État des lieux de la traduction pour la jeunesse

JE-Rouen1 (2)Nous signalons la parution de cet ouvrage collectif, sous la direction de Virginie Douglas, aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre. Il propose un état des lieux de la traduction s’adressant au jeune public, dans un contexte favorable aux livres pour enfants. À travers l’analyse des problèmes particuliers à la traduction de cette littérature dans diverses études portant sur des œuvres de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Scandinavie, de Russie ou du Japon publiées du XIXe siècle à nos jours, mais aussi sur l’auto-traduction ou sur la « traduction » de l’anglais britannique à l’anglais américain, il s’agit de mettre à jour l’évolution des approches pratiques et théoriques d’une activité reflétant les mutations de l’édition pour la jeunesse et celles de la perception de ce corpus et de ses destinataires.

http://purh.univ-rouen.fr/node/980

 

Introduction – La traduction pour la jeunesse, reflet de la perception changeante d’une littérature et de ses destinataires

Chapitre I : Paroles de traducteurs

Catherine Renaud – Traduire pour la jeunesse : le cas particulier des albums « classiques » scandinaves.

Chapitre II : Des pratiques en mutation

Claire Verdier – L’omission dans la traduction de trois livres pour la jeunesse de langue anglaise du XIXe siècle ;

Audrey Coussy – À auteurs « sérieux », traduction « sérieuse » ? Réflexion sur la traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse ;

Véronique Médard – Mon ami Frédéric de Hans Peter Richter : deux traductions à plus de quarante ans d’intervalle.

Chapitre III : Traduire une langue rare

Odile Belkeddar – La traduction des livres russes pour la jeunesse.

Chapitre IV : Dictature et censure du marché

Isabelle Smadja – Harry Potter et la traduction interdite ;

Patrick Honnoré – État des lieux de la traduction des mangas ;

Chapitre V : Entre traduction et (ré)écriture : le traducteur comme auteur

Anne Schneider – Écarts de traduction et interculturalité : Otto de Tomi Ungerer, versions anglaise, allemande et française ;

Mathilde Lévêque – La voix du traducteur : quand Maïa l’abeille parle français.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.