Le Cabu des enfants

c'est finiIls ont tué Cabu ! Ce cri, comme Laurent Joffrin dans son éditorial de Libération, nous l’avons tous poussé hier. Cabu, Charb, Wolinski, Bernard Maris, hier, au fil des minutes, la liste s’est allongée, insupportable. Et quand on est né à la fin des années 1970, on a aussi crié, on a aussi pleuré : « Ils ont tué Cabu ! Cabu, notre Cabu de Récré A2 !! ».

Avant même de savoir ce que signifiait le mot caricature, bien des années avant de découvrir Charlie Hebdo ou Le Canard enchaîné, je connaissais Cabu, comme beaucoup d’enfants de ma génération. Il n’y avait alors que trois chaînes de télévision et nous regardions tous Récré A2, animée par Dorothée et sa bande. A ses côtés, un dessinateur joyeux et insolent, ses lunettes rondes et une coupe au bol qui ressemblait à celle de beaucoup d’enfants de l’époque. Il nous apprenait à dessiner, comme le rappelle le site de Télé Première, qui publie quelques extraits en son hommage.

Il nous apprenait surtout à lire les images, à en rire, à jouer avec les expressions figées, les stéréotypes et les ridicules. Il faisait rire aussi nos parents, au passage. Avec son marqueur noir et ses planches de papier, il nous dévoilait le monde, la langue, le quotidien. A la pointe du nez de Dorothée, inoubliable, il épinglait la bêtise. Il transmettait aux enfants des années 1980 la joie de vivre et l’insolence, avec une espièglerie et une irrévérence devenues rares dans les émissions télévisées actuelles destinées au jeune public.

Plus tard, ces enfants devenus grands découvriraient les caricatures de Charlie  et du Canard. Avec une évidente familiarité : Cabu, notre Cabu de Récré A2, mais oui, on le connaissait, et même mieux, on le reconnaissait, comme un membre de la famille, un temps perdu de vue, et qu’on aurait retrouvé. C’est avec Cabu que j’ai appris ce qu’était le style d’un dessinateur, que j’ai appris que les dessins avaient un sens. Aujourd’hui, j’enseigne la littérature à l’Université, où je suis aussi chercheuse. Dans mes cours de littérature pour la jeunesse, j’essaie d’apprendre aux étudiants à lire des images, à comprendre comment les artistes jouent avec le sens, la forme, l’idée. Peut-être reste-t-il au fond de moi, très loin, très enfouie, une part de ce Cabu de la télé, ce Cabu des enfants qui nous a tous appris à grandir. Cabu a été assassiné un mercredi, jour des enfants. Mercredi prochain, comment imaginer ouvrir un Canard sans Cabu ? Nous pleurons, mais grâce au Cabu des enfants, une part d’anarchie est passée dans notre vie.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Cécile Boulaire dit :

    Merci pour ce bel hommage, Mathilde.

  1. 9 janvier 2015

    […] du 9 janvier: je signale le très bel hommage rédigé par Mathilde Lévêque sur le Magasin des enfants  au "Cabu des […]

  2. 15 août 2015

    […] attaque, Mathilde Lévêque, spécialiste de littérature de jeunesse publie un texte intitulé « Le Cabu des enfants », où son activité de recherche est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *