellogg’s ? Alice et Martin Provensen, illustrateurs américains qui ont commencé à travailler pour Disney dans les années 40 ? Phoebe Moore ? Abner Graboff en revendique aussi la paternité (il est l’auteur d’étonnants livres pour enfants avec des découpages, des cheveux en ficelle).

70726f647563742f446f596f7557616e74546f53532e6a7067003430300000660066

D’autres trouvailles visuelles mémorables sont celles de Paul Rand, designer du logo IBM. En 1956, il découvre Shigeo Fukuda, qui conçoit des livres pour enfants sans textes (Le livre des visages, où des objets sont disposés de manière à suggérer un visage). Un autre Japonais, Seiichi Horiuchi, s’impose au tournant des années 1960 comme designer éditorial (ex. magazine japonais Popeye).

D’autres artistes sont inspirés par le graphisme : Tomi Ungerer, remarqué par la revue allemande Graphis dès 1959, Etienne Delessert, qui utilise la typographie comme image (ex. Comment la souris reçoit une pierre sur la tête et découvre le monde), Jean Alessandrini, Bernard Bonhomme, notamment.

745498190

Évolution et émancipation de la typographie

Dès 1928, la Nouvelle Typographie, purement utilitaire et géométrique, proche de l’architecture du Bauhaus, bannit le texte justifié (Jan Tschichold). Dans les livres pour enfants, on expérimente aussi des effets typographiques. Ex. Marlaguette (1952) dont la maquette est modifiée lors de sa réédition (1955), ou Baba Yaga, illustré par Nathalie Parain (1932), dont la couverture change plusieurs fois lors des rééditions. MeMo, en 2010, repart de l’édition russe émigrée YMCA Press.

ob_2858a8_baba-yaga2268844438

L’édition originale de Where the Wild Things Are de Maurice Sendak (1963), choisit pour le titre la police Interlock (très utilisée en cartoon et publicité). La première version française, chez Delpire, est plus pop. L’École des Loisirs reprendra une typo plus classique. Aujourd’hui, les ayant-droits de Sendak ont imposé partout la typo originale.

IMG_5874searchresults-jpgSendaks-l225

 

On citera encore Donald Crews, dont l’album Rain, dessine la pluie avec les lettres répétées du mot « Rain ». Paul Rand, élève des exilés du Bauhaus, propose des livres objets sur les lettres. Serge Chermayeff, dans The Thinking Book, alterne les pensées d’un enfant et des paroles d’adulte, dans deux typographies différentes.

rain_interior

En somme, aux États-Unis, on adapte les techniques aux enfants de manière pragmatique dès les années 1930, tandis qu’en France, où les activités sont plus cloisonnées, la rencontre du design et de l’illustration se fait seulement dans les années 1970.

Apports des designers et graphistes à la conception du jouet

On évoquera ici trois fabricants anglais.

ABBATT TOYS

Paul et Marjorie Abbatt, mariés en 1930, visitent les crèches de Vienne, l’URSS, s’intéressent aux jouets expérimentaux. Pour financer une école, ils vendent des jouets glanés dans leurs voyages. Le succès tel qu’ils lancent une société de vente par correspondance. Erno Goldfinger, architecte, conçoit pour eux un prototype de crèche modulable, qui ne sera jamais concrétisé. Il dessine leur logo en 1935 et leur boutique en 1936, où les enfants peuvent jouer et lire.

49023706e200d04a25d90a56873194e92c29b323

La guerre oblige à fermer l’usine. Après la guerre, ils feront fabriquer leurs jouets ailleurs, mais ils fourniront encore les collectivités.

GALT TOYS

Newmark quitte Abbott pour travailler chez James Galt & Co., fondé en 1961. Ils proposent le jeu Connect, genre de dominos dessinant des réseaux, qui a évolué grâce aux conseils des enfants. Le graphisme moderniste de leurs boîtes et publicités joue sur l’aspect documentaire des photos).

Galy1

KIDDICRAFT

Hilary Fisher Page commence, en 1932, par vendre par des jouets russes, puis des anneaux empilables… Il joue avec des enfants de crèches pour concevoir le jouet du point de vue de l’enfant, adapté à chaque âge. Dès 1937, il propose des jouets en plastique, notamment des blocs encastrables, ancêtres du Lego.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne Larue dit :

    Magnifique travail ! Les femmes sortent des tombeaux du temps grâce à l’étude précise des contextes, et on mesure leur apport dans les domaines du design graphique et mobilier (l’ingénieuse chambre d’enfants d’Alma Buscher !). La culture d’enfance porte ici des perspectives pour une nouvelle historie de l’art contextuelle, hors de la gangue de la “rhétorique des grands hommes” dont le modèle hagiographique continue encore à sévir. Enfin, plus pour longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.