Petites empreintes et livres d’art, si les enfants se mettent à faire leurs livres: samedi 16 janvier, Bibliothèque l’Heure Joyeuse

A l’occasion de l’exposition présentée à la bibliothèque l’Heure Joyeuse Petites empreintes et livres d’arts, si les enfants se mettent à faire leurs livres jusqu’au 31 janvier 2010, une journée d’étude propose d’approfondir les problématiques et les conditions nécessaires à ces productions enfantines particulières.

Thématiques abordées:

La pratique artistique avec des enfants a des incidences sur le développement des pratiques culturelles. A partir d’une expérience de fabrication de livres avec des enfants, nous interrogerons la reconnaissance possible des productions plastiques des enfants et les modalités socioculturelles qui déterminent leur conservation.

Programme détaillé

9h15- 9h30 Accueil

9h30  Présentation de la journée par Jean-Claude Utard, responsable du service des publics et du réseau, adjoint au chef du bureau des bibliothèques et de la lecture.

Modérateur de la journée : Samuel Wahl

Rédacteur de la revue Hors Champ Cassandre

Matin : L’enfant créateur ?

9h35 Déplacer les lignes, les rendre vibrantes, poème inédit pour les enfants d’Edouard Glissant, poète, essayiste, romancier, lu par Greg Germain, comédien.

Catherine Binon a invité Edouard Glissant à introduire cette journée sous forme d’entretien lu par Greg Germain. Edouard Glissant, poète, essayiste, romancier, en appelle à « cette capacité de se transformer sans se perdre » et inaugure le sujet,  l’enfant-au-monde : ce qu’il est par différence et ce qu’il fait par créolisation. L’ouverture à une philosophie de la relation peut-elle contribuer à transformer notre relation à l’enfant et donc à ce qu’il produit ?

9h45 Qu’est-ce qu’un enfant créateur ? Ce que nous en disent les images par Emmanuel Pernoud, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Qu’elle naisse dans l’illustration, l’imagerie ou dans les peintures, la figure de l’enfant créateur prospère et se transforme dans l’histoire moderne des représentations. Les avant-gardes font de cette figure la vivante incarnation des origines de l’art, qu’il importe à l’artiste de retrouver et de réveiller pour son propre compte. Dans le livre à destination des enfants, la figure prend valeur d’exemple, invitant l’enfant à développer ses dons. En parcourant ces images, nous voyons surgir des profils divers et souvent divergents de l’enfance créatrice —celle qui construit et celle qui transgresse, celle qui participe et celle qui s’isole : autant d’archétypes qui nourrissent notre propre vision.

10h15 Pour qu’un oiseau chante… ou : « Touche pas à ma culture blanche !» par François Ruy-Vidal, éditeur, concepteur d’édition et directeur de collection, ancien instituteur.

De la notion du “beau-de-l’art”, du “significatif” et de l’expression de soi au travers des dynamiques artistiques.

De l’illusion de donner aux enfants la possibilité de créer.

Créer n’est pas reproduire et reproduire n’est pas produire.

Part de la prise de conscience de soi dans l’expression de soi, de la nature, des autres et du monde

On ne peut s’exprimer que si on a un langage, des outils, un apprentissage, un désir.

Mais on ne peut s’exprimer qu’à partir d’une réalité et de ce dont on a été nourri.

De l’iconophobie traditionnelle des religions monothéistes à l’iconographie restrictive offerte aux enfants en matière d’illustration.

Des limites de  l’illustration de type descriptive-narrative.

Lire des mots n’est pas lire des images. Nous sommes dans la Galaxie Marconi.

La distorsion de l’œil qui lit. L’œil qui voit et le regard qui crée.

Des pédagogies traditionnelles aux pédagogies modernes dites de conscientisation. De “l’enseigné” au “concerné”.

De la capacité de l’enfant à se déconstruire pour s’auto-construire.

Des méthodes d’éducation nouvelle, dite actives, et de la part qu’elles accordent à l’enseignement non pas seulement artistique mais à l’expression artistique.

Rôle de stimulateur-catalyseur de l’enseignant pour encourager les enfants à s’exprimer.

Deux raisons majeures de vouloir, comme l’oiseau qui chante, s’exprimer :

1. Se sentir bien, comme lui, “sur son arbre généalogique”, dans son humus culturel de naissance.

2. Par rétorsion et par indignation contre le sort que la société nous offre.

10h45 Le MUZZ… un Musée pour les œuvres des enfants : un outil d’éveil pour les adultes par Claude Ponti, auteur et illustrateur.

Claude Ponti répondra aux questions du modérateur et des auditeurs.

11h15 Les enjeux des ateliers du patrimoine au sein d’un territoire rural : patrimoine et création… par Emmanuel Morin, artiste-plasticien médiateur, responsable des résidences d’artistes à l’Abbaye de Fontevraud.

L’éducation à l’art et au patrimoine est la mission des Ateliers de l’Abbaye depuis 1990 : sensibiliser à l’héritage de ce site et le rendre accessible à un plus grand nombre de jeunes.

Les ateliers privilégient une pédagogie active autour d’un double enjeu éducatif : l’éducation du regard et l’expérience esthétique.

Cette mission s’élargit par l’élaboration d’un projet culturel spécifique, dont la singularité repose sur la localisation du site. Outre la fréquentation d’un lieu, c’est aussi la rencontre avec des artistes plasticiens et avec des processus de création. Ces actions visent à l’appropriation d’un patrimoine et interrogent : l’offre culturelle peut-elle dépasser la simple consommation d’un bien qui nous est commun ?

11h45 Enfant-avenir / l’enfance héritière par Roger Dadoun, philosophe et psychanalyste.

Ce titre à double détente ou double entente, introduit d’emblée la dimension temporelle forte que représente l’enfance, où s’intriquent et se heurtent passé et avenir. Le psychanalyste et penseur politique Reich reprend le projet des « Enfants de l’avenir » de Nietzsche (« je n’aime plus que le pays de mes enfants », Ainsi parlait Zarathoustra), et mise sur la puissance créatrice de l’enfant. Mais cet « en avant » de l’enfance, où cherchent à se ressourcer les avant-gardes, ne saurait faire l’économie d’un passé, d’un « héritage » qui est cumulation des créations et essais toujours recommencés, étoffe même de l’humanité. Dès que l’enfant produit, il « se » produit, se construit, en reproduisant les empreintes dont il est constitué et qui l’assaillent, il les régénère, les « rafraîchit » – il est recréateur d’humanité (homo sapiens), à la fois re-création (homo faber) et récréation (homo ludens). Que l’enfant produise un livre, d’art ou d’écrit, il éclaire le statut d’auteur de tout être humain, qui s’avère depuis l’origine de l’humanité. Autor : « celui qui est à l’origine », auctor, « celui qui accroît ». Puisque qu’un souffle d’utopie, et de résistance, roule dans les parages, on peut oser cet appel,  ouvrant sur de très concrètes perspectives : Enfants d’aujourd’hui, croissez et multipliez en votre être et vos œuvres, ensemble.

12h15 Echanges

12h30-14h00 Déjeuner libre

Après-midi

Les conditions d’émergence des productions enfantines :

apprentissage et contexte

14h00 Productions artistiques d’enfants : figuration, signification, interprétations par Rémi Goasdoué, enseignant à l’université de Paris V – Descartes, département des sciences de l’éducation.

« Arrête de faire du bruit  » entend-on fréquemment à propos des tâtonnements d’un enfant au piano, alors que l’on n’accueillerait pas un dessin approximatif par un :  » quels gribouillis ! ». La comparaison entre improvisations (musicales) et dessins donne par reflet une image assez différente des discours savants ou quotidiens sur les dessins d’enfants. L’enjeu de cette intervention est, par le jeu de cette comparaison, de mieux cerner ce qui est reconnu dans les dessins d’enfants de ce  qui ne l’est pas dans d’autres formes d’expression spontanées telle que la musique. L’interprétation, nécessairement reliée à la question du sens, est-elle dépendante d’une forme d’expression, de la possibilité d’un discours d’accompagnement ? Ces questions seront l’occasion d’un panorama des discours sur les dessins d’enfants, « orienté » par cette comparaison.

14h30 Contraintes et contextes des ateliers de gravure avec les enfants : lieux d’utopie par Catherine Binon, artiste-plasticienne.

Dans les mises en œuvre des ateliers de gravure, l’organisation de l’environnement et les modes d’appropriation technique proposés  ouvrent à la coopération entre enfants d’une part et révèlent les singularités de chaque personne composant le groupe. La singularité peut être reconnue comme  l’expression culturelle issue des patrimoines familiaux et des différences qui en émanent. Ce foisonnement et cette pluralité participent à la composition du groupe en travail ainsi qu’aux manifestations graphiques et persistantes de chaque enfant. La notion de ‘liberté’ dans les ateliers de pratique est souvent évoquée et  nécessite d’être interrogée : pourquoi l’enfant se sentirait plus libre dans un atelier de pratique au regard des apprentissages classiques ?

15h00 Projection de « L’enfance vite, quand l’art nous aide à ralentir » film réalisé par Jean-Stéphane Aubert et Catherine Binon, témoignages des expériences d’artistes plasticiens en atelier avec des enfants et adolescents et de responsables de structures culturelles (extraits).

15h15 Comment peut-on écrire un dessin ? par Ye Xin,  artiste chinois et enseignant en arts plastiques à Paris VIII Théorie et pratique du dessin, calligraphie.

L’objectif des activités du dessin à l’école maternelle est une étape pour apprendre à écrire aux enfants, paradoxalement quand les adultes apprennent à dessiner je leur indique : « si vous savez écrire, vous savez dessiner ! ».

Si l’enseignement pratique en arts plastiques à l’université ne peut livrer qu’une formation initiale et intensive, cette démarche rejoint une préoccupation constante : mes étudiants doivent vaincre leur crainte du tracé direct, crainte que n’ont pas les enfants. Ainsi c’est en interdisant le crayon et la gomme mais avec un stylo que mes étudiants dessinent, toute tentative ne peut être un échec, comme quand ils étaient enfants. Serait-ce donc cette affirmation du tracé d’enfant que nous aurions oublié par le lent apprentissage de l’écriture plutôt que l’inaptitude imaginée de pouvoir dessiner ?

15h40 Apprentissage de l’impression par May Angeli, illustratrice et graveure.

Les artistes créent dans la solitude. Avec les enfants, c’est échanger, transmettre sans la perspective d’un jugement, d’une compétition, d’une notation ;  seulement respecter leur diversité, leur culture unique  ou multiple, leur imaginaire ; donner et recevoir, s’entraider, échanger ; reconnaître l’autre et l’accepter. Dans  l’utilisation de la gravure  comme moyen d’expression, c’est  d’ abord dessiner pour aller ensuite jusqu’au bout de l’aventure, apprendre à manier des outils  avec patience. Les maîtriser  physiquement  demande beaucoup d’efforts. Travail personnel et œuvre collective aboutiront à la création d’un livre. Dans ces ateliers je suis le  « Aldo Crommelynck »  modeste  au service de  ces artistes  en herbe comme cet imprimeur  l’était  à celui des grands maîtres du XXe siècle .Et lorsque ces enfants découvrent enfin le  mystère de l’impression, but de tant d’efforts  c’est  l’étonnement, l’émerveillement, une joie, un plaisir. Nous avons la même émotion  partagée, celle que je ressens à chaque fois que je soulève le papier de la matrice encrée.

16h00 L’enfant auteur ? par Pascal Murgier, chef du bureau du statut de l’artiste, département des Arts plastiques, ministère de la Culture.

Le droit d’auteur s’est constitué historiquement autour des notions centrales d’originalité de l’œuvre et d’expression de la personnalité de l’auteur. L’autorité (ici, la qualité reconnue à l’auteur) présume l’intention de créer, la maîtrise d’un processus de maturation et de mise en forme d’une idée dont l’œuvre de l’esprit est la manifestation aboutie. La maturité est sous-jacente à l’exercice du droit moral, la majorité (la capacité civile et juridique) sous-jacente à l’exercice du droit patrimonial. Qu’en est-il, au sens de la propriété littéraire et artistique, des créations singulières d’une personne mineure ? Cette question ne doit-elle pas susciter une série d’interrogations plutôt que d’appeler une réponse ? Quelles représentations, de l’enfant, de l’auteur, de la création sont alors mises en jeu et affrontées ?

16h20 Des ateliers livres en bibliothèque : pourquoi et comment par Viviane Ezratty, directrice de la bibliothèque l’Heure Joyeuse.

Depuis la création de l’Heure Joyeuse en 1924, les bibliothécaires pour la jeunesse ont considéré que pour donner le goût de lire aux enfants, il fallait également les confronter à la création et leur permettre de s’exprimer. Les ateliers livres proposés aujourd’hui ne découlent-ils pas de cette approche originelle liée aux méthodes actives et à l’éducation nouvelle ?

16h35 Des ateliers de pratique artistique en milieu hospitalier. Un espace de retour à l’intime par Myriam Revial, responsable de la médiathèque du personnel et des malades de l’Hôpital Raymond Poincaré et Christophe Hamery, graphiste et auteur de La ligne d’Horizon aux éditions du Rouergue.

L’hôpital Raymond Poincaré de Garches est une référence dans le domaine de  la prise en charge globale de la personne handicapée, des maladies génétiques, des pathologies neurologiques. La durée d’hospitalisation est habituellement longue, de plusieurs mois, à plusieurs années. Les soins y sont associés à un environnement scolaire adapté, de la maternelle au lycée.

Dans ce contexte, les ateliers de pratique artistique occupent une place singulière : une possibilité de retour à l’intime.

L’hôpital est un lieu paradoxal, à la fois espace public et facteur d’isolement.

Une  multitude d’individus y sont contraints à la cohabitation ; l’enfant, pris en charge par le monde médical, y est séparé de ses proches.

Il s’agit de créer, pendant le temps privilégié des ateliers, un espace où l’enfant peut  trouver sa place entre l’acceptation des normes du monde hospitalier et le besoin de liberté et d’intimité ; une place où la créativité peut s’épanouir dans un espace collectif ; un lieu d’échange, d’apprentissage mutuel, entre les intervenants et un public momentanément exclu de l’offre culturelle et des pratiques artistiques.

Dans les ateliers, les enfants mobilisent et développent des compétences nouvelles, qui peuvent amener à modifier le regard porté sur eux.

L’atelier est un laboratoire, où sont expérimentés des modes de création, des techniques, des outils nouveaux, pour permettre à chaque enfant de participer, quel que soit son handicap, à la mise en œuvre d’un projet artistique, de la conception à la réalisation, au sein d’un lieu de vie où se posent des questions vitales : humaines et esthétiques.

17h00 Une édition originale de livres d’enfants : pourquoi finalement suis-je devenue éditrice ? par Kate Fletcher, responsable d’édition de Homecooking.

En 1987, en Angleterre, alors que j’avais 9 ans, j’ai eu la chance dans mon école primaire publique d’avoir comme instituteur un pédagogue expérimental. Nos journées, très peu structurées, était axées autour de projets que nous décidions nous-mêmes de mener en groupe, et les divers travaux liés à ces projets aboutissaient à un livre que l’on fabriquait nous-mêmes (reliure, papier, etc.).

Pendant des années, je n’ai pas beaucoup pensé à cette expérience – ce qui est étonnant puisque je suis aujourd’hui éditrice autodidacte, avec un intérêt certain pour la transmission… C’est maintenant que je me rends compte de la puissance de cette expérience, et du goût de la liberté qu’elle a donné à ma vie d’adulte.

17h20 Une mémoire pour quelle enfance : anticiper et choisir ? par Françoise Lévèque, responsable du fonds historique de l’Heure joyeuse.

A l’aube du XXIe siècle, en France,  après la conservation des livres d’enfants, qu’en est-il des œuvres des enfants : comment, lesquelles, dans quel cadre, sous quel intitulé, dans quelle catégorie peuvent elles être conservées ?

Qui n’a jamais misé sur l’enfance cet âge éphémère dont nous ne gardons souvent rien ? Dans la longue tradition des chasses aux trésors enfouis, les américains l’ont bien compris puisqu’ils rassemblent dans une « Treasure box » ce qui semble précieux pour les tout petits et que l’enfant enterre dans un coin du jardin pour les préserver des grands nettoyages, des envies de tourner la page qui nous font jeter ce qui nous paraît à un moment donné inutile et « bébé » : le doudou, la première dent, la première photo le faire-part de naissance, le premier dessin, les premières pages d’écriture, le livre favori etc. Mais tout cela reste une démarche d’adulte. Déjà la sélection est faite. On choisit sûrement le cahier sans fautes, le  plus beau dessin, mais que deviennent tous les autres ? Quel peut-être le rôle des bibliothèques dans cette prise en compte et plus particulièrement le Fonds historique de l’Heure Joyeuse ?

17h35 Synthèse par Samuel Wahl

Entrée libre sur réservation auprès de l’Heure Joyeuse

bibliotheque.heurejoyeuse@paris.fr ou 01 56 81 15 60

bibliothèque l’Heure joyeuse

6 rue des Prêtres-St-Séverin, 75005 Paris

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search